ETOILE ET SES POTES

Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Etoile le Mar 26 Juin 2018 - 6:47

Je l'ai lu quand j'étais jeune et ensuite relu  et relu

J'ai trouvé que les films tirés du livre manquaient d'intensité


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 5083
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 64

http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Mar 26 Juin 2018 - 8:28



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Anthelme.
Demain, nous fêterons les Fernand ainsi que les Fernande.

Le 26 juin est le 177e jour de l'année du calendrier grégorien, le 178e en cas d'année bissextile. Il reste 188 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 8e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l'échalote.

à Marseille :
le soleil se lève à 5h 59
le soleil se couche à 21h 22
durée d'ensoleillement : 15h 22 (+0mn)

Célébrations du jour :
• Journée internationale contre l'abus et le trafic illicite des drogues
• Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture

Citation du jour :
« On ne peut être et avoir été. Mais si ! On peut avoir été un imbécile et l'être toujours. »
Léon Bloy

Dicton du jour :
« Qui en juin se porte bien, au temps chaud ne craindra rien. »

Proverbe du jour :
« La chance qui dure est toujours suspecte. »

Événement du jour :
1945 : 51 Etats réunis à San Francisco, signent la Charte des Nations Unis. L'ONU, dont le siège est à New-York, commencera à exister officiellement le 24 octobre.
1967 : L'actrice française Françoise Dorléac périt dans un accident de voiture, à l'âge de 25 ans. On a pu apprécier son talent notamment dans Arsène Lupin contre Arsène Lupin, L'homme de Rio, Genghis Khan et Les demoiselles de Rochefort. Elle était la sœur de Catherine Deneuve.
1974 : un paquet de chewing-gum est scanné dans un supermarché de l'Ohio, aux Etats-Unis. C'est la première utilisation d'un code-barres.
1988 : un vol de démonstration du tout nouvel Airbus A320, s'écrase en plein meeting aérien à Habsheim, dans le sud de l'Alsace, Le bilan sera de trois morts.
2009 : l'avion à énergie solaire "Solar Impulse" est présenté pour la première fois. Il réalisera son premier vol 10 mois plus tard.

L'historiette du jour :
La forêt des brumes gelées de Leann
Au-dessus de l’étang, la lune tombait doucement sur le bois endormi, caressant de ses rayons glacés la forêt. L’aube ne tarderait pas à poindre, illuminant de couleurs chaudes et dorées les arbres couverts de givre, immenses statues éternelles dans un instant éphémère. Les lumières réveilleraient bientôt les dormeurs. Le chasseur le savait, ses pas crissaient sur la neige et la peur de se faire remarquer ne quittait pas son esprit. C’était le prix à payer pour poser ses derniers collets et assouvir son avidité. Il avait aussi l’espoir, infime, de rencontrer un animal plus gros que son petit gibier habituel, encore assoupi et de le tuer. Alors que l’homme continuait de marcher à pas de loup, il aperçut du coin de l’œil un tissu virevolter. Il s’arrêta, surpris.

Lire la suite de l'historiette:
Curieux et méfiant, le chasseur se dirigea vers le morceau d’étoffe qui dansait entre les arbres. Il vit alors un amas de rochers moussus entouré d’une multitude d’autres petits rubans semblables. Intrigué, il se dirigea vers ce qui ressemblait au sanctuaire décrit dans les contes des Anciens. Il n’en connaissait ni l’histoire, ni les pouvoirs. Le maraudeur continua de s’en approcher. Il savait seulement que la plupart des paysans considéraient l’endroit comme maudit.

Les villageois étaient tous terrifiés par leur ombre, mais lui, lui n’avait peur de rien !
Là, tout semblait plus calme, d’un silence presque étouffant. La forêt et le chasseur retenaient ensemble leur souffle. Soudain, il entendit un craquement très léger. Le doux frôlement du pelage d’un animal contre l’écorce des arbres attira son attention. Apparut alors une magnifique biche, blanche comme l’aubépine fraîchement éclose, d’un port majestueux. À son approche, le temps semblait ralentir, s’étirer, presque s’arrêter. Le chasseur resta figé devant une telle apparition, si bien que lorsqu’elle passa devant lui, il ne bougea pas. Il la regarda boire à la source, pareil à une statue. Subitement, la magie se brisa : le temps reprit son cours, le chasseur ses esprits, la forêt son mouvement. Il saisit son arc et décocha sa flèche. Il ne manqua pas sa cible et la biche, percée au cœur, s’écroula sur le blanc manteau qui recouvrait le sol. Son sang, si rouge, ruisselait sur la neige et s’épanouissait comme une fleur fanée. Le chasseur observait la scène, les yeux écarquillés, le souffle court, le cœur battant, rempli d’excitation à l’idée de ramener au village une proie si belle. Assoiffé, il se pencha au-dessus de la source dans laquelle avait bu la biche mais recula soudainement en voyant le visage de la créature se refléter dans le miroir de l’onde. Un regard jeté derrière lui confirma que la bête était bien morte. Il but, l’eau était délicieusement fraîche mais les dernières gouttes ruisselaient à peine dans sa gorge que déjà des frémissements le parcouraient. Son corps se couvrit de poils, des bois lui poussaient, ses jambes se transformaient en de longues pattes...

Il devenait un cerf, aussi majestueux que l’avait été la biche. Son poil luisait du même éclat blanc. Il voulut crier mais il ne put que bramer. Il devait retourner chez lui, les Anciens connaîtraient sans doute un remède. Les premiers pas qu’il fit lui furent pénibles et il tomba dans la neige. Il se releva mais retomba au bout de quelques pas. La neige, épaisse, n’arrangeait pas les choses. Pas plus que sa ramure, qui ne cessait de se prendre dans les branches des arbres, pareilles à des mains griffues qui auraient voulu s’emparer de la couronne du roi de la forêt.

Après plusieurs chutes, l’animal parvint enfin à marcher d’un pas régulier. Le cerf blanc trottait depuis l’aube quand soudain l’une de ses pattes arrière se prit dans un piège. C’était lui, le chasseur, qui l’avait posé. Au prix de terribles douleurs et d’une longue lutte, l’animal parvint à se dégager. Il boitait et le retour lui semblait plus que jamais impossible. Il continua cependant à avancer. Il ne se souciait plus de ce qu’il allait faire, il ne pensait plus, il était devenu une pensée, une seule : rentrer. Soudain, un son de cor puissant retentit sous le couvert des arbres. L’ouverture de la chasse. Un autre appel se fit entendre, plus proche cette fois. Il y eut bientôt des aboiements. Les mêmes sons inquiétants se répétèrent, toujours plus proches. Sa patte blessée l’empêchait de courir. Il tomba et réussit à se relever, mais la meute était sur lui. Les chasseurs arrivèrent. Le cerf comprit que sa fin était proche. Il les regarda silencieusement. Eux aussi étaient figés devant la bête, mais ils se reprirent. Il sentit à peine la flèche transpercer son cœur et la mort glacée s’emparer de lui. Sa dernière pensée fut pour les chasseurs, qui se souviendraient longtemps de cette chasse tandis qu’au village tous oublieraient l’homme bien vite. La forêt avait repris son dû.

Bonne journée à toutes et tous
La journée sera chaude de Menton à Cherbourg





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2758
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Mer 27 Juin 2018 - 5:50



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Fernand ainsi que les Fernande.
Demain, nous fêterons les Irénée.

Le 27 juin est le 178e jour de l'année du calendrier grégorien, le 179e en cas d'année bissextile. Il reste 187 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 9e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l'absinthe.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 00
le soleil se couche à 21h 22
durée d'ensoleillement : 21h 22 (+0mn)

Citation du jour :
« Qui oblige s'oblige. »
Nestor Roqueplan

Dicton du jour :
« Temps de la Saint-Fernand, chaleur et soleil riant. »

Proverbe du jour :
« La reconnaissance est la mémoire du cœur. »

Événement du jour :
1954 : la première centrale nucléaire au monde est mise en service à Obninsk, en Russie. Son réacteur développe une puissance électrique de 5 MWh. Il est aujourd'hui à l'arrêt.
1956 : le parlement adopte la vignette automobile, une taxe annuelle destinée à venir en aide aux personnes âgées. Impopulaire, elle sera supprimée en 2000.
1984 : cocorico ! Les Bleus de Michel Hidalgo s'imposent 2 à 0 face à l'Espagne en finale du championnat d'Europe qui se déroule en France. C'est le premier titre de son histoire.
1985 : la mythique Route 66 qui traverse les États-Unis d'Est en Ouest est officiellement déclassée. Les nostalgiques s'attachent depuis à entretenir sa survie.
1988 : 53 personnes trouvent la mort lors du télescopage de 2 trains de banlieue dans la gare souterraine de Paris-Lyon. Une défaillance du dispositif de freinage est à l'origine de la catastrophe ferroviaire, la pire à survenir en France au cours des dernières années. Peu de temps avant la catastrophe, une inconnue avait forcé le train à s'arrêter en tirant le signal d'alarme ; après vérification, le train était reparti normalement.
1997 : le premier tome des Aventures d’Harry Potter tiré à 5.000 exemplaires sort en Angleterre. Six autres tomes suivront et 500 millions d'exemplaires seront vendus dans le monde.

L'historiette du jour :
Le Parking de Alain Lonzela

J’ai un job de vacances rêvé. Je suis accompagnateur d’un groupe de touristes français faisant un voyage organisé à Rimini, sur la côte italienne donnant sur l’Adriatique. Quinze jours aux frais de la princesse.
Toute la journée j’organise les départs en car, je compte. Je compte les sous, je collecte, je paye. On fait la visite, je compte. On remonte à bord du car, je compte et quand on arrive dans nos hôtels, je m’occupe de tous leurs petits soucis logistique. Je les traite comme des coqs en pâte.
Le seul souci, c’est le soir. Aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est le soir que je redoute le plus.

Lire la suite de l'historiette:
Mon groupe se comporte très bien le jour, mais se déchaîne le soir, à la recherche d’émotions fortes. Résultat, sur le coup des deux heures du mat’, je fais le tour des rades et des bouges les plus mal famés du coin, pour rapatrier mes ouailles sans trop de casse. Heureusement que je parle très correctement italien. Ça me facilite énormément la vie, car ils sont plus conciliants avec quelqu’un qui parle leur langue qu’un étranger.

Un soir, dans le voyage, il est prévu une soirée « couleur locale » avec des danses Romagnolles. Enfin, un soir de relâche. L’air de rien, avec leur rythme de me faire coucher à trois heures du mat’ et réveil à six heures pour moi, car je dois veiller au petit déjeuner des premiers levés, les nuits sont très courtes. Malgré mes vingt ans, je suis épuisé. J’ai perdu plus de dix kilos. Aussi, une soirée cool et sans souci, je saisis l’opportunité avec joie.

Je choisis un bar en périphérie de la ville, qui soit bien famé, et je trouve ce que je cherche. Un bar sympa avec terrasse qui doit faire restau le midi à cause de la tonnelle et qui est entouré par un immense parking. Ça doit être un établissement familial.

Je rentre et je constate que j’ai deviné juste. Une soirée de répit. Je veux boire une bière fraîche. Je m’installe sur un tabouret. Et c’est là que je la vois. Une Madone.
Elle est entièrement vêtue de noir. Elle affiche un visage fermé et ne sourit pas. Elle travaille comme une fourmi, s’active à droite et à gauche. Je suis subjugué. J’attends pour commander en espérant que de soit elle qui prenne ma commande.
Et enfin, elle me regarde. Le temps est comme suspendu. Et un miracle se produit. Elle m’adresse un vrai sourire. Elle se dirige vers moi.
Je lui commande une bière fraîche. Elle me sert et nous restons à nous regarder, isolés dans une bulle de silence qui ne tarde pas à éclater sous les cris d’un autre serveur qui hurle les autres commandes de clients.
Elle remplit ses obligations, mais nous échangeons fréquemment des regards. Habillée de noir, une croix en or autour du cou, et la trinacria affichée derrière le comptoir : elle est sicilienne.
C’est la Perfection incarnée.

La soirée s’avance. J’ai opté pour des sodas sans alcool. Je ne peux pas rester sans rien faire. Je veux la revoir. Il faut absolument que je lui parle, que nous échangions nos coordonnées.
Au énième soda, je lui propose de nous voir sur le parking, pour pouvoir parler librement, sans tous ces étrangers autour de nous. Elle est surprise, rougit, jette un regard autour d’elle et accepte discrètement en précisant « 23 heures ». Je flotte sur un nuage. Sans doute, l’heure de la fin de son service.

L’horloge tourne lentement. Ou du moins, je suis impatient de la rencontrer enfin, sans témoin, libres enfin de parler.
On l’appelle vers les cuisines. Elle sort. J’espère qu’elle n’aura pas d’empêchement, car tous les autres soirs, je serai coincé.
Onze heures moins dix. Enfin, elle ressort. Je respire mieux. Il n’y a plus longtemps à attendre.
Elle ne me regarde plus, ne me sourit plus. Je ne sais pas pourquoi, mais l’affaire se présente mal. Elle a peut être peur maintenant. De se faire surprendre ? Que je sois un coureur de jupons ?
Inquiet, je lui demande si notre rendez-vous tient toujours. Elle me regarde d’un air bizarre, comme surprise, puis fait « oui » deux fois de la tête, et disparaît dans la cuisine.

Je passe aux toilettes, car vu le nombre de boissons ingurgitées, je ne veux pas d’incident humiliant. J’en profite pour me regarder dans le miroir et rectifier ma tenue. Maintenant, il faut y aller. Je suis fébrile.
Je règle mes consommations et je sors. Par contraste, la nuit paraît froide, vu la chaleur qui règne à l’intérieur. Je fais le tour, et je vais sur le parking, à l’arrière. Je patiente. Je contrôle ma respiration pour gérer mon anxiété.

Enfin la porte s’ouvre, je m’avance, radieux, pour me trouver face à la gueule d’un fusil à pompe.
Je suis stupéfait. Je cherche à comprendre. Le fusil n’est pas seul. Il est entre les mains d’un grand gaillard, mince, avec un visage étroit, en forme de lame de couteau. Et le gars n’a pas du tout, mais alors pas du tout l’air de rigoler.
Il hurle quelque chose, mais, sous le choc, je ne comprends pas un traître mot de ce qu’il raconte. Je mets un certain temps à comprendre qu’il utilise une sorte de dialecte. Du sicilien. C’est évident. J’y comprends rien, mais je suppose qu’il veut me buter parce que j’ai dragué sa sœur.
La sale traîtresse. Et dire que j’ai rien vu venir.
Et d’un coup je comprends tout. Elles viennent de sortir. L’une pleure toutes les larmes de son corps et l’autre affiche un demi-sourire satisfait.
Putain, c’est trop con de se faire buter sur un parking paumé pour n’avoir pas compris que je draguais des jumelles.

Bonne journée à toutes et tous
comme hier la journée sera chaude et ensoleillée





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2758
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Etoile le Mer 27 Juin 2018 - 6:45

1997 : le premier tome des Aventures d’Harry Potter tiré à 5.000 exemplaires sort en Angleterre. Six autres tomes suivront et 500 millions d'exemplaires seront vendus dans le monde. 




J'ai lu et relu et visionné les films.....


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 5083
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 64

http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Jeu 28 Juin 2018 - 7:56



L'Éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Irénée.
Demain, nous fêterons les Paul l'Apôtre et Pierre l'Apôtre ainsi que les Pablo, Peter et Pierrick.

Le 28 juin est le 179e jour de l'année du calendrier grégorien, le 180e en cas d'année bissextile. Il reste 186 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 10e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la faucille.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 00
le soleil se couche à 21h 22
durée d'ensoleillement : 15h 22 (+0mn)

Citation du jour :
« Dans le monde, disait M..., vous avez trois sortes d'amis : vos amis qui vous aiment ; vos amis qui ne se soucient pas de vous, et vos amis qui vous haïssent. »
Sébastien Roch Nicolas de Chamfort

Dicton du jour :
« Le jour de la Saint-Irénée, c'est l'un des plus beaux de l'année. »
« Pluie de Saint-Irénée, Réduit la vigne de moitié. »

Proverbe du jour :
« Le maître était sucre brut, l'élève devint sucre raffiné. »

Événement du jour :
1098 : victoire des Croisés lors du second siège d'Antioche.
1629 : le Roi Louis XIII signe la Paix d'Alès.
1635 : la Guadeloupe devient une colonie française.
1919 : Le Traité de Versailles, entre la France, ses alliés et l'Allemagne, met fin à la Première guerre mondiale.
2005 : projet ITER à Cadarache.

L'historiette du jour :
Diablesse ! de Mamounette

C'est un beau dimanche de mai, un mai muguet, un mai lilas. Au milieu du troupeau de brebis, elle assiste à la grand messe. Son jupon de dentelle blanc dépasse un peu de sa jupe fleurie et elle embaume la violette. Elle adore les chants en latin. La musique solennelle des grandes orgues de l'église paroissiale chavire son âme jusqu'aux larmes. Les parfums mêlés de l'encens et des lys lui tournent délicieusement la tête. Elle aime l'odeur d'encaustique des bancs de bois que la vieille Madeleine astique avec ferveur. Elle est subjuguée par les statues colorées aux visages extatiques au pied desquelles brûlent les cierges. Elle aime quand les rayons du soleil passent à travers les splendides vitraux et que des taches multicolores parsèment la nappe brodée qui recouvre l'autel. Mais elle n'aime pas le long sermon du curé auquel elle ne comprend rien. Alors elle s'évade et rêve... Elle déteste le Chemin de croix, ça la rend très triste ce pauvre Jésus à qui on a fait tant de mal et qui pourtant aimait tout le monde et faisait plein de magie fabuleuse ! S'il souffre c'est à cause de nous, dit monsieur le Curé.

Lire la suite de l'historiette:
Pendant l'Élévation, quand l'enfant de chœur fait retentir la clochette et que les fidèles agenouillés baissent la tête et ferment les yeux, elle regarde autour d'elle et lance des œillades aux beaux garçons du village. Elle choisit parmi ces doux agneaux celui qui aura la chance de l'emmener danser et de lui voler un baiser. Plus tard, une mantille noire sur ses cheveux de feu, elle ira se confesser, demander pardon pour tous ses gros péchés.
J'ai menti à Grand-Mère quand je lui ai dit que j'avais trop mal au ventre pour l'accompagner au cimetière. Je préfère me rouler dans l'herbe au bord de la rivière et grimper dans les arbres du petit bois.
J'ai volé un ruban de satin chez la mercière pour attacher mes cheveux. Ce n'était qu'un ruban et la mercière est riche.
J'ai collé une giffle à cette garce de Thérèse qui raconte tout ce que je fais à ma mère et qui est aussi laide que méchante.
J'ai désobéi au vieux Louis qui voulait encore que je le suive dans sa cabane de jardin. Je l'ai suivi une fois pour lui faire plaisir et j'ai pas aimé du tout ce qu'il m'a dit de faire.

Mais monsieur le Curé en veut toujours plus. Il lui pose de drôles de questions sur ce qu'elle fait avec les garçons et même toute seule. Il s'agite sur sa chaise, respire fort, devient tout rouge et des gouttes de sueur perlent sur son crâne dégarni. Il lui dit qu'elle est une très vilaine fille et qu'elle devrait venir au presbytère pour parler de tout ça avec lui. Elle sent son haleine d'ail et de vin rouge qui lui donne envie de vomir...

Pardon mon Dieu ! Pardon ! Je ne le ferai plus, croix de bois croix de fer, si je meurs je vais en Enfer...
Elle n'a pas peur du Diable encore moins du bon Dieu. Misère de misère ! Elle sait bien que l'Enfer il est déjà sur terre. Elle a senti souvent la brûlure vive des flammes lécher son cœur et le goût des cendres dans sa bouche. Avec quelques Pater et une dizaine d'Ave Maria elle s'en tire à bon compte et peut recommencer. Les bigottes chuchotent sur son passage, que le Diable les emporte ! Elle s'en fout car elle sait bien que son ami Pierre, celui qu'est en prison, viendra la chercher un jour pour l'emmener très loin d'ici jusqu'aux portes du Paradis.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2758
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Etoile le Jeu 28 Juin 2018 - 16:09

merci pour ton historiette


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 5083
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 64

http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Ven 29 Juin 2018 - 6:56

aujourd'hui, l'historiette est un peu...




avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2758
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Ven 29 Juin 2018 - 6:56



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Paul l'Apôtre et Pierre l'Apôtre ainsi que les Pablo, Peter et Pierrick.
Demain, nous fêterons les Martial ainsi que les Adolphe.

Le 29 juin est le 180e jour de l'année du calendrier grégorien, le 181e en cas d'année bissextile. Il reste 185 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 11e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la coriandre.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 01
le soleil se couche à 21h 22
durée d'ensoleillement ; 15h 21 (-1mn) et voilà ça dégringole... beurkkkkkkkkkkkkkkkkkkk

Citation du jour :
« Je ne crois point, au sens philosophique du terme, à la liberté de l'homme. Chacun agit non seulement sous une contrainte extérieure, mais aussi d'après une nécessité intérieure. »
Albert Einstein

Dicton du jour :
« Saint-Paul et Pierre pluvieux est pour trente jours dangereux. »

Proverbe du jour :
« Le zèle des amis est parfois plus néfaste que la haine des ennemis. »

Événement du jour :
1776 : la ville de San Francisco est fondée.
1880 : l’île de Tahiti devient possession française.
1966 : Les Etats-Unis déclenchent les premiers raids aériens sur le Vietnam du Nord.
1971 : trois cosmonautes soviétiques périssent à l'intérieur de la capsule « Soyouz 11 ».
1992 : Assassinat du président algérien Mohamed Boudiaf, atteint dans le dos par une rafale tirée par un membre de sa garde alors qu'il prononce un discours lors de l'inauguration d'une maison de la culture à Annaba, dans l'est du pays. Un des 9 chefs historiques de la Révolution algérienne, le président âgé de 73 ans a vécu 28 ans en exil avant de rentrer en Algérie au début de l'année, où il prend la tête du HCE, le Haut comité d'État qui dirige le pays depuis le coup d'État de janvier. Il avait déclaré hors la loi le FIS, le Front Islamique du Salut, principal groupe intégriste.
2007 : Apple lance l'iPhone.

L'historiette du jour :
Les Orgies du Dimanche de Faf

Le dimanche matin, à l'heure où l'écume du jour balaye la marée nocturne, je ne sais plus à quel sein me vouer. Paris se fige dans le brouillard de ma tête et vomit sur les trottoirs les oiseaux de la nuit. Ils ne volent plus, ils ont perdu l'intrépidité de leurs pattes qui se désarticulaient sur les dance-floors.
M'as-tu vu ? Tout endimanché, iPhone au point, nœud-papillon juste dénoué, errant comme un chien parmi les chiens loups. M'as-tu reconnu ? Un Borsalino de guingois posé sur une crinière dégueulasse de sueur et de sang. Avant, enfant de cœur au service d'un curé de campagne allant jusqu'à l'aider à enfiler sa soutane dans l'intimité du presbytère. Aujourd'hui, presque adulte sans cœur, à courir les faubourgs de Paris en taxi pour fuir le réel et honorer mon rendez-vous. En quelques années, le diable s'est emparé de mon corps. J'ai troqué l'enfer de la messe du dimanche contre le paradis des orgies dominicales.

Lire la suite de l'historiette:
Un paradis à l'abri des regards où l'entrée est réservée aux bonnes gens peu pudiques : dans un appartement cossu au cœur d'un Paris amoral et sulfureux, se déroulent des rendez-vous feutrés entre jeunes cadres dans le vent et calfreutés derrière les rideaux opaques d'un séjour. Etienne est propriétaire de cet appartement de plaisir et invite les ombres qu'il croise lors de ses errements nocturnes pour prolonger la nuit en une orgie fantasque. Elle démarre, chaque dimanche, quand la cloche de l'église attenante frappe 10 coups.
Derrière les rideaux fermés, des corps nus, jeunes mais abîmés parcourent le lieu tandis que des bougies dansent et dessinent les murs. Entrelacés sur les sofas, en mouvement constant et frénétique, les corps ne parlent pas. Ces dimanches sont animaux, les seuls bruits qui frappent contre les murs sont sexuels : l'entrechoquement des corps et les bouches qui crachent le plaisir. Derrière les rideaux fermés, le temps s'arrête comme suspendu aux caprices d'une dizaine de bonnes gens trop affairés à séduire et consommer leur désir.
Derrière les rideaux fermés, les cerveaux s'éteignent et c'est alors que s'embrasent les sexes.

Je suis assis, nu, la peau humide de sueur, sur le cuir d'un fauteuil en Chesterfield. Autour de moi, chacun s'affaire pour que naisse cette orgie magnifique. C'est étrange, j'ai comme des œuvres d'art qui gravitent autour de moi : les situations réelles sont si proches de sculptures, de peintures de grands maîtres que soudainement la pornographie de l'orgie disparaît pour laisser place à l'Art le plus pur.
A mes genoux, gît, les yeux encore ivres de Grey Goose, une version moderne de l'origine du monde de Courbet. Cette version a été remise au goût du jour par le travail acharné d'une esthéticienne aux doigts de fée. Je comprends alors toute la vulgarité et l'insanité que cette peinture aurait eue sans son titre... Cette origine du monde appartient à Emma. En rétablissant la royauté, Emma serait certainement à la Cour, batifolant dans les alcôves comme Sade faisait batifoler Juliette. En levant les yeux, blotties lascivement contre un sofa, des nymphes réinterprètent le Bain turc d'Ingres. Frémissantes et moites, les mains des unes et des autres se parcourent le corps et des soupirs langoureux semblent comme expulsés de leurs bouches. En face de ce fascinant tableau, Etienne est tel le penseur d'Auguste Rodin. Nu, le coude joint au genou, son menton sur la main, il observe, pensif et inspiré, l'entrelacement des corps en face du lui. Rien ne le rend différent de l'œuvre de Rodin si ce n'est que son sexe émerge entre ses cuisses. En face de moi, David de Michel-Ange fait de chair et de sang, aux formes si parfaites qu'il agit comme un aimant sur mon corps en fusion. Je dévore des yeux cette œuvre d'art qui respire et transpire. Quand soudain je ferme les yeux, j'entre dans l'absurdité d'un Magritte. Un imperméable noir et le borsalino vissé sur le crâne, je tombe, tombe et tombe comme dans Golconde.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2758
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Sam 30 Juin 2018 - 7:40



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Martial ainsi que les Adolphe.
Demain, nous fêterons les Thierry ainsi que les Aaron, Dietrich, Dirk, Esther, Goulven, Goulwen, Servan et Servane.

Le 30 juin est le 181e jour de l'année du calendrier grégorien, le 182e en cas d'année bissextile. Il reste 184 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 12e jour du mois de messidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l'artichaut.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 01
le soleil se couche à 21h 21
durée d'ensoleillement : 15h 22 (+1mn) c'est bien parti pour la descente des jours...

Citation du jour :
« Ah ! Qu'en termes galants ces choses-là sont mises ! »
Molière

Dicton du jour :
« La nuit de la Saint-Martial, l'abeille prend son bien ou son mal. »

Proverbe du jour :
« Les longs repas font les courtes vies. »

Événement du jour :
1643 : Le comédien et dramaturge français Molière fonde la troupe l’Illustre Théâtre.
1908 : Une gigantesque explosion, entendue à des centaines de kilomètres à la ronde, a ravagé la région isolée de Tunguska, en Sibérie sur une surface de 2200 km carrés, abattant plus de 60 millions d'arbres.
D'après l'examen des photos prises en 1927 (date de la première expédition scientifique) et bien qu'on n'ait pas trouvé de cratère ni de fragments de météorite, l'hypothèse d'une comète ou d'une météorite a été retenue. L'explosion a eu une puissance équivalente à 20 mégatonnes, soit 1000 fois la bombe d'Hiroshima et se serait produite à 6 km au-dessus du sol.
En 1991, six petits fragments sans doute issus de la désintégration de la météorite ont été retrouvés dans des troncs d'arbres ayant survécu à la catastrophe. Assez pour confirmer l'hypothèse de la météorite, mais pas assez pour déterminer sa nature.
1997 : Le premier tome de «Harry Potter» est publié. Alors enseignante, JK Rowling parvient à faire éditer 1 000 exemplaires de Harry Potter à l’école des sorciers. Depuis, plus de 400 millions de livres sur ses aventures ont été vendus dans près de 150 pays.
2012 : Le Minitel est arrêté. Plus de trois décennies après sa mise en service, cet ancêtre d’Internet est définitivement débranché par France Télécom. Dans le courant des années 1990, il était utilisé par 25 millions de personnes, soit près d’un Français sur deux.

L'historiette du jour :
The Metropolitan Effect de Neko___27

C’est cette petite ride, là. Mais si, je suis sûre que vous la connaissez. Celle qui fait tomber le coin de votre lèvre inférieure. Cet amas de peau, ces petits plis autour de la bouche. Dans le monde animal, on appelle ça des babines. Les chirurgiens esthétiques préfèrent le « pli d’amertume ».

Lire la suite de l'historiette:
Chaque fois que je prends le métro, à Paris, c’est la même chose. Je regarde les gens, j’analyse. Certains chanceux discutent entre eux. Ils s’échangent des blagues. D’autres sourient, parce-qu’ils ont passé une bonne journée, qu’ils viennent de réussir un examen ou qu’ils sont tombés sur un article un peu drôle, sur internet. Mais la plupart affichent, sans même s’en rendre compte, cette mine patibulaire. Ils ne sont pas simplement stoïques, non : ils semblent se préparer à traverser le Styx. L’obole, c’est leur pass Navigo.

C’est indépendant de toute classe sociale, de tout âge, de tout style vestimentaire. La jeune fille là-bas, assise près des portes automatiques, a les yeux vitreux comme si elle regardait le monde sans le voir. Le bas de son visage semble fondre comme de la cire chaude. Pourtant, elle est fraîche comme une rose et n’a pas l’air d’avoir quitté les bancs du lycée.

République. Le wagon se vide, puis se remplit, encore et encore. Les individus deviennent une masse, aucun ne s’en détache. Parfois, tout de même, quelqu’un se met à chanter. Personne ne le regarde – trop peur de se voir quémander quelques pièces. Je lance une playlist sur mon téléphone pour m’occuper. Sous la terre, on n’a même pas de paysage à contempler.

A la station suivante, un homme d’une quarantaine d’années s’assoit à côté de moi. Je monte le son, me perds dans la musique. Il me tapote l’épaule : « Dîtes, donc, c’est vide aujourd’hui ! » Trop de monde à mon goût, pourtant. Je le regarde, répond par un vague sourire, et reprend mon inactivité. Qu’est-ce qu’il me veut, celui-là ? Toute parole, tout geste qui sortent de l’ordinaire me paraissent indésirables.

Dans un autre monde, j’aurais commencé à discuter – il n'avait même pas l'air louche. Mais on ne parle pas aux gens, dans le métro parisien. On les laisse vaquer à leurs occupations. On se méfie de tout et de tout le monde, on trouve un sous-entendu dans chaque mot qu’un inconnu nous glisse. C’est plus confortable de rester seul.

C’est cette petite ride, là. Mais si, je suis sûre que vous la connaissez. Celle qui fait tomber le coin de votre lèvre inférieure. Et bientôt, ce sera à mon tour de l’arborer.

Bonne journée à toutes et tous
On croise les doigts pour nos bleus





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2758
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Sam 30 Juin 2018 - 16:17



avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3976
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires