ETOILE ET SES POTES

Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Mer 9 Mai - 12:10

Citation du jour :
« Dans la jeunesse on croit qu'on vient à bout de tout avec de l'activité, mais plus tard on s'aperçoit qu'on ne réussit qu'avec de la patience. »
Laborie
c'est bien vrai!


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Jeu 10 Mai - 7:01



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Solange.
Bonne fête Solange
Demain, nous fêterons les Estelle ainsi que les Étoile, Mamert (saint de glace), Mayeul et Stella.

Célébration du jour :
• L'Ascension (jour férié)

Le 10 mai est le 130e jour de l'année du calendrier grégorien, le 131e en cas d'année bissextile. Il reste 235 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 21e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la statice.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 20
le soleil se couche à 20h 50
durée d'ensoleillement : 14h 29 (+2mn)

Citation du jour :
« Ce qui trouble les hommes, ce ne sont pas les choses, mais les jugements relatifs aux choses. »
Epictète

Dicton du jour :
« Que mai soit venteux ou clair, toute récolte aura bon air. »
« Mai en rosée abondant, Rend le paysan content. »

Proverbe du jour :
« Œil pour œil, dent pour dent. »

Événement du jour :
1696 : décès de Jean de La Bruyère, écrivain français.Né à Paris le 17 août 1645, il devient célèbre en 1688 pour son seul ouvrage, "Les caractères ou les mœurs de ce siècle". Jean de La Bruyère est alors parmi les derniers écrivains à privilégier le style littéraire. En 1693, il est enfin élu à l'Académie française, en remplacement de l'abbé Pierre de La Chambre. Il décède à Versailles suite à une crise d'apoplexie le 10 mai 1696.
1755 : arrestation de Mandrin.
500 soldats français déguisés en paysans pénètrent en Savoie et arrêtent le brigand Mandrin à la ferme fortifiée de Rochefort-en-Novalaise. Il utilisait la Savoie comme base de repli entre deux expéditions en France.
1940 : l'Allemagne envahit les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg et la France.C'est la fin de la «drôle de guerre ». L'exode commence. Les Pays-Bas capitulent le 15 ; le Luxembourg capitule le jour même, la Belgique le 27. En Angleterre Churchill devient premier ministre en affirmant :
"Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, de la peine, de la sueur et des larmes."
1968 : la "nuit des barricades".Combats de rues, voitures incendiées, rues dépavées, vitrines brisées, centaines de blessés, le pays se réveille stupéfait.
1981 : François Mitterrand est élu 21e président de la République (quatrième président de la cinquième République) de 1981 à 1995 (réélu en 1988) en l'emportant au second tour de scrutin sur Valéry Giscard d'Estaing ; le vainqueur a obtenu près de 52 % des voix.

L'historiette du jour :
Aquila de Pénélope

J’étais vraiment heureuse d’avoir trouvé un bon guide pour parcourir les canyons de l’Ouest américain. John Dumbear semblait parfaitement connaître ces lieux. Dès le début de notre grande randonnée, je remarquais à quel point il était en osmose avec la nature environnante. Mes premières journées furent paradisiaques. J’appréciais le calme, la discrétion, le côté sauvage de mon guide qui se faisait appeler Aquila.

Lire la suite de l'historiette:
Ce fut lors de l’un de nos bivouacs que je fus intriguée par son apparence. Le feu projetait son ombre sur la paroi rocheuse derrière lui mettant en valeur son profil étrange. Son nez courbe me faisait penser au visage d’un chef indien, il ne lui manquait que les plumes. Puis mon regard se posa sur ses mains. Je ne sais si c’était l’effet du soleil et du vent dans ces régions désertiques, mais ses grands doigts anguleux étaient comme couverts d’écailles. Il aimait fouiller le sol pour y trouver de petits animaux ou interpréter des traces ou la texture de la terre et au bout de quelques jours ses ongles étaient devenus longs et sales comme des griffes qui me faisaient penser à des pattes de dinosaure.

John parlait peu même s’il répondait toujours avec brièveté et précision à toutes mes questions sur notre environnement : les plantes cactées, les roches et surtout les petits animaux des déserts et des canyons. Là, son regard s’illuminait de mille paillettes. Un jour où nous nous étions arrêtés pour nous restaurer, il me fixa et dit :
― Vous mangez comme un mulot.
Je remarquais pour la première fois la férocité de son regard, ses arcades sourcilières saillantes et ses énormes yeux brun jaune qui me transperçaient. Je pensais qu’il voulait dire : « Vous mangez comme un moineau », parce que je ne mangeais pas beaucoup mais je me sentis soudain menacée, presque attaquée et je fis tout pour ressembler le moins possible à un mulot en mangeant.

Ce soir-là, nous fûmes contraints de nous arrêter dans un endroit plus exigu que d’habitude, en haut d’une falaise. Il dit :
― Voilà, c’est notre aire, enfin, notre nid pour la nuit. Pour les réjections, il faudra aller un peu plus loin, derrière ce rocher. Sur ce, il se racla fortement la gorge et se détourna. Le mot « réjection » me semblait étrange mais je crus comprendre ce qu’il voulait dire. Une fois nos tentes installées, il s’isola très vite. Je le distinguais au loin, perché sur le rebord de la falaise. Son cou était d’une mobilité extrême et lui permettait de balayer du regard toute l’étendue du paysage. Des rapaces utilisaient les courants d’air chaud pour planer et voltiger. Il resta des heures fasciné par ce spectacle.

Quand il revint vers moi à la tombée de la nuit, il me dit :
― Pourquoi êtes-vous venue ici ?
― Besoin de vivre une belle aventure, lui répondis-je.
Il saisit le bol de soupe que je lui tendais. Ses doigts ressemblaient de plus en plus à des serres. Il tenait son bol de telle façon que personne n’aurait pu le lui arracher des mains.
Son regard perçant me figea à nouveau :
― Besoin de prendre l’air, de prendre votre envol, de déployer vos ailes, de donner de l’envergure à votre vie, n’est-ce pas ? poursuivit-il comme s’il s’appropriait mes paroles en les interprétant.
Troublée, j’acquiesçai :
― Oui, c’est cela. C’est complètement cela.
― Avez-vous déjà eu l’envie de vous jeter dans le vide, poursuivit-il ?
Je pensais : Allons bon ! Voilà qu’il joue au psy maintenant. Et s’il avait des pulsions suicidaires ? Ce qui expliquerait ses longues pauses sur les rochers escarpés.
Je m’empressais de répondre :
― Oh, non ! Moi, j’aime la terre ferme. J’aime prendre un peu de hauteur comme ici mais sans décoller.
― De la hauteur, décoller, reprit-il, rêveur, inquiétant, les yeux perdus dans le ciel qui s’assombrissait.

Je regagnais ma tente, peu rassurée ce soir-là. Je trouvais mon compagnon de route de plus en plus étrange et solitaire.
Il doit avoir du sang indien, pensai-je, d’où son physique, son caractère taciturne, son lien si profond avec la nature.
Pendant la nuit, je sentis une présence autour de la tente. Je poussai le nez dehors, ne vis rien mais sentis un grand souffle passer au- dessus de ma tête comme de l’air déplacé par une grande aile. J’allais vite me réfugier dans les plumes plus rassurantes de mon duvet.

Dès le lever du jour, j’inspectai à nouveau les abords de la tente. Un feu avait été allumé pour le petit-déjeuner. Je reconnaissais à peine mon guide qui me tournait le dos. Il était enrobé dans une étrange couverture que je ne connaissais pas. C’était comme un vieux patchwork dans les tons gris brun dont les pièces en forme de losanges se superposaient. C’était comme une vieille pelisse ou pelage... Non, un plumage ! Cette couverture me faisait penser à un plumage ! Je rassemblais mes affaires quand j’entendis :
― Got to go now !*
C’était John, mais sa voix était proche d’un coassement. Encore plus nettement quand il reprit avec la même intonation :
― Got to go now !
Il était vraiment mal luné ce matin. Dans ma tête, je comptais les jours qu’il me restait à vivre avec ce drôle d’animal quand une vive douleur me lacéra les épaules. C’était comme si l’on m’enfonçait dix poignards à la fois dans le haut du dos. Non ! Pas des poignards, pas des couteaux, des serres ! Aquila m’enfonçait ses serres dans le dos. Après la souffrance, ce fut le vertige qui me fit graduellement perdre connaissance. Tandis que j’étais suspendue au-dessus du canyon, je sentais mon corps tourner, virevolter jusqu’à ce qu’il frôle un éperon rocheux sur lequel je pus distinguer l’immense ombre des ailes avant de m’évanouir.

J’eus une longue et douloureuse convalescence à l’hôpital de Monterey. Des rangers m’avaient récupérée sur un rocher avec de multiples fractures. On ne retrouva plus aucune trace de John Dumbear. Je suis la seule à savoir qu’Aquila est parti rejoindre ses compagnons les aigles au-dessus des canyons de l’Ouest sauvage.

__

* Faut qu’on y aille maintenant !

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Etoile le Jeu 10 Mai - 7:55

Merci ma belle

Je pense que beaucoup de personne auraient aimé réitéré ce mois de mai de 1968...


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 4947
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 64

http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Jeu 10 Mai - 15:01

tout ce qui avait été refusé par les manifestants a été accepté depuis!en plus c'est une manif de bourgeois lettrés qui a embarqué tout les autres et les grands perdants furent comme d'hab les masses laborieuses


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Ven 11 Mai - 6:25



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Estelle ainsi que les Étoile, Mamert (saint de glace), Mayeul et Stella.
Bonne fête Etoile
Demain, nous fêterons les Achille ainsi que les Nérée et Pancrace (saint de glace).

Le 11 mai est le 131e jour de l'année du calendrier grégorien, le 132e en cas d'année bissextile. Il reste 234 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 22e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la fritillaire.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 19
le soleil se couche à 20h 51
durée d'ensoleillement : 14h 32 (+2mn)

Citation du jour :
« C'est la faute de la fatalité ! »
Gustave Flaubert

Dicton du jour :
« Gare s'il gèle à la Sainte-Estelle. »

Proverbe du jour :
« Après vêpres, complies. »

Événement du jour :
1904 : Naissance à à Figueras (Espagne) de Salvador Dali i Domènech, dit Salvador Dali, artiste-peintre espagnol. Connu pour des œuvres telles que "La persistance de la mémoire" ou le "Torero hallucinogène", il est l'une des figure du surréalisme.[AFP Archives]
1981 : Bob Marley, considéré comme le maître de la musique reggae, succombe dans son sommeil à un cancer du cerveau à l'âge de 36 ans à Miami. Avec son groupe The Wailers, il enregistre l'album Catch a Fire, le premier à sortir de la Jamaïque, et celui qui le lancera sur la voie de la gloire. En 1974 Marley écrit la chanson I Shot the Sheriff que popularisera Eric Clapton. Pendant plusieurs années, Marley et les Wailers étendent la popularité de la musique reggae au monde entier.
1987 : Le procès de Klaus Barbie débute. Cet ancien officier SS est le premier nazi jugé en France pour la déportation de juifs de la région lyonnaise. Il sera condamné deux mois plus tard à la prison à perpétuité pour crime contre l’humanité. [AFP FILES / AFP]
1998 : Le premier euro est frappé à l'atelier de Pessac en Gironde (France).La monnaie européenne sera mise en circulation le 1er janvier 2002 [Philippe Huguen / AFP/Archives]

L'historiette du jour :
Lettre d'un crayon à son ex-gomme de Elena Hristova

Ma petite gomme bien-aimée,
Je t'ai aimée d'emblée, dès la première fois où je t'ai vue. Ta chair d'un blanc immaculé m'appela à elle avec une intensité irréversible à laquelle je ne pouvais qu'adhérer.
Au début tu étais si timide, tu n'osais même pas m'approcher. Alors, trop impatient de te sentir enfin sur moi je faisais des fautes exprès pour attirer ton attention : tantôt je glissais trop en bas, tantôt trop en haut, je faisais des pas de travers, des triples sauts périlleux dans l'air, le cas échéant je me mettais à tourner autour de moi-même, comme un fou, jusqu'à ce que je m'écroule sur la page blanche en état d'inconscience totale. Tout était bon pour me faire remarquer.

Lire la suite de l'historiette:
Je me souviens de la première fois où tu m'as monté dessus et tu t'es frottée à mes particules de graphite dans un délicieux mouvement continu de droite à gauche et de gauche à droite, de haut en bas et de bas en haut, ceci durant des après-midi entiers. Raidi de désir j'ai fini par laisser toutes mes marques d'amour sur ta chair tendre et réceptive qui s’abandonnait à moi sans réserve aucune.

Au fil du temps nous sommes devenus inséparables, tant et si bien que je ne faisais jamais un signe sans que tu viennes me corriger, en effaçant mes marques d'amour avec une ardeur impétueuse. Et plus tu voulais m'effacer, plus je persistais à revenir vers toi avec la détermination farouche, caractéristique des amants inséparables. Mais le destin en avait décidé autrement.

Un jour le maître est revenu de sa promenade quotidienne avec une étrange boîte métallique contenant 30 crayons graphite Castell 9000 et qui avaient tous bonne mine, alors que la mienne était plutôt grise et n'en finissait pas de casser. Impressionnée par leur nombre impressionnant et leurs baguettes bien taillées, tu t'es mise immédiatement à leur tourner autour, en me laissant ruminer tout seul dans mon coin. Pauvre enfant, mais comment tu vas faire pour les servir tous sans t'user à fond ? Mais je n'étais pas encore allé au bout de ma pensée lorsque je ressentis une main moite me saisir froidement par le cou et me jeter dans le premier tiroir qui se mettait sur son chemin. Par chance je n'étais pas tout seul dans le noir, car il y avait à l'intérieur des quantités de feuilles vierges pour me consoler. Elles m'ont fait les yeux doux, m'ont laissé les parcourir toutes de la tête aux pieds, presser avec ardeur sur leurs zones les plus sensibles. C'est ainsi que j'ai débuté ma série d'histoires à tiroir.

Toutes mes marques affectueuses, le petit crayon qui ne t'a pas oubliée.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Ven 11 Mai - 12:38

1981 : Bob Marley, considéré comme le maître de la musique reggae, succombe dans son sommeil à un cancer du cerveau à l'âge de 36 ans à Miami
il était si jeune?
bonne fête ETOILE


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Sam 12 Mai - 6:14

c'est la réflexion que je me suis faite, il est parti si jeune




avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Sam 12 Mai - 6:14



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Achille ainsi que les Nérée et Pancrace (saint de glace).
Demain, nous fêterons les Rolande ainsi que les Servais (saint de glace).

Le 12 mai est le 132e jour de l'année du calendrier grégorien, le 133e en cas d'année bissextile. Il reste 233 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 23e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la bourrache.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 18
le soleil se couche à 20h 52
durée d'ensoleillement : 14h 34 (+2mn)

Citation jour :
« La chose difficile, nous la faisons immédiatement ; l'impossible prend un peu plus de temps. »
Devise des Armées de l'Air des États-Unis

Dicton du jour :
« Les trois Saints au sang de navet, Pancrace, Mamert et Servais, sont bien nommés les Saints de glace, Mamert, Servais et Pancrace. »

Proverbe du jour :
« C'est pendant l'orage que l'on connaît le pilote. »

Événement du jour :
1797 : Chute de la République de Venise. La Sérénissime disparait, vaincue par l'armée de Napoléon Bonaparte. [©️ AFP / archives]
1930 : Jean Mermoz traverse l’Atlantique en avion. il s’envole pour réaliser la première liaison postale sans escale entre l’Afrique et l’Amérique. L'aviateur mettra 21 heures pour parcourir les 3 200 kilomètres séparant le Sénégal du Brésil.[©️ STF / AFP]
1937 : Couronnement du roi d'Angleterre George VI.
1949 : le blocus de Berlin-Ouest s’achève. Après presque un an durant lequel les habitants ont été ravitaillés par les avions américains, l’URSS cesse d’encercler la partie ouest de la capitale allemande. C’était l’une des premières crises de la guerre froide.[©️ INTERCONTINENTALE / AFP]
2010 : Crash du vol 771 d'Afriqiyah Airways lors de l'atterrissage à Tripoli en Libye. Il y a un survivant sur les 104 passagers : un enfant de 9 ans. [©️ MAHMUD TURKIA / AFP]

L'historiette du jour :
Como el destino de corazon de Ninja

Elle était entrée dans ce bar sans prétention niché au fin fonds d'une ruelle de Barcelone. Attirée, comme aimantée par la musique qui en sourdait faiblement. Rien à voir avec le flamenco qu'elle avait écouté la veille. À l'intérieur, une atmosphère de recueillement quasi religieux la fit sourire. Les musiciens sur scène étaient nombreux et affichaient l'allure particulière des aficionados d'Almodovar. Vêtements aux couleurs vives et bigarrées, couleur des cheveux assortie.

Lire la suite de l'historiette:
Elle prit place au fond de la salle, attendant l'intervention de la brune et longue chanteuse qui se tenait un peu en retrait de la scène. Lorsqu'elle commença à chanter, ce fut comme un déclic. Elle avait déjà entendu ça, cette chanson d'amour éperdu, « Como el destino del corazon ».
Était-ce au Portugal ? La tristesse, l'envoûtement du fado allié au rythme balancé du tango. La ponctuation de l'accordéon, les accords lancinants de la guitare, les percussions qui marquent le rythme. Oui, bien sûr : il y a dix ans elle avait entendu ce morceau à Lisbonne.
C'était tout simplement extraordinaire de l'entendre ici, dix ans plus tard. « Como el destino del corazon ». L'amertume de la phrase lui tordit le cœur. Elle se hâta de commander sa quatrième cerveza, ce soir, la nostalgie ne serait pas de mise. Son voisin de tablée lui jeta un rapide coup d'œil.
— Estas bien ?
Elle le fixa sans le voir vraiment, l'alcool lui montait à la tête, elle était prise d'une irrésistible envie de dormir.
— Estas bien, de verdad ?
Agacée, elle marmonna entre ses dents que oui, tout allait bien, vraiment. Ne pouvait-on pas la laisser tranquille ? Ses souvenirs lui appartenaient. Elle se contraignit à écouter la chanteuse, laissant son imagination vagabonder comme bon lui semblait.
Elle pensa au clapotis des vagues sur la plage de Nazare, la vieille femme portugaise les abordant pour leur proposer une chambre chez elle, leur hésitation à accepter, et puis oui, pourquoi pas ? Leur nuit, troublée par le grincement de la poulie du vieux puits au fonds du jardin. Le réveil, enlacés l'un à l'autre, les mots d'amour matinaux, ceux qui sonnent juste et vrai, et on y croit tellement. La chaleur déjà à sept heures du matin, les éclats de rire au rez de chaussée, l'odeur du café. La vieille femme portugaise ne parlait pas français ni espagnol, ne parlait pas anglais, n'avait sans doute jamais quitté le petit port de Nazare et ses barques bleues. Elle était chaleureuse, amicale, s'exprimant par gestes et sourires, leur offrant une hospitalité monnayée mais authentique. Ils restèrent trois jours à Nazare.

Donde estas corazon,
No oigo tu palpitar.

Le chant l'envoûtait totalement, l'ensorcelait, elle se sentait flotter, étrangement solitaire malgré la foule compacte qui l'entourait. Elle savait qu'elle avait atteint le point de non retour. La brume du dehors envahissait son corps, ses membres, son cerveau, elle ne voulait plus lutter. À quoi bon ?
D'ailleurs, cela faisait des siècles qu'elle n'avait plus de larmes, le cœur desséché. En la quittant, à Nazare, il avait emporté quelque chose de rare, de précieux, comme un goût de sel sur les lèvres, et ce quelque chose de rare, de précieux, elle savait ne jamais l'avoir retrouvé.

Yo quisiera llorar
Y no tengo mas llanto.

Elle tenta de se lever, se fraya un passage vers la sortie. Il n'était jamais revenu, malgré ses lettres, et elle avait été trop fière pour retourner le voir à Paris. Elle l'avait attendu, oh oui, guettant le passage du facteur chaque jour, et à chaque jour suffit sa peine dans cette petite ville de province du nord de la France, sans âme et sans chaleur. Un an elle avait attendu. Deux ans peut-être. Elle ne savait plus, ne comptait déjà plus, puisqu'il lui avait ôté l'essentiel, le goût de sel sur les lèvres.

Yo le queria con toda el alma,
Como se quiere solo una vez.

La rue était déserte à cette heure avancée. À chacun sa chacune et le même sort pour tous. Elle vacillait, ses jambes ne la portaient plus, ses jambes de danseuse, il disait. Mourir à Barcelone. Mourir d'amour à Barcelone, sur un air de fado, sur un air de tango. Elle avait pourtant appris à zapper ses idées noires, celles qui mettent du bleu à l’âme, du gris aux paupières. Elle avait approché l’attrape-rêve des indiens, petites plumes légères qui ont le don de faire fuir les cauchemars enfantins. Ceux des adultes aussi, à Barcelone assortie à sa tristesse

Y en la tarde de un frio invierno
La luz del alma se oscurecio.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Sam 12 Mai - 12:52

ujourd'hui, nous fêtons les Achille ainsi que les Nérée et Pancrace (saint de glace).
Demain, nous fêterons les Rolande ainsi que les Servais (saint de glace).



bon ça va ici il fait très doux et ensoleillé..présage de l'été?


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Dim 13 Mai - 7:11



L'éphéméride du jour :

Aujourd'hui, nous fêtons les Rolande ainsi que les Servais (saint de glace). Enfin le dernier et ensuite place à l'été...
Fin des saints de glace, période climatologique de trois jours crainte des agriculteurs en raison des risques de gel.[AFP]
Demain, nous fêterons les Matthias l'Apôtre ainsi que les Aglaë et Aglaïs.

Le 13 mai est le 133e jour de l'année du calendrier grégorien, le 134e en cas d'année bissextile. Il reste 232 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 24e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la valériane.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 16
le soleil se couche à 20h 53
durée d'ensoleillement : 14h 36 (+2mn)

Citation du jour :
« Le droit, l'ordre éthique, l'État constituent la seule réalité positive et la seule satisfaction de la liberté. »
Friedrich Hegel

Dicton du jour :
« Avant Saint-Servais point d'été, après plus de gelée. »

Proverbe du jour :
« Celui qui ne donne pas un métier à son fils le fait voleur. »

Événement du jour :
1239 :
Convaincus de catharisme, 183 hommes et femmes sont brûlés sur le bûcher du Mont Aimé (Marne) sur ordre de Robert le Bougre.[AFP]
1950 : Premier grand prix de l'histoire de la Formule 1 à Silverstone en Grande-Bretagne.[AFP]
1981 : Sur la place Saint-Pierre, à Rome, où l'attendent 20.000 fidèles, le pape Jean-Paul II est victime d'un attentat. Atteint de 3 coups de feu, le souverain pontife est opéré d'urgence. L'agresseur est un turc de 23 ans nommé Ali Agça, qui appartient aux milieux extrémistes de droite turcs.
1993 : A 9h27, un homme pénètre dans la classe maternelle du groupe scolaire Commandant Charcot, à Neuilly-sur-Seine. Erick Schmitt, alias Human Bomb, prend en otage 21 élèves et leur institutrice. Bardé d’explosifs, ce chômeur et ancien militaire menace de tout faire sauter s’il n’obtient pas 100 millions de francs (15 millions d’euros). Après deux jours de négociations, le Raid intervient et tue le forcené.[AFP]

L'historiette du jour :
Mal dedans de Ernestinemontblanc

Dans quelques instants, tout sera prêt : les chambres rangées, nettoyées, fleuries ; sur chaque bureau, un magazine correspondant au goût de son hôte ; un pot de confiture maison et des chocolats sur la table de nuit. Dans les salles de bain, serviettes, pantoufles, cotons tiges et bouchons d’oreille. Camille refait plusieurs fois le tour des chambres qui tout à l’heure accueilleront ses enfants. Elle serait satisfaite si le mal de dents mystérieux qui la saisit à chaque réunion de famille ne s’annonçait pas maintenant, à quelques heures de leur arrivée.

Lire la suite de l'historiette:
Pour l’instant, la douleur est encore à peine sensible, pourtant Camille la reconnaît, comme une vieille ennemie, dont elle espère chaque fois qu’elle ne sera pas au rendez-vous. Mais elle n’en loupe aucun ; c’est comme si elle la convoquait elle-même, inconsciemment, et qu’elle ne savait pas faire autrement que de gâcher le rassemblement familial par ce désagrément douloureux et puissant qu’aucun antalgique ne parvient à éradiquer.
C’est le début de la rage de dents, Camille s’affaire encore. Peut-être qu’un peu de cuisine la distraira et qu’ainsi elle ne sentira pas l’inéluctable progression du mal. Mais une étrange compétition a commencé : d’un côté l’élancement dans sa mâchoire, qui avance tel un rouleau compresseur et se fait lancinant ; de l’autre ses pauvres efforts pour braver et retarder la très forte douleur, celle qui la fera pleurer d’impuissance.
Ses enfants ne comprendront pas : « Encore ? Tu as mal aux dents chaque fois que nous venons. Tu le fais exprès ou quoi ?! Soigne-toi bon sang ! » Elle ne sait pas dès lors ce qui lui fera le plus mal : ses dents, ou l’indifférence des siens.
Dans la cuisine, elle fouette frénétiquement la pâte à madeleines. Le geste l’apaise, déplace la douleur de sa bouche à l’épaule, qu’elle a fragile. Elle fait les petits tas, s’applique à cette division qui fractionne aussi sa pensée, et reprend espoir. N’a-t-elle pas légèrement moins mal ? Et si enfin la statistique fatale s’inversait, rompant avec le cent pour cent des réunions de famille pourries par des dents qui le sont tout autant ?
La première voiture arrive, en avance sur l’horaire annoncé, ce que Camille déteste : elle voudrait rester seule le plus longtemps possible avant « l’invasion » dans le décor ordonné et figé qui est son idéal. Mais le fils lui est fier d’avoir encore diminué le temps du trajet, d’être allé plus vite, toujours plus vite. Les petits lui sautent au cou. Sérieux l’instant d’avant, sanglés sur leur siège auto, ils expriment joyeusement leur délivrance. Le fils ne demande pas si elle va bien, elle ne peut pas répondre « Oui, sauf mes dents ». Elle ne dit rien, s’efforce, pour faire face à l’agitation, de se retirer en elle-même, ce qui a pour effet de la concentrer sur son mal.
L’arrivé de la deuxième voiture est différente. La fille est en retard, au nom de la même habitude qui fait arriver son frère en avance. Ses trois enfants connaissent à peine leurs grands-parents, sont surtout heureux de retrouver leurs cousins. Camille a retrouvé un peu d’allant, la douleur est stable, elle a le sentiment de la contrôler. Surtout elle ne mettra pas les pieds dans les chambres tant que ses enfants les occuperont. Elle restera de l’autre côté de la maison, dans la cuisine ou le salon, où la trace des visiteurs sera plus discrète. Elle évitera de penser à la manière dont ses enfants vivent, qu’elle ne juge pas, mais... Trop de bagages, trop de jouets, trop de vêtements, trop de médicaments, du trop partout, quand elle rêve de vide. Même dans sa bouche. Ce serait peut-être la solution. Plus de dents du tout. Elle serait laide, sans doute, aurait des difficultés pour parler, mais de toute façon elle ne parle pas beaucoup avec eux. La famille ? Il faut surtout ne rien dire pour qu’elle survive. Débattre ? Ils se déchireraient tous, en accord sur rien. Alors mieux vaut chanter et boire, regarder les petits-enfants naître et se nourrir de leur innocence et de leur vitalité. Elle entre dans la salle de bains pour se laver les dents, ce qu’elle fait vingt fois par jour en période de crise pour calmer le mal. Un des enfants vient de se doucher. Il y a de l’eau partout, des vêtements jetés ici et là, des traces de maquillage dans le lavabo. Elle referme la porte en suffocant. La douleur est repartie de plus belle, insupportable. Que se passe-t-il donc entre ses gencives et ses proches ?
Sans rien dire à personne, elle va chez le dentiste.
« Allongez-vous Madame, je vous en prie. »

Bonne journée à toutes et tous


Martigues et son Calen
LE CALEN, lieux de rencontre incontournable de martigues,
quel sont les touristique qui n'on jamais demander en arrivant a martigues ou se trouve la maison aux poutargues,
LA POUTARGUE caviar de martigues préparés a base d'oeufs de muges .
recette garder secrete pour la préparation, chacun a sa maniére de la faire mais tous on leurs secret.




avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Etoile le Dim 13 Mai - 7:46

1993 : A 9h27, un homme pénètre dans la classe maternelle du groupe scolaire Commandant Charcot, à Neuilly-sur-Seine. Erick Schmitt, alias Human Bomb, prend en otage 21 élèves et leur institutrice. Bardé d’explosifs, ce chômeur et ancien militaire menace de tout faire sauter s’il n’obtient pas 100 millions de francs (15 millions d’euros). Après deux jours de négociations, le Raid intervient et tue le forcené.[AFP]






Et hélas  il y a eu beaucoup de prises d'otages  comme celle ci  dans les années qui ont suivies


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 4947
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 64

http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Lun 14 Mai - 6:39



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Matthias l'Apôtre ainsi que les Aglaë et Aglaïs.
Demain, nous fêterons les Denise ainsi que les Primaël et Victorin.

Le 14 mai est le 134e jour de l'année du calendrier grégorien, le 135e en cas d'année bissextile. Il reste 231 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 25e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la carpe.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 15
le soleil se couche à 20h 58
durée d'ensoleillement : 14h 34 (+2mn)

Célébration de demain :
• Journée internationale des familles

Citation jour :
« L'existence du Soldat est (après la peine de mort) la trace la plus douloureuse de barbarie qui subsiste parmi les hommes. »
Alfred de Vigny

Dicton du jour :
« Chaleur de mai verdit la haie. »

Proverbe du jour :
« Craindre la mort, c'est faire trop d'honneur à la vie. »

Événement du jour :
1610 : Henri IV est assassiné par François Ravaillac rue de la Ferronnerie, à Paris. Il sera écartelé place de Grève. [CC / Stefan Ivanovich]
1900 : les IIe Jeux Olympiques ouvrent à Paris, en même temps que l'Exposition Universelle. 1.225 athlètes venus de 24 pays vont s'affronter pendant cinq mois dans une certaine confusion. [CC / Genghis Smith]
1941 : des milliers de juifs étrangers reçoivent une convocation de la Préfecture de Police de Paris. C'est la "rafle du billet vert". 3.700 juifs seront arrêtés et déportés. [- / AFP]
1953 : création de l'hebdomadaire "l'Express" par Jean-Jacques Servan-Schreiber et Françoise Giroud. Le premier numéro sort le 16 mai et soutient ouvertement Pierre Mendès-France. [- / AFP]
1955 : À Varsovie, l'Albanie, la Bulgarie, la Hongrie, la République démocratique allemande, la Pologne, la Roumanie, l'URSS et la Tchécoslovaquie signent un traité d'amitié, de coopération et d'assistance mutuelle dont les termes semblent calqués sur ceux du pacte Atlantique. L'entente sera désormais désignée sous le nom de Pacte de Varsovie.
2011 : le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) Dominique Strauss-Kahn est arrêté aux États-Unis, soupçonné d’agression sexuelle.[ JEWEL SAMAD / AFP]

L'historiette du jour :
Le me-Phone de Bozlich

Un jour, un nouveau genre de téléphone que l'on pouvait utiliser pour s'appeler, sortit sur le marché. Il suffisait de composer un certain numéro et on se retrouvait directement en communication avec soi-même. La qualité de la réception était si bonne que la voix à l'autre bout du fil semblait provenir de la même pièce.

Lire la suite de l'historiette:
Il va sans dire qu'il y eut une certaine appréhension à l'idée d'utiliser ce téléphone pour la première fois car personne n'imaginait vraiment le genre de réaction que l'on pouvait obtenir quand on se téléphonait inopinément, pour la première fois. Et si ce coup de fil inattendu allait être interprété comme une intrusion impertinente dans sa propre vie privée?

En fin de compte, ces peurs se dissipèrent quand la plupart des gens découvrirent qu'ils étaient accueillis avec chaleur et enthousiasme et que leurs appels étaient considérés comme une agréable surprise. Se parler équivalait à parler à un ami très cher que l'on n'aurait pas vu depuis longtemps, et la conversation se déroulait facilement.

Les gens se précipitèrent pour acquérir cette nouvelle invention qui était sortie sur le marché sous la marque de « me-Phone ».Comme l'offre n'était pas à la hauteur de la demande, il y eut des scènes horribles au cours desquelles les consommateurs se battirent pour obtenir le dernier me-Phone disponible.

Pour qu'un me-Phone fonctionne correctement, il fallait respecter certaines règles qui étaient rédigées dans le manuel de l'utilisateur. Premièrement, pour recevoir l'appel, il fallait se trouver dans des endroits spécifiques dont l'accès nécessitait un supplément. Deuxièmement, il y avait une limite de temps imposée quant à la durée de la conversation que l'on pouvait passer à s'entretenir avec soi-même. Et troisièmement, lorsqu'on utilisait le me-Phone, il fallait porter un équipement spécial plutôt encombrant, vendu en plus du me-Phone. Aussi, en raison de la technologie complexe liée à l'établissement d'une connexion, le coût d'un appel était exorbitant, même si certaines compagnies téléphoniques, espérant s'enrichir sur la popularité du me-Phone, se contentèrent pendant un certain temps de le maintenir au prix d'un appel local.

Cependant, ces inconvénients étaient plus que compensés par les avantages que l'on gagnait à avoir une bonne conversation avec soi-même car personne n'avait jamais eu le temps de s'attarder pour jeter un regard franc et honnête sur sa propre vie. Tout le monde était toujours pressé, préoccupé par les petits soucis de l'existence et essayait de faire taire la question obsédante de savoir s'ils étaient heureux de leur vie et s'ils étaient sincères avec eux-mêmes.

Et avoir une conversation profonde et sensée avec soi était donc une expérience enrichissante. Les utilisateurs du me-Phone pouvaient désormais s'intéresser aux événements de leur vie sur lesquels ils n'avaient jamais eu le temps de s'attarder et découvrir les faits essentiels qui étaient tombés dans l'ornière alors qu'ils avançaient à toute allure sur la route de la vie.

Les gens découvraient que se parler avait le même effet que parler à un confident de longue date, avec lequel on pouvait aborder les sujets les plus intimes. Il n'était pas rare que des larmes soient versées quand des vérités que l'on s'était cachées pendant des années, remontaient à la surface exprimées en termes clairs et nets. Les conversations prenaient la tournure d'une confession quand les secrets les plus obscurs qui n'étaient connus que de soi-même étaient dévoilés ouvertement sur les lignes téléphoniques. Bien souvent, les gens découvraient que ce qu'ils ressentaient au plus profond d'eux-mêmes leur réservait bien des surprises. À d'autres moments, la voix à l'autre bout du fil vous remémorait vos rêves, désirs et besoins, longtemps négligés et oubliés pour de bon.

Bien des gens se rendaient compte qu'ils n'étaient pas heureux sur leur lieu de travail. Certains réalisaient qu'ils n'étaient plus amoureux depuis longtemps. D'autres découvraient pour la première fois qu'ils s'étaient raconté des histoires, à eux-mêmes et aux autres en s'imaginant qu'ils avaient atteint leur but, sans se soucier de ce qu'ils éprouvaient réellement. Un bon nombre reconnurent qu'ils se complaisaient tellement dans le malheur et les désillusions qu'ils prenaient peur et se repliaient sur eux mêmes quand le bonheur semblait être à portée de main.

Le monde devint un endroit meilleur et plus heureux grâce au me-Phone quand enfin les gens commencèrent à être sincères avec eux-mêmes car ils savaient qu'ils ne pourraient plus jamais s'en sortir en se racontant des mensonges. Ce que la vie avait été avant le me-Phone n'était qu'un souvenir flou et lointain et personne ne pouvait s'imaginer vivre sans en posséder un.
Vous avez aimé cette œuvre, partagez-la !

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Lun 14 Mai - 15:51

1610 : Henri IV est assassiné par François Ravaillac rue de la Ferronnerie, à Paris. Il sera écartelé place de Grève. 
écartelé dans son cas est un méchant euphémisme..j'ai lu ce qu'il a subit le pauvre ,ok il a tué un roi de FRANCE mais ce qu'on lui a fait est une 
barbarie sans nom!En plus il a été manipulé par des groupuscules boiteux!


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Mar 15 Mai - 7:34



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Denise ainsi que les Primaël et Victorin.
Demain, nous fêterons les Honoré ainsi que les Brendan.

Le 15 mai est le 135e jour de l'année du calendrier grégorien, le 136e en cas d'année bissextile. Il reste 230 jours avant la fin de l'année.
C'est généralement le 26e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du fusain.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 14
le soleil se couche à 20h 55
durée d'ensoleillement : 14h 40 (+2mn)

Célébration du jour :
• Journée internationale des familles

Citation du jour :
« Il n'y a que deux sortes d'hommes : les uns justes, qui se croient pécheurs ; les autres pécheurs, qui se croient justes. »
Blaise Pascal

Dicton du jour :
« À la Sainte-Denise, le froid n'en fait plus à sa guise. »

Proverbe du jour :
« En voulant le superflu, on perd le nécessaire. »

Événement du jour :
1889 : de premiers visiteurs gravissent la tour Eiffel par les escaliers, deux ans après le début de sa construction. Dès la première semaine de son ouverture, ils sont 28 922 visiteurs à se presser. [ARCHIVES AFP]
1891 : l'heure n'étant pas la même à Strasbourg et à Brest, la France se décide à adopter une heure unique pour tout le pays. Plutôt pratique pour connaître les horaires de trains. [JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP]
1902 : Georges Méliès présente son "Voyage dans la Lune", considéré comme le premier film de science-fiction de l'histoire du cinéma. Il dure 15 minutes et regorge d'effets spéciaux ingénieux. [GABRIEL BOUYS / AFP]
1940 : La Hollande, envahie depuis 5 jours par les troupes allemandes, doit capituler, alors qu'une violente attaque aérienne dévaste Rotterdam, faisant 900 victimes. La reine Wilhelmine a été contrainte de fuir devant l'avance rapide de l'ennemi.
1970 : les Beatles commercialisent leur ultime album, Let It Be, après avoir annoncé leur séparation. Il se classe tout de suite en tête des ventes en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis.[ UPI / AFP]
1991 : pour la première fois en France, une femme devient Premier ministre. Edith Cresson succède à Michel Rocard à la tête du gouvernement. Elle ne restera que 10 mois à Matignon.[MICHEL CLEMENT / AFP]
2012 : passation de pouvoir légèrement tendue entre l'ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, et le fraichement élu François Hollande. [Philippe Wojazer / AFP/Archives]

L'historiette du jour :
L'enfer est pavé... de Sourire

La voisine refuse toujours mon aide, je ne sais pas pourquoi.
Elle habite un studio mansardé au cinquième étage sans ascenseur, juste au-dessus de chez moi.
Comme je passe acheter mon pain tous les soirs en rentrant du bureau, j’aurais vite fait de lui prendre sa demi-baguette. Épaisse comme elle est, elle doit grignoter. Je l’imagine émiettant les croûtes, prélevant la mie pour éviter de gonfler et jeter le reste aux pigeons qui font des saletés sur les balustrades.

Lire la suite de l'historiette:
À mon avis, elle a peur de me déranger, un scrupule doublé d’un entêtement de vieille dame.
Elle a tort, j’ai besoin de faire le bien, je suis né comme ça. C’est comme une évidence, une nécessité, un besoin aussi vital que l’air que je respire.
Enfant déjà, je rendais service dès que l’occasion se présentait, sinon je créais les circonstances, je tenais les portes ouvertes pour laisser passer, je me coltinais les paquets les plus encombrants, descendais la poubelle avant que Maman le demande, réparais le vélo du facteur qui prenait un verre chez Maman. Ma sœur disait que j’étais un fayot. Elle ne m’a jamais compris, ma sœur.
A l’école, je laissais les copains copier sur moi vu que j’étais le meilleur en mathématiques. Un jour j’ai été collé parce que je donnais les réponses aux autres, le professeur imaginant que je faisais payer mes services. La honte chez le proviseur devant mes parents convoqués en urgence ! Et j’avais dû rédiger mes cent lignes en promettant de ne plus aider mes camarades. Je trouvais ça curieux, le curé nous demandait de faire le bien envers notre prochain... enfin, les adultes me semblaient bien compliqués.
Ernestine – c’est la voisine –, me répond à chaque fois que je lui propose d’acheter son pain : « Merci mais c’est bon pour moi de monter l’escalier, j’ai besoin d’exercice, à mon âge je ne dois pas me laisser aller, les articulations rouillent vite ».
Moi je pense qu’à son âge, on a besoin de repos. Mais elle ne veut rien entendre malgré les différentes méthodes que j’ai mis un certain temps à élaborer.
En garçon bien élevé, j’ai d’abord essayé la courtoisie, soulevant mon chapeau avant de l’aborder : « Madame Ernestine, il m’importe peu de gravir un étage supplémentaire pour quérir votre aliment de base, ce serait un réel plaisir de vous venir en aide ».
Soulevant un sourcil interrogatif, elle n’a pas semblé comprendre mon propos, j’ai donc tenté l’amabilité en affichant mon beau sourire creusé d’une fossette, mais elle est restée insensible à mon charme.
J’ai songé à la ruse, prétendant que les boulangers allaient manquer de farine suite à une grève des transporteurs, qu’il était urgent de faire des réserves dans mon congélateur puisqu’elle en est dépourvue. Elle m’a traité de bonimenteur en me toisant d’un petit air supérieur que je n’ai pas apprécié.
Alors je me suis fâché, une colère froide, sans la vulgarité des hurlements mais avec la force d’une argumentation construite, articles médicaux du Lancet à l’appui, sur les risques de complications cardiaques en cas d’effort violent dans la catégorie senior et troisième âge.
Je l’ai un peu bousculée pour lui faire comprendre qu’elle courait un grave danger et que je devais impérativement lui acheter son pain tous les jours, que le dimanche matin, que ça lui plaise ou non, je lui prendrais en plus un croissant au beurre. Elle a failli se fracasser dans l’escalier, d’une main elle s’agrippait à la rambarde en vociférant. C’est qu’elle est cabocharde, Ernestine.
C’est là que la voisine du troisième, drapée dans son peignoir à fleurs, est intervenue et quelle ne fut pas ma stupeur quand j’ai entendu Ernestine s’épancher sans vergogne : « Oui, il est beau comme Alain Delon dans La Piscine, si vous l’aviez vu quand il est arrivé il y a quarante ans, une amourette de jeunesse en quelque sorte ».
Elle parlait du boulanger.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Mar 15 Mai - 12:20

pôv' ti bonhomme sous l'eau....

1891 : l'heure n'étant pas la même à Strasbourg et à Brest, la France se décide à adopter une heure unique pour tout le pays. Plutôt pratique pour connaître les horaires de trains.
il est vrai qu'il y a 1/2h au soleil de différence entre l'est et l'oust ,mais bon il faut faire un choix pratique


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Mer 16 Mai - 6:21



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Honoré ainsi que les Brendan.
Demain, nous fêterons les Pascal Baylon ainsi que les Pascale et Pascaline.

Le 16 mai est le 136e jour de l'année du calendrier grégorien, le 137e en cas d'année bissextile. Il reste 229 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 27e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la Civette, la Ciboulette (botanique) appelée aussi Civette.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 13
le soleil se couche à 20h 56
durée d'ensoleillement : 14h 42 (+2mn)

Célébrations de demain :
• Journée mondiale des télécommunications
• Journée mondiale de lutte contre l'homophobie

Citation du jour :
« L'honneur, c'est comme les allumettes : ça ne sert qu'une fois. »
Marcel Pagnol

Dicton du jour :
« À la Saint-Honoré s'il fait gelée, le vin diminue de moitié. »

Proverbe du jour :
« Il n'est froc si béni que le diable n'y puisse trouver abri. »

Événement du jour :
1877 : Jules Simon, président du Conseil, démissionne, ouvrant ainsi une crise institutionnelle qui va définitivement faire basculer la IIIe République dans un système parlementaire. [CC / Jules-Arsène Garnier / AN]
1920 : l'Eglise canonise Jeanne d'Arc après l'avoir béatifié en 1909. Elle devient une des saintes patronnes de la France et une loi est promulguée pour qu'elle soit fêtée. [JOEL SAGET / AFP]
1929 : La première cérémonie de remise des Oscars a lieu à Hollywood. Janet Gaynor est proclamée meilleure actrice, Emil Jannings acteur par excellence, tandis que Wings reçoit le prix du film de l'année. La légende veut que le nom d'Oscar ait été donné à la célèbre statuette par une secrétaire de l'Académie du cinéma qui y trouvait une certaine ressemblance avec un de ses oncles portant le même prénom.
1968 : le comité d'occupation de la Sorbonne appelle à l'occupation immédiate de toutes les usines et à la formation de conseils ouvriers. Pompidou s'adresse aux Français à la télévision. [AFP]
1975 : la Japonaise Junko Tabei, 36 ans, devient la première femme à vaincre l’Everest. En 1992, elle fut la première femme à gravir les "Sept Sommets". [JIJI PRESS / AFP]

L'historiette du jour :
Chemins croisés de Monaluna

Paris est grise, Paris est triste. Depuis plusieurs semaines, Paris a la tête dans les nuages. Et le soir, elle ne prend même plus la peine de faire scintiller sa Tour Eiffel. Sa morosité s’imprime sur le visage des passagers, chaque matin un peu plus.
Les quelques regards qui se laissaient encore captiver par le défilement de la ville la délaissent, capturés désormais par des écrans sur lesquels le monde semble en couleur.

Lire la suite de l'historiette:
Aujourd’hui encore, dans ce wagon, les gens sont comme enfermés dans un film en noir et blanc. Il y a bien, quelques fois, une couleur de parapluie qui sort de l’ordinaire, mais ce matin, non, ils sont tous noirs. La course des gouttes de pluie sur la vitre du train sera donc la seule distraction de mon trajet. Pourtant, après trois victoires de la grosse goutte sur la petite, mon regard est capté par un homme. La quarantaine environ, il range dans son sac-à-dos son parapluie (noir certes, mais complètement tordu), puis fouille un moment à l’intérieur, pour finalement en sortir un attrape-rêves, lui aussi bien mal en point !

À ce moment, dans mon paysage, cet homme devient lumineux. Minutieusement, il démêle un à un les fils de son attrape-rêves pour les replacer harmonieusement. Je devine dans son air concentré l’importance que représente cet objet. Est-ce pour lui ou pour quelqu’un d’autre ? Ses gestes appliqués me fascinent. À la façon d’une araignée, il tisse cette toile dont le rôle, si essentiel, sera d’empêcher les mauvais rêves d’envahir le sommeil de son détenteur.

Quinze minutes plus tard, l’attrape-rêves est réparé. Un sourire satisfait éclaire le visage de son bienfaiteur. Un sourire rêveur éclaire le mien. Un souffle de poésie a réveillé mon quotidien. Car ce matin, j’ai croisé le chemin de ce mystérieux ange gardien.

* * *

Il est presque 8 heures quand Gaëtan passe les portes de l’hôpital Necker. Il salue rapidement ses collègues aide-soignants, enfile sa blouse blanche, sort un petit paquet de son sac-à-dos, puis se dirige à l’étage. Arrivé devant la chambre 208, il s’arrête un instant, pour masquer l’émotion qui le submerge chaque fois qu’il rend visite à son petit patient.

Quand il rentre dans la chambre de Nino, celui-ci est encore endormi. En le regardant, si paisible, Gaëtan sourit. À son réveil, le petit garçon aura une surprise. Gaëtan sort l’attrape-rêves du paquet et se dirige vers la fenêtre, pour l’accrocher du côté où se lève le soleil. « C’est important de le mettre de ce côté, pour que la lumière du jour puisse détruire les mauvais rêves qui se sont installés dans les fils de la toile », lui avait expliqué Nino avant de lui confier son petit trésor magique, qu’un mauvais coup de vent avait endommagé.

Nino y tenait beaucoup, c’était la première chose qu’il avait sortie de sa valise quand il était arrivé ici. « Tu vois, je ne crains rien, il me protège de tous les mauvais rêves, je n’ai pas peur ! » Gaëtan lui avait promis de le réparer au plus vite, avant le grand jour.

C’était chose faite. La nuit prochaine, seuls les jolis rêves pourront bercer Nino, pour qu’il se réveille, le lendemain, avec la force et l’espoir de vivre ce grand jour. Ce jour tant attendu où, enfin, il aura un petit cœur tout neuf.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Jeu 17 Mai - 8:12



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Pascal Baylon ainsi que les Pascale et Pascaline.
Demain, nous fêterons les Éric ainsi que les Cora, Coralie, Coraline, Corinne, Dioscore, Erich, Erick, Ericka, Erika et Juliette.

Le 17 mai est le 137e jour de l'année du calendrier grégorien, le 138e en cas d'année bissextile. Il reste 228 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 28e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la buglosse.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 12
le soleil se couche à 20h 57
durée d'ensoleillement : 14h 45 (+2mn)

Célébrations du jour :
• Journée mondiale des télécommunications
• Journée mondiale de lutte contre l'homophobie

Célébration de demain :
• Journée internationale des musées

Citation du jour :
« Les grands écrivains n'ont jamais été faits pour subir la loi des grammairiens, mais pour imposer la leur. »
Paul Claudel

Dicton du jour :
« Mariages en mai, Ne fleurissent jamais. »
« S'il tonne au jour de Saint-Pascal, sans grêle, ce n'est pas un mal. »

Proverbe du jour :
« L'arc toujours tendu se relâche. »

Événement du jour :
1765 : la Compagnie des Indes rétrocède au Roi de France les Iles de France et de Bourbon et le Port de Lorient.
1809 : Napoléon publie de Schoenbrünn un décret réunissant à l'Empire le reste des États pontificaux.
1871 : la Commune de Paris décrète l'égalité des enfants légitimes ou naturels, des épouses et des concubines pour la perception des pensions.
1990 : l'OMS retire l'homosexualité de la liste des maladies mentales.
1997 : Laurent-Désiré Kabila annonce qu'il devient le nouveau chef d'État du Zaïre, qu'il a l'intention de rebaptiser le Congo. La veille, après 32 ans de régime dictatorial, le maréchal-président Joseph Mobutu avait quitté le pouvoir. Le despote a accumulé au cours des années une fortune estimée entre 3 et 5 milliards de dollars, et 21 domaines situés un peu partout dans le monde.

L'historiette du jour :
Cœur en appât de Guy Pavailler

Je ne sais pas comment elles se débrouillent toutes pour se dégoter un beau mec. À 32 ans, je ne suis toujours pas mariée. Mes amies du pavillon U m'ont conseillée de passer une annonce. C'est ce que j'ai fait il y a dix jours.
En ouvrant ma boîte aux lettres, c'est une avalanche qui a dégringolé. On ne s'imagine pas le nombre de personnes célibataires ! Je ne les ai pas toutes lues. J'ai sélectionné les mieux écrites. Deux avec photo. Une parfumée.

Lire la suite de l'historiette:
La plus romantique, je n'en suis pas revenue, elle émanait de mon voisin : le beau Paul Grimbert. Il est anesthésiste à l'hôpital, je le croise tous les jours. Je l'observe aussi en cachette depuis la fenêtre de ma cuisine qui donne en vis-à-vis sur son salon.
Je n'aurais jamais imaginé Paul Grimbert sollicitant l'amour par petites annonces. C'est un don Juan né. Je le vois souvent rentrer avec des filles. En général, ils boivent un verre ensemble. Puis Paul éclaire une petite lampe de chevet près du canapé. Enfin il tire le rideau. Il n'oublie jamais.
Je les vois rarement ressortir – je ne passe pas non plus mon temps à l'épier. Mais c'est sûr, il sait s'y prendre. Les nuits doivent toujours lui sembler trop courtes. Je me demande ce qui le pousse à répondre à des annonces ? Est-ce sa façon de recruter ?
Je dois dire qu'il me plaît bien. Avec sa petite moustache toujours joliment taillée. D'une politesse exquise. On sent le type bien dans sa peau. Je crois qu'il a perdu sa maman, il y a deux ans. On en avait parlé avec les collègues à l'époque. Il a eu beaucoup de chagrin. C'est à partir de cette époque qu'il a commencé à recevoir beaucoup de filles.
L'autre jour, des policiers sont venus l'interroger à l'hôpital. On s'est demandé si cela avait un rapport avec l'affaire du tueur en série. Depuis presque deux ans, les enquêteurs recherchent un individu qui aurait assassiné une dizaine de personnes, toutes de sexe masculin : un serial killer comme on dit aujourd'hui.
On a bien ri au pavillon U. Paul Grimbert, un tueur en série ! Le pauvre chéri, il ne ferait pas de mal à une mouche. Arlette a supposé qu'avant de tuer une mouche, il devait l'endormir à l'éther. On a ri de plus belle.
Mais quand on a appris la vérité, on n'a plus ri. Grimbert avait travaillé dans un hôpital réputé de la région lyonnaise, quelques années auparavant. Ses supérieurs, de grands professeurs de renommée internationale, étaient impliqués dans un trafic de méthadone, cette substance donnée comme substitut aux drogués. Ils en font des cures, ça les aide à se désintoxiquer.
Éthique. Et toc ! On l'avait mauvaise dans le service. Ce sont des histoires à ne pas faire de la bonne publicité aux hostos. Mais nous étions heureuses pour Paul. Il était cité en tant que témoin et n'avait strictement rien à voir avec toutes ces magouilles.
Seul Gégé aurait bien aimé voir son collègue embarqué par les flics. C'est un jaloux Gégé. Il ne supporte pas de voir les autres heureux. Tous les soirs, au bar des amis, il enterre sa vie de garçon. Et tous les matins, il déterre la hache de guerre. Mais personne aujourd'hui ne fait plus attention à lui.
Je ne connais aucune famille à Paul. À l'enterrement de sa maman, une femme sourde-muette, peu de monde, quelques voisins et du personnel de l’hôpital. Je ne lui connais pas d'enfants. Je ne crois pas qu'il ait été marié autrefois comme le supposent certaines de mes amies. Je pense en réalité qu'il cache un secret. Oui, cela me paraît plus probable, mais qui ne possède pas ses petits secrets ?!
Depuis que j'ai ouvert sa lettre, je suis dans tous mes états. Il faut dire que j'ai eu le culot de lui téléphoner tout à l'heure. Il a été d'une courtoisie suprême. Il m'attend pour 21h. Bien sûr, je ne me suis pas fait connaître de lui. J’ai maquillé ma voix. J'aime à entretenir le mystère. S'il savait que c'est moi, il pourrait se raviser.
Ah ! L’amour ! Ça en fait couler de la salive, et couler de l'encre : qu'est-ce qu'on ne peut pas lire ou entendre sur l'amour. Si tout n'a pas déjà été dit au moins trois cents fois sur le sujet. Et puis l'amour, ça fait aussi parfois couler des larmes. C'est l'amour malheur, l'amour tristesse, l'amour trahison. Cet amour-là, il fait couler le sang, le sang incarnat de nos veines, de nos déveines. Le sang de tout le mauvais sang qu'on s'est fait jusqu'à présent. En l'attendant. Le sang mauvais que l'on répand.
Aux armes citoyennes ! Qu'un sang impur abreuve nos sillons.
Je deviens folle. Pourquoi est-ce que je crie ainsi ? Calmons-nous. Racontons-nous une belle histoire, avant que de nous rendre à ce premier rendez-vous galant, hi hi hi – premier si l’on peut dire et sûrement pas le dernier ! – parfumée, coquette, désirable. Ha ! Paul, tu seras bien étonné en ouvrant ta porte. Oh ! Bonjour, Cécilia ! Excuse ma surprise, j'attends quelqu'un.
C'est moi ton rendez-vous, lui répondrai-je d'une voix enjôleuse en forçant doucement sa porte. Tu m'offres un verre ? Mêmêmê, bien sûr, bêlera-t-il comme un chevreau, avec ou sans glace le drink ? C'est un homme délicieux.
Délicieux, mais si seul. Échoué en lui-même. Naufragé de l’amour, tout comme moi. Homme blessé. Aux souffrances insoutenables, insupportables et pourtant qu’avec courage il endure, courage et persévérance, abnégation et peut-être héroïsme. Ah ! Quelle providence de croiser son chemin ! D’agir promptement sur son destin, efficacement. Le composant epsilon de la vie. Le secours que l’on n’attend plus ; tellement on est ancré dans la vase du désamour. Un bloc de ciment aux pieds au fond d’un marécage nauséabond.
Nous boirons cordialement, en débitant des banalités. Plus tard, il allumera la lampe de chevet près du canapé et tirera le rideau de la fenêtre du salon. L'ambiance deviendra plus intime, feutrée. Il me parlera de Schubert, qu'il vénère, et placera sa main lisse entre mes cuisses glabres. Et comme il approchera ses lèvres pour s'offrir un baiser à l'ambre de mes lèvres, j'entrerai dans son cœur une lame d'acier.
Paix à son âme.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Jeu 17 Mai - 13:01

ô la jolie ruelle..merci pour ce bout de vacances..
1871 : la Commune de Paris décrète l'égalité des enfants légitimes ou naturels, des épouses et des concubines pour la perception des pensions.
ça a du aider certaines et certains


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Jeu 17 Mai - 23:20

La ruelle c'est le quartier du Panier à Marseille




avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Ven 18 Mai - 8:15




L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Éric ainsi que les Cora, Coralie, Coraline, Corinne, Dioscore, Erich, Erick, Ericka, Erika et Juliette.
Demain, nous fêterons les Yves Hélory de Kermartin ainsi que les Célestin, Erwan, Erwin, Maryvonne, Yvon et Yvonne

Célébration du jour :
• Journée internationale des musées

Le 18 mai est le 138e jour de l'année du calendrier grégorien, le 139e en cas d'année bissextile. Il reste 227 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 29e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du sénevé...

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 11
le soleil se couche à 20h 58
durée d'ensoleillement : 14h 47 (+2mn)

Citation du jour :
« Avoir trop de chefs ne vaut rien : qu'un seul soit chef, qu'un seul soit roi. »
Homère

Dicton du jour :
« Rosée et fraîcheur de mai, Donnent vin à la vigne et foin au pré. »
« Soleil à la Saint-Éric, promet du vin plein les barriques. »

Proverbe du jour :
« L'ignorance est plus obscure que la nuit. »

Événement du jour :
1804 : Napoléon Bonaparte devient empereur. Par la Constitution de l’An XII et à la demande du Sénat, le Premier consul devient empereur des Français. La cérémonie de sacre sera effectué le 2 décembre par le pape à Notre-Dame de Paris[Domaine public]
1953 : L’Américaine Jacqueline Cochran devient la première femme à atteindre Mach 1. Elle a poussé son Canadair F-86 Sabre jusqu’à 1 049 km/h.[Domaine public]
1980 : Le mont Saint Helens entre en éruption. Le volcan américain, situé dans l’État de Washington (nord-ouest), se couvre de lave et de fumée. Au total, 57 personnes trouvent la mort dans cette éruption, qui demeure la plus importante de l’histoire des Etats-Unis. [Domaine public]
1990 : Après 40 ans de division et de guerre froide, les deux États allemands se lancent sur la route de la réunification en signant un traité d'union monétaire et économique. Le traité prévoit une transformation radicale et pratiquement instantanée des structures de l'économie est-allemande. La monnaie de l'Allemagne de l'Est sera supprimée pour être remplacée par le deutsche mark. La propriété privée et la liberté d'entreprise redeviennent les principes moteurs de l'économie.

L'historiette du jour :
La partie de pétanque de Hilaire Pascale

Les gens ne m’aiment pas. Cela remonte à mon enfance. À l’école, j’étais seule dans la cour de récréation, profondément seule lorsqu’il fallait choisir un camarade pour un travail en commun. Si ! Je me rappelle avoir eu une amie, une fois. Elle voulait que je lui donne un animal en plastique que ma mère avait trouvé en cadeau dans un paquet de lessive et que j’adorais. Après cela, elle m’évita et refusa de me rendre mon jouet préféré en me disant :
— Donner c’est donner, reprendre c’est voler.

Lire la suite de l'historiette:
Je suis allée le récupérer, de force. Ensuite, elle a disparu. On n’a plus entendu parler d’elle.
Depuis, j’ai réalisé mon rêve : avoir un mari et une maison rien qu’à moi, avec un jardin. Les plantes, je leur parle, ce sont des amies qui restent auprès de moi, elles sont si belles. Pour rien au monde je ne quitterais mon paradis de verdure. C’est mon Marco qui prend soin de la pelouse qui entoure la maison. Il ne supporte pas qu’un brin d’herbe dépasse. C’est un maniaque de la tonte. Des journées entières, il reste scotché à sa machine, comme s’il faisait tout à coup corps avec elle.
La pétanque est sa deuxième passion. Il m’emmène parfois le dimanche dans son club où on me félicite pour mes quiches, je suis devenue la reine des quiches. C’est vrai qu’il est très adroit pour ce sport. Il n’a pas son pareil pour effectuer des carreaux et des biberons. J’aime bien le biberon, c’est quand la boule tête le cochonnet. En parallèle, je manie les boules, mais il ne s’en préoccupe pas. Pourtant, je suis douée également. Je le lui montrerai un jour.
Mais pas aujourd’hui. Nous venons de nous disputer, une fois de plus. Il m’énerve, il ne fait rien dans la maison. Il n’est pas foutu de planter un clou pour accrocher un tableau au mur. Je ne sais pas pourquoi cela s’est envenimé à ce point. Soudain, j’ai senti que ma colère montait et qu’elle ne pourrait plus s’arrêter. Hors de moi, je lui ai cassé un pain sur la tête.
Mon Marco, un instant interloqué, a dit :
— C’est fini, Maïté. Demain, je te quitte.
Puis, comme après chaque dispute, il est sorti en claquant la porte.
L’homme s’avance nerveusement au fond de l’abri voiture. Il agrippe ses doigts à la barre de la tondeuse en redoublant d’effort pour ne pas rayer la voiture de Madame. Entre cette dernière et les piliers du garage, l’espace est tellement étroit. Puis il exécute le geste de la mise en marche. Le bruit strident retentit.
Le robot est en marche, pense Maïté qui épie de sa fenêtre. Trois, quatre heures durant, le bruit s’éloigne peu à peu, pour revenir en force. Il lui vrille les oreilles sans pudeur. Impossible de l’oublier. Le silence, tout à coup, savoureux. Elle commence à s’y habituer, quand l’homme remet ça. À quoi bon crier, puisqu’il porte un énorme casque sur les oreilles, qui l’isole du monde extérieur et le fait ressembler à un extra-terrestre. Maïté le trouve assez ridicule. Elle finit par s’emporter. Son Marco veut disparaître ?
Elle attrape une boule de pétanque, bien décidée à faire cesser cette agression insupportable et à lui montrer qu’elle est, elle aussi, une pointeuse habile. La boule heurte de plein fouet la nuque de l’homme, qui tombe assommé, avant que sa machine ne lui roule dessus. Le bruit a cessé. Enfin !

Pourquoi mon Marco ne me rend jamais visite ? Je pourrais lui montrer mon nouveau logement avec son grand parc magnifiquement arboré. Maïté semble fixer quelque chose par-delà la fenêtre de sa chambre. Lorsque l’homme tire sur le levier de mise en marche de la tondeuse, le bruit strident, insupportable, agressif résonne à nouveau. C’est l’heure du goûter. Deux infirmiers entrent, le sourire aux lèvres.
— Bonjour, Maïté, comment ça va aujourd’hui ?
— Je me disais que je ferais bien une partie de pétanque.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Ven 18 Mai - 11:20

Auzelles a écrit:La ruelle c'est le quartier du  Panier à Marseille
c'est joli! merci


Célébration du jour :
• Journée internationale des musées
ils devraient être gratuits ce jour là


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Sam 19 Mai - 7:26



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Yves Hélory de Kermartin ainsi que les Célestin, Erwan, Erwin, Maryvonne, Yvon et Yvonne.
Demain, nous fêterons les Bernardin.

Le 19 mai est le 139e jour de l'année du calendrier grégorien, le 140e en cas d'année bissextile. Il reste 226 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 30e et dernier jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la houlette.

Une pensée pour notre ami qui s'en est allé voici déjà 1 an, Repose en paix l'ami.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 10
le soleil se couche à 20h 59
durée d'ensoleillement : 14h 49 (+2mn)

Célébration de demain :
• La Pentecôte

Citation du jour :
« L'élément libérateur de l'opprimé, c'est le travail. »
Jean-Paul Sartre

Dicton du jour :
« Mai froid n'enrichit personne, Mais il est excellent quand il tonne. »
« À la Saint-Félix, tous les lilas sont fleuris. »

Proverbe du jour :
« La figue verte mûrit quand elle vient en contact avec la figue mûre. »

Événement du jour :
1629 :
siège de la ville de Privas.Le siège de Privas commence le 14 mai et se finit le 28 mai suivant. Le 19 mai Richelieu rejoint le Roi. La ville est entièrement bouclée.
1635 : la France entre dans la Guerre de Trente Ans.
Après les défaites des alliés suédois, qu'elle soutient depuis plusieurs années, la France entre directement dans la guerre de Trente ans en s'attaquant à l'Espagne.
1802 : création de la Légion d'Honneur.Le consul à vie Napoléon Bonaparte crée par décret l'ordre de la Légion d'honneur pour récompenser les actions civiles et militaires.
1968 : mai 68 suite … A l'Elysée, aux responsables du maintien de l'ordre, De Gaulle donne l'ordre de "nettoyer la Sorbonne et l'Odéon séance tenante". Le ministre de l'intérieur Fouchet, soutenu par le préfet de police Grimaud, proteste car "il faudrait faire tirer. Il y aurait des morts". Le président cède et laisse agir Georges Pompidou.
1974 : Giscard d'Estaing est élu président contre Mitterrand.
1994 : L'Amérique pleure la mort, à 64 ans, de son ex-première dame, Jacqueline Kennedy Onassis, qui a succombé à un cancer du système lymphatique. C'est en 1951 qu'elle avait rencontré John Fitzgerald Kennedy, alors représentant du Massachusetts au Congrès ; le mariage du couple aura lieu le 12 septembre 1953 à Newport, dans le Rhode Island. En novembre 1963, l'Amérique est impressionnée par cette femme qui fait face avec courage à l'assassinat de son époux. Le 20 octobre 1968, Jackie Kennedy épouse Aristote Onassis ; après le décès du riche armateur grec en 1975, elle s'installe à New York où elle entreprend une carrière dans l'édition.

L'historiette du jour :
La genèse d’un artiste de Camille

Pourquoi avait-elle été décapitée ? Et où était la tête ?
Le corps nu de la jeune femme reposait, alangui, sur une couche étroite. Des coussins soutenaient son dos et encadraient son buste aux seins lourds. Le contraste entre ses formes douces, un peu molles, et les déchirures brutales à la base du cou était barbare. Soudain, une lumière dorée coula par la fenêtre. Elle doucha la chair blanc d’ivoire, la rosit, créant une illusion de vie. Je n’ai pas pu résister, j’ai avancé ma main jusqu’à effleurer sa hanche. J’aurais désiré – c’était dément – qu’elle frémisse au contact de mes doigts !

Lire la suite de l'historiette:
Je venais d’oublier, tant j’étais subjugué, que je suis gardien de musée (c’est mon job d’été), et que je passe mon temps à rappeler aux visiteurs de ne pas toucher les œuvres exposées !

D’habitude, il ne se passe jamais rien dans cette salle dédiée aux sculptures. Nous partageons, mes statues et moi, ennui et somnolence discrète ; ma seule crainte étant de me réveiller, un jour, aussi pétrifié qu’elles ! Mais cette année, il y avait eu du ramdam : l’État coupant le robinet des subsides, le conservateur n’avait eu d’autre choix que de secouer ses troupes pour faire rentrer de l’argent. En fait d’innovation, décision fut prise, après force réunions et moult séances migraineuses de brainstormings, d’exhumer des réserves du sous-sol, des œuvres poussiéreuses afin de bricoler une exposition temporaire, baptisée sans rire « Renouons avec les Anonymes ». Elle débutait aujourd’hui. « La femme sans tête », que je venais de découvrir, faisait partie des pièces installées dans la nuit.

— Elle est belle, n’est-ce pas ?
J’ai sursauté. Qui parlait alors que le musée était encore fermé ? D’où provenait cette voix assourdie ?... Ça alors !... Une silhouette prenait forme, se densifiait devant mes yeux, celle d’un homme portant favoris, moustache et une ample blouse grise qui lui masquait pieds et bras. Au final, une sorte de spectre avec une belle gueule méphitique. Amazing ! se serait exclamée ma maman so british. « Je n’ai rien bu, rien fumé, je le jure votre Honneur, ce n’est pas la peine d’agiter vos ailes noires ! » Si je me justifie et si j’en rajoute, c’est que je dois ce job à mon avocat de père qui m’a fait promettre un comportement exemplaire (sa réputation était en jeu, blablabla) sinon...
L’apparition éclata de rire devant mon air ahuri.
Je finis par articuler :
— Mais vous êtes qui ?
— Henri Redon, l’auteur de cette œuvre, me salua-t-il en soulevant un chapeau imaginaire. Puis, il virevolta autour de la sculpture, en mode derviche tourneur. Sa blouse lançait des étincelles de poussière blanche.
— Elle, c’est Emma, c’était mon amour, dit-il en contemplant le corps.
Sa voix faible tremblait de chagrin.

Ensuite, il m’a raconté son histoire. En haut débit, il avait été privé de paroles depuis si longtemps ! La rencontre en 1885 d’une belle cocotte entretenue par un prince polonais, qu’elle plumait comme il se doit. Un prince généreux certes (il avait commandé la sculpture) mais... jaloux et violent ! Un soir, celui-ci surgit dans l’atelier de l’artiste, où les amants dormaient. Armé d’un sabre ciselé aux armoiries de la famille, il vengea son honneur en décapitant les tourtereaux avant de trancher la tête de la sculpture qu’il emporta dans sa fuite. Celle-ci, au moins, lui serait fidèle...

Depuis, Henri Redon errait, il ne parvenait pas à quitter ce monde.
Si lui moisissait depuis plus d’un siècle dans les caves du musée, où donc était passée sa dulcinée ?
— Elle m’a quitté, reconnut-il de mauvaise grâce, comme s’il devinait mes pensées. Je dois lui recréer une tête, c’est la condition pour accéder à l’immortalité.
— Mais... vous êtes mort.
Et les fantômes n’existent pas ! Courage ! Je m’approchai de lui, mes doigts touchèrent son thorax, passèrent au travers... Merde, j’ai pensé à Ghost, le film que maman se repasse en boucle quand elle a envie de pleurer. Mes dents se sont mises à claquer de trouille. Jamais je n’aurai dû accepter ce boulot, j’étais en train de virer dingo ! Où était l’entourloupe ? Parce qu’il y en avait une, forcément. Je fuyais son regard pour lui dissimuler la bataille musclée que se livraient mes synapses derrière mon front renfrogné.
— En fait, tu es un hologramme.
Cette fois, c’est lui qui paru étonné.
— De quoi me parlez-vous ? Je suis le fantôme de Redon, je vous l’ai dit, et j’ai besoin de votre aide.
— ??
— Oui, je vous ai choisi pour sculpter le visage d’Emma à ma place, je vous guiderai.
Ben voyons ! Je me suis énervé.
— Arrêtez vos conneries...
— Non, non, je ne plaisante pas, vous êtes l’homme qu’il me faut : Julian Lecoutre, étudiant aux Beaux-Arts, n’est-ce pas ?
D’un coup, mon dos frissonna de peur. Les Beaux-Arts, c’est ce que j’avais trouvé pour échapper aux études de Droit programmées par mon vieux. Qui devait se venger ! Après m’avoir enfermé dans un musée, il m’envoyait un hologramme dernière génération, piloté par des génies la 3D. Maître Lecoutre allait m’entendre ce soir ! Je devais me contenter de cette explication inoffensive, et faire cesser cette mauvaise blague, tout de suite.
— D’abord, j’étudie la photo, mais c’est pas le sujet. Bon, Henri, on a bien rigolé, maintenant, ouste ! Une classe d’enfants va débarquer, et ça risque d’être chaud avec vous dans mes pattes.
— Vous leur raconterez mon histoire, ils devraient aimer...

— Monsieur, ouh, ouh, Monsieur, elles sont où les toilettes ?
La voix d’une schtroumpfette à nattes rasta me vrilla les tympans. J’ai ouvert les yeux. Henri avait disparu, des gamins s’agitaient autour de moi. La vie normale quoi !
A la fermeture, j’ai vaguement farfouillé dans les salles. Aucun ectoplasme ne flottait dans l’air.

Je suis sorti. Soulagé.

C’est alors qu’une voix presque familière chuchota dans ma tête :
— A présent Julian, tu vas aller acheter de l’argile et des outils, on a du travail.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Sam 19 Mai - 13:06

1994 : L'Amérique pleure la mort, à 64 ans, de son ex-première dame, Jacqueline Kennedy Onassis, qui a succombé à un cancer du système lymphatique. C'est en 1951 qu'elle avait rencontré John Fitzgerald Kennedy, alors représentant du Massachusetts au Congrès ; le mariage du couple aura lieu le 12 septembre 1953 à Newport, dans le Rhode Island. En novembre 1963, l'Amérique est impressionnée par cette femme qui fait face avec courage à l'assassinat de son époux. Le 20 octobre 1968, Jackie Kennedy épouse Aristote Onassis ; après le décès du riche armateur grec en 1975, elle s'installe à New York où elle entreprend une carrière dans l'édition.
J'ai visionné le film avec Nathalie Portman"Jackie" si le film est près de la réalité alors je trouve que cette femme fut digne ,courageuse,un peu déjantée face à la réalité et qu'elle aimait son infidèle et haut dignitaire époux malgré ses frasques sexuelles,elle avait une haute opinion de son rôle de 1ère dame des USA ,à l'époque état le plus puissant de la planète!


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Dim 20 Mai - 8:03



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Bernardin.
Demain, nous fêterons les Constantin.

Le 20 mai est le 140e jour de l'année du calendrier grégorien, le 141e en cas d'année bissextile. Il reste 225 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 1er jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la luzerne.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 12
le soleil se couche à 21h 01
durée d'ensoleillement : 14h 51 (+2mn)

Célébration du jour :
• La Pentecôte

Célébration de demain :
• Lundi de Pentecôte

Citation du jour :
« La liberté appartient à ceux qui l'ont conquise. »
André Malraux

Dicton du jour :
« S'il pleut à la Saint-Bernardin, tu peux dire adieu à ton vin. »

Proverbe du jour :
« Le baiser sur les lèvres a été inventé par les hommes pour que les femmes se taisent quelquefois. »

Événement du jour :
1902 :
Indépendance de Cuba. Les Etats-Unis, qui occupent l'île depuis 1899, reconnaissent la création d'une Républicaine cubaine. Mais l'influence américaine reste forte grâce à l'amendement Platt qui permet aux Etats-Unis de conserver des bases militaires et d'intervenir dans les affaires du pays.[©️ AFP]
1927 : Charles Lindbergh traverse l’atlantique. Il s’envole depuis New York vers Paris avec son avion, le Spirit of St Louis. A 25 ans, il devient le premier homme à traverser sans escale l’océan Atlantique. Surnommé l’Aigle solitaire, cet Américain d’origine suédoise réalise un vol de 33 h et 30 min et atterrit au Bourget après avoir consommé 1.900 L de carburant.[©️ AFP]
1977 : Le célèbre train Orient-Express, reliant Paris à Istambul, entreprend son dernier voyage. Son unique wagon-lit a été pris d'assaut et ses cabines ont été réservées depuis 6 mois pour ce voyage historique.
1983 : Découverte du VIH. La revue Sciences publie les résultats des recherches dirigées du professeur Luc Montagnier de l'Institut Pasteur. A l'époque, le lien entre ce rétrovirus et le sida n'est pas encore établi. [CC / Wikicommons]
2013 : Une tornade dévaste la ville de Moore (Oklahoma, Etats-Unis). La tornade, classée EF5 sur l'échelle de Fujita (le maximum) avec des vents atteignant les 320 km/h, a tué 24 personnes et ravagé presque entièrement la ville. Il s'agit de l'une des tornades les plus meurtrières aux Etats-Unis. [©️ AFP]

L'historiette du jour :
Le pouvoir des fous de Clément Paquis

C'est un mardi matin, quelques instants avant le conseil des ministres, que Charles Bouvier décida de massacrer toute sa famille à l'aide d'une scie-circulaire. En une vingtaine de minutes, Bouvier réduisit en charpie sa femme, ses trois enfants ainsi que le chien. L'information fit scandale, si bien que le ministre de l'agriculture fut dépêché en catastrophe pour prendre la parole et ainsi répondre aux hurlements qui lui parvenaient des réseaux sociaux.

Lire la suite de l'historiette:
« Le gouvernement est profondément choqué par cet acte barbare, et nous sommes bien décidés à y répondre de la manière la plus ferme, notamment en procédant à l'interdiction immédiate, totale et définitive, des scies-circulaires à l'intérieur de l'Hexagone. »
Sur les réseaux sociaux, on poussa un soupir de soulagement, puis l'on retourna traquer le chanteur, l'acteur, l'homme politique ou le présentateur TV à l'humour définitivement trop noir ou trop osé pour être conforme à ces valeurs progressistes qui sont les nôtres.

Deux mois plus tard, peu de temps avant que le président de la République ne rende hommage aux martyrs de la grande guerre, l'on apprit que Tarik Benboulian, trente-quatre ans, avait décidé de faire de la soupe avec les organes génitaux de son épouse, le tout assaisonné d'une poignée de romarin, de sel et d'huile d'olive.
« Toujours les mêmes ! » hurla la droite des réseaux sociaux, demandant à ce que l'on rétablisse la peine de mort, la torture, et que l'on rouvre les bagnes pour y faire travailler à vie et dans la douleur ces fumiers d'assassins qui salissaient tout espoir d'appliquer un jour le vivre-ensemble à notre beau pays.
Le secrétaire d'État à la gastronomie prit aussitôt la parole, assurant que le gouvernement n'allait pas en rester là, et allait édicter de manière imminente, une loi dévolue à réguler la vente d'huile d'olive, de romarins, et qu'une surveillance toute particulière serait appliquée afin de garder à l'œil les consommateurs d'herbes de Provence.

Lorsque trois mois plus tard, Jacques Grosbouillon assassina son voisin ainsi que toute la famille de ce dernier, arrachant leurs cervelles de leurs têtes pour en faire de la terrine de campagne, les réseaux sociaux tonitruèrent à l'unisson que c'était un scandale, et que le pouvoir avait vraiment intérêt à agir avant que le retour des années sombres ne se fasse sentir.

Le président de la République prit donc la parole en personne, et annonça qu'aucune mesure ne serait prise par le pouvoir. Devant les cris de protestations en provenance de l'Internet, il se dépêcha de préciser qu'il était déjà interdit depuis fort longtemps de se trouver en possession d'une cervelle sur le territoire de la République, et que cette loi avait été rigoureusement appliquée par le bon peuple de France.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Etoile le Dim 20 Mai - 10:34

Je n'ai pas vu le film sur Jackie;je vais chercher


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 4947
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 64

http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires