ETOILE ET SES POTES

Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Mar 1 Mai 2018 - 7:03







L’éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Muguet ainsi que les Brieuc, Florine, Jérémie, Muguette, Tamara et Thamar.
Demain, nous fêterons les Boris ainsi que les Antonin, Athanase et Zoé.

Le 1er mai est le 121e jour de l'année du calendrier grégorien, le 122e en cas d'année bissextile. Il reste 244 jours avant la fin de l'année.
C'est le jour de la fête internationale des travailleurs dans de nombreux pays, qui commémore les luttes pour la journée de 8 heures.
C'était généralement le 12e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du sainfoin.
Dans la tradition celtique, le 1er mai est le jour de la fête de Beltaine, date à laquelle les Celtes passaient de la saison sombre à la saison claire. Elle est en opposition à Samain, ou Halloween.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 32
le soleil se couche à 20h 39
durée d'ensoleillement : 14 h 07 (+3mn)

Célébration du jour :
• La Fête du Travail (jour férié)

Citation  du jour :
« Ce qu'on aime dans un autre, c'est soi, c'est son plaisir, c'est le plaisir qu'on lui donne et qui est encore une forme du nôtre. »
Paul Léautaud

Dicton du jour :
« S'il pleut le 1er mai peu de coings, s'il pleut le 2 ils sont véreux, s'il pleut le 3 il n'y en a pas. »

Proverbe du jour :
« Le bonheur est un cristal qui se brise au moment de son plus grand éclat. »

Événement du jour :
1878 : Exposition universelle de Paris. Elle se déroule jusqu'au 31 octobre de la même année et occupe le Champ de Mars et la Butte Chaillot. Le palais du Trocadéro est construit à cette occasion. Il s'agit de la troisième exposition universelle organisée dans la capitale. [CC / Wikicommons]
1931 : Inauguration de l'Empire State Building. Ce gratte-ciel de style Art Déco est le deuxième plus grand immeuble de New York. Il mesure 381m (443,2 avec l'antenne) et compte 102 étages. [CC / Wikicommons]
1949 : Publication du "Deuxième sexe", de Simone de Beauvoir (en photo). Cet essai philosophique et féministe prône l'émancipation des femmes. Dès sa sortie, l'ouvrage retentissant est publié dans plusieurs langues. "Deuxième sexe" s'est vendu à plusieurs millions d'exemplaires dans le monde entier. [©️ STF / AFP]
1967 : Elvis Presley épouse Priscilla Ann Beaulieu. Le mariage est célébré à Las Vegas lors d'une cérémonie privée. Neuf mois après le mariage, Priscilla Presley donne naissance à leur fille Lisa-Marie. [©️ AFP]
1993 : Pierre Bérégovoy met fin à ses jours. L'ancien Premier ministre est découvert inanimé sur la berge du canal de la Jonction près de Nevers. Lors de ses obsèques, le président de la République François Mitterrand affirme que "toutes les explications du monde ne justifieront pas qu'on ait pu livrer aux chiens l'honneur d'un homme, et finalement sa vie". [©️ MARIO GOLDMAN / AFP]
1994 : Accident mortel d'Ayrton Senna au Grand Prix d'Imola. Le pilote de Formule 1 perd le contrôle de sa monoplace dans la courbe rapide de Tamburello avant de s'écraser à plus de 200 km/h contre un mur en béton. Senna reçoit des premiers soins à même la piste avant d'être transporté à l'hôpital. Son décès est annoncé dans la soirée. [©️ AFP]
2002 : Manifestation contre l'extrême-droite arrivée au second tour de la présidentielle. Après les résultats du 21 avril, de nombreuses manifestations contre Jean-Marie Le Pen sont organisées dans toute la France. La plus importante se tient le 1er mai 2002. Ce jour-là, près de 1,5 millions de Français descendent dans la rue, dont 500.000 à Paris. [©️ ERIC CABANIS / AFP]
2004 : L'Union européenne accueille 10 nouveaux pays : la Pologne, la Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, l'Estonie, la Lituanie, la Lettonie, Chypre et Malte. Cette Europe élargie comprend ainsi près de 455 millions d'habitants.

L'historiette du jour :
Sur le quai de Carmilla No Last Name

Il fait chaud. Une chaleur terrible, même pour un début de mois d’Août. Je n’accompagne personne. Alors pourquoi suis-je venue ? Par curiosité sans doute. Je n’ai plus la force de partir, maintenant. C’est comme si j’étais cernée de toute part, cernée par les trains, par tous ces gens sur les quais. A côté de moi, une femme en robe bleue embrasse un jeune homme. Il a les cheveux rasés. « Afin d’éviter toute perte de temps, il est utile que les hommes se fassent couper les cheveux ras avant de partir. » C’est ce qui était marqué dans l’avis du maire. Il y a des drapeaux sur les trains et des fleurs accrochées aux fenêtres. La gare Matabiau est en fête.

Lire la suite de l'historiette:
Quelque chose ne va pas, pourtant. J’ai mal à la tête. C’est monté doucement, une douleur qui me bat à la tempe.
Un groupe de garçons à ma droite entonne « Le chant du départ ». Leurs valises sont à leurs pieds, si petites, leurs valises. « Qu'ils reviennent dans nos murailles, beaux de gloire et de liberté ». L’un d’eux a une voix claire, assurée. Elle couvre toutes les autres. Il est de dos, je ne vois que ses cheveux bruns. Sa voix. Ils terminent l’air dans un éclat de rire.
Quelque chose ne va pas.
Tous ces corps, serrés les uns contre les autres... Les parfums des femmes se mêlent à la sueur, à la poussière soulevée par les souliers. L’odeur est forte, comme tournée avec la chaleur. Je me masse doucement la tempe. Non, ce n’est pas ça, cette odeur, c’est plus acre, presque métallique.
Ils commencent à embarquer. Le groupe de garçons prend leurs valises, ils passent devant moi sans me voir. L'un d'eux me bouscule. Mon épaule a frôlé le bras de l’homme qui chantait fort. Surpris, il se tourne vers moi. Je vois ses yeux, bleus, et au fond la pupille, noire. Excusez-moi mademoiselle. Il n’y a pas de mal, monsieur. Il monte dans un wagon, disparaît de mon champ de vision, puis revient s’accouder à une fenêtre ouverte. « Ils sont joyeux comme des enfants » disait le journal, ce matin. Et aussi : « On va leur donner un bon fusil. Qu’ont-ils besoin de plus ? »
Toujours cette odeur. Elle amplifie mon mal de tête. Je n’arrive pas à dire ce que c’est. Il faudrait que je parte, je n’ai rien à faire ici. Mais pour aller où ? En ville, tout à l’heure, le même malaise m’a saisie. Le drapeau tricolore ornait tous les bâtiments. Les toilettes des femmes, assises aux terrasses des cafés, mettaient là d’autres tâches de couleurs. Du bleu. Du vert. Les couleurs à la mode, cette saison. Quelle saison ? Quelle mode ? Les gens parlaient fort. Des adolescents couraient dans les rues, fébriles. Si jeunes, presque des enfants, ils criaient : « A Berlin ! » Plus loin, devant l’avis de mobilisation, des vieillards levaient le poing, revanchards : « Il le fallait ! »
Demain, ce sera la même chose. Les mêmes curieux, les mêmes trains. D’autres hommes. Tout à l’heure, mon épaule a frôlé le corps de cet homme... je ne connais même pas son nom.
Il me regarde. Je le regarde. Le train va démarrer. Quelqu’un, pour rire, a accroché un écriteau à l’une des fenêtres : « Lune de miel pour Berlin ». Il me regarde encore. Nos yeux ne se quittent plus. J’ai tellement mal que j’ai l’impression que ma tête va exploser. Vite, quelque chose. Crier mon prénom ? Oui...
Je ne le fais pas. L’odeur me ferme la bouche, au dernier moment, elle s’immisce en moi et murmure: A quoi bon ? Les pupilles de l’homme. Noires. Je regarde le train partir. Ma tête... Cette odeur. Je sais.
Sur le quai, au milieu des badauds, des cris, des rires, une odeur de sang.

Bonne journée  à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Mar 1 Mai 2018 - 13:50

Citation  du jour :
« Ce qu'on aime dans un autre, c'est soi, c'est son plaisir, c'est le plaisir qu'on lui donne et qui est encore une forme du nôtre. »
Paul Léautaud
exact ,c'est le gros problème de l'être humain!


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Scarlett le Mar 1 Mai 2018 - 14:01

Merci Auzelles..  J'ai  édité  ton  premier  jour  pour  mettre un  gif Mois  de  Mai.. 
Désolée de ne  plus  passer  ici,  mais je  ne  m'en  sors  pas,  entre  le  boulot dans  mon Sweet Home,  Mam'zelle  
  que je  dois laver  régulièrement  et  mon  blog.. La  journée  n'est  pas  assez  longue.. Sans  compter  le  fait  que  çà commence  à  ramer  dès  le  début  de  l'après-midi


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 8598
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 70
Localisation : Dinan(Bretagne)

http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Mer 2 Mai 2018 - 6:47

On a des périodes plus ou moins tranquille,




avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Mer 2 Mai 2018 - 6:47



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Boris ainsi que les Antonin, Athanase et Zoé.
Demain, nous fêterons les Jacques le Mineur et Philippe l'Apôtre ainsi que les Jacky, Jacme, James, Jim et Juvénal.

Le 2 mai est le 122e jour de l'année du calendrier grégorien, le 123e en cas d'année bissextile. Il reste 243 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 13e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du bâton d'or.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 30 (6h26 le jour se pointe)
le soleil se couche à 20h 41
durée d'ensoleillement : 14h 10 (+3mn)

Célébration de demain :
• Journée mondiale de la liberté de la presse

Citation du jour :
« Les gens généreux font de mauvais commerçants. »
Honoré de Balzac

Dicton du jour :
« Pluie de mai grandit l'herbette, mais c'est signe de disette. »
« C'est à la Saint-Antonin, que vend son vin le malin. »
« Au jour de la Saint-Boris, par malheur, C'est un mauvais vendangeur. »

Proverbe du jour :
« Le remède à l'habitude est l'habitude contraire. »

Événement du jour :
1519 : Mort de Léonard de Vinci, le plus grand génie de la Renaissance, à l'âge de 67 ans. Peintre, sculpteur, architecte, ingénieur et théoricien, il s'intéresse à toutes les facettes de l'art et de la science, ainsi qu'en témoignent ses écrits et ses étonnants carnets de dessins. Il perfectionne diverses machines industrielles ainsi que des engins militaires et des appareils à déplacer ou soulever des fardeaux. Sur le plan artistique, des études graphiques comportant des notes et des pensées précèdent chacun des tableaux de Léonard de Vinci ; l'artiste de génie laisse entre autres à l'humanité la peinture sans doute la plus célèbre du monde : La Joconde.
1684 : Jean La Fontaine entre à l'Académie française.
La Fontaine, devenu très populaire grâce à la publication de ses Fables en 1668, est élu à l'Académie française en 1683. Il n'y entre officiellement que le 2 mai 1684 pour occuper le fauteuil n°24, précédemment occupé par Colbert, l'ennemi de son ancien protecteur, Nicolas Fouquet.
1808 : les habitants de Madrid se soulèvent contre l'occupant français. C'est le début d'une impitoyable guerre d'usure dont témoignent les magnifiques chef-d'oeuvre de Goya. Selon la propre expression de Napoléon 1er, la guerre d'Espagne aura été pour lui comme un « ulcère » jamais guéri...
1969 : l’album des Beatles « Abbey Road » sort. Sur ce onzième album, le titre « Something » s’affiche aux côtés de grands succès tels « Come Together ! » ou « Oh ! Darling ». « Something » est l’un des deux titres écrits par George Harrison sur « Abbey Road », et l’unique qui sort en face A d’un single. « Something » reçoit un très bon accueil du public et se place en première place des classements de ventes de singles aux Etats-Unis.

L'historiette du jour :
Ama Dablam de Other People

Allongé dans la neige brûlante, le visage enfoui sous le sein maternel de la montagne, j’attends. Que le palpitant s’apaise, que le ciel accepte ma présence. Je songe aux dernières heures, les plus intenses que j’aie jamais vécues. Une ascension en solitaire de l’Ama Dablam, face sud, en hiver. Chaque minute avait bien compté pour une vie.

Lire la suite de l'historiette:
Quand je sens mes jambes capables de me porter à nouveau, je me redresse et me lève, pour enfin faire face au vide, le tribut de mes efforts. Lentement, mes yeux parcourent l’espace qui me défie.

Pour la première fois de mon existence, je côtoie les filles de l’Himalaya, je m’adresse à elles sans lever les yeux, sans pâlir de leur majesté. Je m’emplis de l’immense panorama, tentant de tout voir, de tout entendre, le moindre écho, la moindre manifestation de vie. Je me suis préparé pour cet instant, je l’ai attendu comme jamais. L’alpinisme en solitaire n’est pas à la portée du premier venu. Cette ascension est ma fierté.

Le ciel est à portée de doigts. Moi, au sommet, je me sens le seigneur d’un puissant royaume. Tout est parfait. Pourtant, alors que la neige commence à tomber, une indicible mélancolie s’empare de moi. Les larmes, nées du vent ou de l’émotion, coulent. Je me laisse tomber à genoux, hébété, retirant mes verres protecteurs pour mieux laisser entrer la lumière.

Les crêtes et les pics se succèdent – des géants dépassant la civilisation, dépassant les nuages, et surplombant avec prétention toutes les choses de cette Terre. Mon regard saisit les touches de vie, infimes mais nombreuses, qui parcourent l’Himalaya. Un couple de bouquetins, gravissant avec désinvolture des glaciers infranchissables. Une source chantante qui dévale les roches. Un aigle immense qui déploie ses ailes pour s’envoler.

J’observe la montagne, magnifique, et me sens minuscule. Plus minuscule encore qu’à la souche de l’Ama Dablam, plus minuscule qu’un autre de ces flocons qui brouillent ma vue. Un intrus dans ce milieu d’extrême pureté. Une tâche de boue dans l’immaculé. Je croyais savoir, je croyais pouvoir. Mais je réalise en ce moment que je suis ignorant. Un nourrisson, né des neiges éternelles de l’Himalaya, et voyant sa mère pour la première fois. J’écarquille les yeux. Mon regard change. Je ressens tout.

Les vibrations infimes de la montagne causées par le passage des bouquetins. Les miroitements du soleil dans les vaguelettes du ruisseau. Le cri de l’aigle. La neige qui tombe et celle qui fond. Les murmures du vent. Les effluves de terre et de fleurs. Tout ce pour quoi la nature a œuvré en silence, offert à mes yeux d’enfant et à ma peau neuve.

***

Mon ascension et ma découverte de ce monde avaient comblé un vide, un vide dont je ne soupçonnais pas l’existence. Ma renaissance, elle, m’avait fait fusionner avec le cœur de la montagne. J’étais lié avec la roche, avec la neige Himalayenne, et rien ne pourrait m’arracher ce sentiment troublant que j’étais devenu un fragment d’Ama Dablam, un fils des sommets. Quitter les massifs me serait fatal, comme si on m’amputait d’un organe vital. Je pris alors la décision ce jour-là de m’établir au pied de l’Himalaya, et d’y rester jusqu’à ma mort. Mes cendres seraient dispersées dans les neiges éternelles de ce sommet particulier, par un alpiniste qui peut-être, à son tour, renaîtrait. Mes petits-enfants diraient de moi que j’étais comme un roc népalais, qu’ils ne m’auraient jamais imaginé autre part que là où j’ai vécu. Et la montagne se souviendrait de moi comme du fruit de ses dentelles rocheuses et de sa froide nappe d’avalanches immobiles.

Bonne journée à toutes et tous







avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Etoile le Mer 2 Mai 2018 - 8:25

1969 : l’album des Beatles « Abbey Road » sort. Sur ce onzième album, le titre « Something » s’affiche aux côtés de grands succès tels « Come Together ! » ou « Oh ! Darling ». « Something » est l’un des deux titres écrits par George Harrison sur « Abbey Road », et l’unique qui sort en face A d’un single. « Something » reçoit un très bon accueil du public et se place en première place des classements de ventes de singles aux Etats-Unis.






je l'ai toujours


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 4947
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 64

http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Mer 2 Mai 2018 - 12:53

un collector ,ça vaut du blé!


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Jeu 3 Mai 2018 - 8:14



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Jacques le Mineur et Philippe l'Apôtre ainsi que les Jacky, Jacme, James, Jim et Juvénal.

Demain, nous fêterons les Sylvain ainsi que les Florian et Sylvaine.

Prénom fêté autrefois : Croix.

Le 3 mai est le 123e jour de l'année du calendrier grégorien, le 124e en cas d'année bissextile. Il reste 242 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 14e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du chamérisier.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 29
le soleil se couche à 20h 42
durée d'ensoleillement : 14h 12 (+3mn)

Célébration du jour :
• Journée mondiale de la liberté de la presse

Citation du jour :
« Persévérez, et tenez-vous toujours ferme à l'heure présente. Chaque moment, chaque seconde est d'une valeur infinie, car elle est le représentant d'une éternité toute entière. »
Johann Wolfgang von Goethe

Dicton du jour :
« La rosée de mai fait tout beau ou tout laid. »
« Qui n'a pas semé à la Sainte-Croix, au lieu d'un grain en mettra trois. »
« La Sainte-Croix, Emporte ou laisse tout. »

Proverbe du jour :
« Les femmes, c'est comme la soupe, il ne faut pas les laisser refroidir. »

Événement du jour :
1324 :
Naissance des Jeux Floraux
Le 3 mai 1324, de riches bourgeois toulousains organisent une joute poétique entre troubadours, trouvères et ménestrels de tous pays. Ainsi naît le premier concours de poésie d'Europe, sinon du monde.
1930 : Inauguration de l'exosition internationale de Liège
L'exposition de Liège a été organisée en 1930 par la Belgique pour fêter le centenaire de son indépendance. La même année, une exposition parallèle était organisée à Anvers, pour vanter les mérites maritimes et coloniaux de la Belgique. L'exposition internationale de Liège, quant à elle, était consacrée aux richesses industrielles du pays. Cette exposition a attiré 6 millions de visiteurs, un chiffre relativement décevant pour les organisateurs qui en attendaient 11 millions.
1947 : Une nouvelle Constitution au Japon
Deux ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Japon se dote d'une nouvelle Constitution. Approuvée par la Diète et proclamée par l'empereur, elle instaure un régime parlementaire, proche des monarchies constitutionnelles européennes. Elle repose sur 3 principes : la souveraineté nationale, la garantie des droits fondamentaux de l'homme et le pacifisme. Ainsi, par l'article 9, le Japon renonce à la guerre et s'engage à ne plus entretenir d'armée. L'interprétation de cet article est l'objet de nombreuses polémiques.
1968 : Premières barricades de Mai 68
La police, à la demande du recteur Jean Roche, fait évacuer la Sorbonne où se tient un meeting de protestation. Les étudiants dressent alors des barricades sur le "boul'Mich". La crise de Mai 68 commence dans les rues du Quartier latin : barricades, pavés et cocktails Molotov sont les armes des étudiants contre les matraques et gaz lacrymogènes des CRS. L’évacuation se déroule sans ménagement et dans la violence : 600 personnes sont arrêtées. La révolte, d'abord universitaire, débouchera sur des grèves et une crise sociale généralisée.
1987 : La chanteuse Dalida s'enlève la vie, à l'âge de 54 ans, après deux tentatives infructueuses de suicide en 1967 et 1977, laissant une brève note dans laquelle elle explique que la vie lui est insupportable. Née Yolande Gigliotti au Caire d'une famille d'origine calabraise, elle a été découverte par Lucien Morisse, directeur des programmes d'Europe 1, et Eddie Barclay. En 1956, grâce au succès international de la chanson Bambino, sa carrière part en flèche. Elle aura vendu un total de 85 millions de disques dans le monde.

L'historiette du jour :
Je suis née d'une blessure de Bayot

On dit que je suis une sang mêlé et que je me mêle de tout, longtemps j'ai gardé le vague espoir de posséder du sang bleu l'illusion d'une normalité.
Je suis blanche et je suis noire comme les vents contraires qui embrasèrent le monde, je suis les âmes de Saint Pierre qui fuyaient les pierres fondues coulant sur leurs tristes existences et la fumée plus noire que nos peaux qui tuait maîtres et esclaves. Les flammes de Dante recrachèrent Cyparis qui devînt à jamais le clown humilié de la condition humaine.

Lire la suite de l'historiette:
Je suis une fille blanche et je veux ignorer la mort, je suis une fille noire je connais tous les masques de la mort.
L'Humanité ne supporte pas la soumission car elle sait que le soumis est un fardeau pour le maître.
Suis-je née entre les deux extrémités du fouet, est-ce la lanière qui déchire les chairs ou le manche qui est le plus désespérément honteux ?
Sang bleu, sang bleu ou est-ce le sang putride et rance qui coulait dans vos veines qui pétrifiât nos consciences et nos plaies... Du plus loin de ma mémoire ancestrale, encore aujourd’hui, je redoute le chien dont les dents déchiraient le corps des miens qui fuyaient leurs chaînes, la nuit les chiens étaient les maîtres des rues, leurs courses nocturnes affamées leur donnaient un regard halluciné de crackers.
Je suis la goélette qui domine les vents, fuyant le lourd vol des pélicans dont la poche vide de leur bec évoque ces paroles qui ne contiennent plus le langage des hommes, reste le créole, la marque des hommes noirs que parle aussi les anciens blancs.
Dans la maison de retraite la femme noire donne au trop vieux blanc l'ironique « becquée », la vieillesse est l'injuste soumission de tous les hommes.
On dit qu'un soir un maître fit preuve de remords, sentant venir la mort il libéra ses esclaves, mais le fils héritier refusa l'ultime sagesse du père, sa tête vola sur un air de machette, car l'Humanité ne supporte pas la servitude.
Les anses paradisiaques de l'île plaisent tant aux touristes en bermudas ridicules, mais sur la plage de l'Anse Mathurin on déterre avec précaution les squelettes puissants des anciens esclaves, à l'embarcadère de l'Anse à l’Âne noyé dans les brumes, une femme sanglote pour son Ulysse à la peau sombre qui ne reviendra plus aux Trois Îlets.
Doudou-Pénélope regarde l'océan qui se reflète dans ses yeux mouillés. Les statues géantes d'esclaves disposées en triangle de l'Anse Caffard font fuir les touristes blancs tout comme les hommes aux peaux incertaines des métissages, ici personne ne peut supporter la mémoire et ses ombres délétères.

Manikous et mangoustes veillent encore sur le serpent fuyant et mortel, cachant dans ses crocs le venin de toutes les haines anciennes, reptile vaudou importé par le Diable.
Dans les rues de Fort de France coule en rythme le carnaval et ses danseurs lascifs qui font « aimer ses airs », on lit une espérance dans les regards des danseurs concentrés comme des voleurs qui défient les vents.
Je suis une noire esclave égyptienne, je suis la blanche Diane chasseresse posant sur mon sein naissant la corde de l'arc des Caraïbes dont les flèches acérées se perdent dans les flots à la recherche de la jeunesse enfuie.
Revenez jeunes frères ! ... revenez... ne laissez pas nos mornes aux sorciers, les filles nues de minuit sont notre mauvaise conscience la plus secrète, revenez allumer nos souvenirs et dansons le Bélé, le Zouk et le Rap... du ciel, Ti Raoul chante encore pour nous en créole pour permettre aux jeunes et à leurs nouvelles idoles de se recueillir autour de nos caveaux humides tout près de leur mère nourricière... mémoire... Préparez vos coqs de combat, chantez les rythmes de la liberté du Nouveau Monde pour toujours métissé.
Ainsi chantait Ti Madina, la conscience éveillée des Antilles.

Bonne journée à toutes et tous


La Ville d'Uzès obtient le label « Ville d'Art et d'Histoire » en novembre 2008.





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Etoile le Jeu 3 Mai 2018 - 10:43

je n'aurais pas aimé m'appeler Croix......


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 4947
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 64

http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Jeu 3 Mai 2018 - 12:45

bah croix ..ce que tu veux!

Citation du jour :
« Persévérez, et tenez-vous toujours ferme à l'heure présente. Chaque moment, chaque seconde est d'une valeur infinie, car elle est le représentant d'une éternité toute entière. »
Johann Wolfgang von Goethe


c'est extra-ordinairement bien pensé!


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Ven 4 Mai 2018 - 7:33





L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Sylvain ainsi que les Florian et Sylvaine.
Demain, nous fêterons les Judith ainsi que les Ange.

Le 4 mai est le 124e jour de l’année du calendrier grégorien, le 125e en cas d’année bissextile. Il reste 241 jours avant la fin de l’année.
C'était généralement le 15e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du ver à soie.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 27
le soleil se couche à 20h 43
durée d'ensoleillement : 14h 15 (+3mn)

Citation jour :
« La première heure du matin est le gouvernail du jour. »
Anonyme

Dicton du jour :
« Mai fait ou défait. »

Proverbe du jour :
« Les œufs et les serments se brisent vite. »

Événement du jour :
1493 : Bulle « Inter Caetera »
Le 4 mai 1493, moins d'un an après le fabuleux voyage de Christophe Colomb, le pape Alexandre VI Borgia signe la bulle « Inter Caetera » qui partage les terres à découvrir entre l'Espagne et le Portugal. Grâce à cette bulle, les Portugais ont pu s'approprier le Brésil.
1897 : Un incendie se déclare au Bazar de la Charité à Paris, provoquant la mort de 120 personnes. Ce drame inspirera à Gaston Leroux "Le Fantôme de l'Opéra".[Domain public]
1953 : Ernest Hemingway reçoit le Prix Pulitzer pour "Le Vieil Homme et la Mer".[Domaine public]
1979 : Margaret Thatcher devient la première femme Premier ministre en Angleterre.[Johnny Eggitt / AFP/Archives]
1988 : Libération des otages français (Kauffmann, Fontaine, Carton) retenus au Liban.
La journée Star Wars célébrant la saga du même nom est fêtée le 4 mai. Elle provient du jeu de mot anglais "May, the 4th" qui ressemble à "May the force be with you" - que la force soit avec toi - phrase emblématique de Star Wars.[KAMiKAZOW / CC]

L'historiette du jour :
L’éclosion des tortues d'Awala de Neolien

Notre mission à l'ouest Guyanais consistait à établir un bilan psycho-social chez les communautés amérindiennes et bushinengués ainsi que chez les immigrés des pays voisins comme le Surinam et le Brésil. Nous avions arpenté les sentiers boueux au milieu de la brousse et sillonné le fleuve en pirogue sous une pluie diluvienne et incessante. Le constat ne fût pas joyeux. Mes collègues et moi étions abattus d'apprendre autant d'histoires sordides. Selon l'expression d'Adrien, l'assistant social, c'était « le radeau de la méduse : des âmes désespérées, s'agrippant à un bout de bois au milieu d'un océan de souffrance et de désolation ». Ce qui nous avait le plus touché était le sort tragique réservé aux enfants. Le taux effrayant de maltraitances, de viols, d'agressions, de détournements par les trafiquants de drogue pour faire « la mule », nous avait glacés.

Lire la suite de l'historiette:
À la fin de la journée, épuisés et trempés comme des soupes, nous nous réfugiâmes dans la seule auberge du village au bord du fleuve Maroni. L'aubergiste nous accueillit avec un sourire et un plat chaud. Du « jamais goûté » : un poisson du fleuve, un bout d'aubergine et du riz au menu ce soir-là.
— Avec des légumes en plus ! C'est parfait ! annonçai-je aux collègues.
— Tu plaisantes j'espère ? Tu sais qu'ici c'est Tchernobyl ? Rien ne pousse sans une tonne de pesticides. Quant à ton poisson, il doit être bourré de mercure avec tout ce que déversent les orpailleurs dans le fleuve, m'avança Adrien avec un air moqueur.
— Je ne sais pas si c'est le mercure ou les pesticides qui donnent ce goût délicieux au plat mais en tout cas je me régale ! répondis-je ironiquement.
— Quel rabat-joie cet Adrien ! Il faut toujours qu'il voit le mal partout ! rétorqua Katia avant d'ajouter : tu sais, le mois dernier on a été à Awala pour assister à l'éclosion nocturne des bébés tortues sur la plage. À peine sortis de l'œuf, ces bouts de chou partaient rejoindre la mer argentée au clair de la lune et entamer l'Odyssée de la vie. Tout le monde trouvait la scène magnifique. Tout le monde sauf Adrien. Monsieur y voyait une tragédie ! Tous ces petits êtres qui courent vers une mort certaine, de la chair pour les prédateurs qui les attendent la gueule ouverte, les « êtres-vers-la-mort », scandait-il !
— Tu sais Katia, je n'ai pas toujours été aussi cynique. En arrivant ici il y a quinze ans, j'étais jeune et plein d'espoirs naïfs, comme toi maintenant. Ce que tu as entendu ce matin, qui t'a retourné l'estomac, je l'entends et le vois depuis des années et j'ai l'impression que rien n'a changé. Bien au contraire, ça a empiré. En arrivant ici j'étais tenté de faire comme « L'attrape-rêves », tendre mes bras pour rattraper tous ces jeunes qui se précipitaient vers le ravin. Mais vois-tu, je n'avais pas assez de bras et les gamins couraient trop vite. Au lieu de pouvoir les sauver, j'assistais impuissant à leur chute dans l'abîme. Mais bon, je ne veux pas vous saper le moral, c'est bien d'avoir du sang neuf comme vous deux, j'espère que vous me prouverez que j'ai eu tord de penser ainsi, conclut-il en souriant.
— Je n'ai à rien à prouver à personne, j'essaie de faire de mon mieux... Bon, je ne vais pas tarder à aller me coucher, je suis KO et je pense que la journée de demain va être longue. Bonne nuit, nous lança Katia.
Enseveli sous les lambeaux des discussions de la soirée, je peinais à quitter la table. Alors que mes collègues étaient montés dans leurs chambres depuis un certains temps, je hantais encore les lieux tel un fantôme avant de me dissiper à mon tour. Je devais me confondre avec les murs de la grande salle à tel point que l'aubergiste, ne remarquant pas ma présence, commençait déjà à préparer les tables pour le petit déjeuner des écoliers. La journée étant finie, elle pouvait l'effacer comme on effacerait un tableau d'école pour en écrire une nouvelle. Sur ce tableau j'aperçu les essaims d'enfants, fraîchement déposés par les pirogues, envahir tumultueusement la salle de l'auberge. Je les vis s'attabler autour de moi, s'apprêtant à dévorer les baguettes de pain beurrées et d'ingurgiter les bols de chocolat chaud.
Au fur et à mesure que le lendemain se dessinait devant mes yeux, je me réduis à une trace du passé. Comme dans un palimpseste, les lignes du passé et du présent se recouvrirent. Les scènes, les belles comme les atroces, se superposèrent. L'image du convoi funèbre des êtres-vers-la-mort s'apposa à celle de la danse joyeuse des êtres-vers-la-vie. Le tableau sombre du radeau de la méduse se confondit avec le sourire lumineux d'un enfant avalant sa tartine au beurre et à la confiture.

Bonne journée à toutes et tous


Martigues




avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Ven 4 Mai 2018 - 11:40

1897 : Un incendie se déclare au Bazar de la Charité à Paris, provoquant la mort de 120 personnes. Ce drame inspirera à Gaston Leroux "Le Fantôme de l'Opéra".
ah ?


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Sam 5 Mai 2018 - 7:24



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Judith ainsi que les Ange.
Demain, nous fêterons les Prudence ainsi que les Marien.

Le 5 mai est le 125e jour de l'année du calendrier grégorien, le 126e en cas d'année bissextile. Il reste 240 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 16e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la consoude.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 26
le soleil se couche à 20h 44
durée d'ensoleillement : 14h 17 (+2mn)

Citation du jour :
« Tout homme a dans son cœur un cochon qui sommeille. »
Charles Monselet

Dicton du jour :
« Plus mai est chaud, Plus l'an vaut. »
« Le temps de Sainte-Judith va durer jusqu'au dix. »

Proverbe du jour :
« On coupe le passage à l'injure en la prévenant par une courtoisie. »

Événement du jour :
1308 : ouverture des états généraux à Tours.
Les États généraux du royaume de France, convoqués par Philippe IV le Bel le 25 mars 1308, au sujet de la mise en jugement et de la condamnation des Templiers. Ils se réunissent entre le 5 et le 15 mai 1308 à Tours et approuvent la condamnation de l'ordre.
1664 : Les Plaisirs de l'île enchantée
Le 5 mai 1664, les 600 invités du jeune roi Louis XIV (25 ans) arrivent à Versailles pour assister aux somptueuses fêtes des « Plaisirs de l'Île enchantée ».
Celles-ci vont se dérouler du 6 au 13 mai dans le parc aménagé avec magnificence par le jardinier André Le Nôtre autour de plusieurs pièces d'eau. Les courtisans découvrent ainsi le site sur lequel le roi nourrit le dessein d'installer un nouveau château, en complément de son palais parisien des Tuileries...
1672 : d'Artagnan prend ses fonctions de gouverneur de Lille.
N'aspirant qu'à retrouver les champs de bataille d'Artagnan est un piètre gouverneur. Les tensions avec Vauban et son inaptitude à gouverner une grande ville de 50 000 habitants, au rôle stratégique majeur expliquent qu'il soit relevé en décembre 1672. Le Roi utilise de nouveau cet homme, en qui il a une totale confiance, là où il est le plus efficace : sur les champs de batailles.
1821 : mort de Napoléon Ier, empereur des Français, en exil à l'île de Sainte-Hélène.
Napoléon Bonaparte meurt en exil à l'île Sainte-Hélène, a priori d'un cancer de l'estomac, selon le rapport d'autopsie fait par le médecin anglais de l'ile d'Elbe. La thèse est contestée par certains qui parlent d'empoisonnement à l'arsenic.
1961 : Alan Shepard est le premier Américain à aller dans l'espace ; l'astronaute effectue un vol de 15 minutes à bord de la cabine spatiale Mercury III.
2002 : Jacques Chirac est élu président contre Jean Marie Le Pen.

L'historiette du jour :
Les belles boiseries de Jose

Je me demande parfois ce qu'est devenu le garçon, vingt ans après, si cet après-midi a influencé la nature de sa relation aux femmes. Peut-être. Peut-être pas. Il est possible que je sois la seule aujourd'hui à en garder le souvenir. Je ne le saurai jamais. À moins que... À moins que par le plus extraordinaire des hasards, il soit amené à lire cette histoire, qu'elle ait un écho en lui, qu'il ait envie de nous donner de ses nouvelles et qu'il en trouve le moyen. C'est vrai, ça fait beaucoup de conditions, mais on ne sait jamais.

Lire la suite de l'historiette:
C'était du temps où je partais des journées entières en exploration dans les rues de Paris.
Voilà qu'un jour je passe devant le Musée Maillol, l'œil attiré par l'annonce d'une exposition temporaire :

Diego Rivera – Frida Kahlo, Regards croisés

L'affiche me tente. Je prends un ticket d'entrée. Je ne suis jamais venue au Musée Maillol et je ne connais à l'époque, rien de Diego Rivera et de Frida Kahlo, dont l'auto-portrait n'est pas encore imprimé à grande échelle sur cabas et magnets.
L'expo se révèle être un choc esthétique, une passionnante et totale découverte.

Puisque je suis là, je vais faire un tour du côté des collections permanentes dédiées à l'œuvre de Maillol. Je déambule sur les beaux parquets anciens, la visite est apaisante. Les formes lisses, rondes, épanouies, les postures assurées, une sensualité tranquille, contrastent avec les sujets torturés et tourmentés de Kahlo.
Une fois de plus, je prends conscience de mon ignorance, surprise de constater que Maillol, ce n'est pas seulement les robustes statues des squares, pas seulement du nu. Il a longtemps été peintre avant d'être sculpteur. Ses toiles ont des couleurs tendres : portraits, scènes champêtres, femmes songeuses, tête baissée, en pied, de profil, avec ou sans vêtements.

Bon, pas seulement du nu, mais comme je ne vais pas tarder à le voir, quand même beaucoup, beaucoup, beaucoup.
Au fil des salles, me voici dans une pièce aux murs entièrement habillés de panneaux de chêne encadrés de moulures. Et surtout, on n'y trouve que des femmes nues : Peintures et croquis, sculptures autour desquelles il faut slalomer, il y en a énormément. Impossible de les ignorer. Cette nudité à haute dose, d'un coup, est saisissante.
Je suis seule. Puis entrent une femme et un jeune garçon. Il doit avoir huit ou neuf ans. La mère marque un léger temps d'arrêt. Sa gêne est terriblement palpable, une envahissante matière injectée dans cet espace confiné. Et très vite, comme on se jette d'une fenêtre pour échapper au feu, les cordes vocales rebelles jouant au yoyo avec les aigus, elle s'exclame :

« Oh ! Paul, regarde ces belles boiseries ! Tu diras à Papa que tu as vu de belles boiseries, hein Paul, tu lui diras à Papa ?! »

Soudain le silence s'épaissit. Je me retourne discrètement. Je vois le garçon soumis à une intense perplexité. Il considère avec attention cette multitude de femmes nues partout autour de lui, une fois, deux fois, trois fois. Puis, sans les lâcher des yeux, d'une voix empreinte de bonne volonté, du souci de comprendre, de la gravité d'un chercheur occupé à la vérification d'une hypothèse, il demande :

«... C'est quoi des boiseries ? »

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Sam 5 Mai 2018 - 13:40

C'était généralement le 16e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la consoude.


ils soudaient quoi?


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Dim 6 Mai 2018 - 6:53

bonne question




avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Dim 6 Mai 2018 - 6:53



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Prudence ainsi que les Marien.
Demain, nous fêterons les Gisèle ainsi que les Domitille, Flavia Domitilla et Flavie.

Le 6 mai est le 126e jour de l'année du calendrier grégorien, le 127e en cas d'année bissextile. Il reste 239 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 17e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la pimprenelle.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 25
le soleil se couche à 20h 45
durée d'ensoleillement : 14h 20 (+2mn)

Citation du jour :
« Être fidèle, c'est, bien souvent, enchaîner l'autre. »
Sacha Guitry

Dicton du jour :
« Petite pluie de mai, tout le monde est gai. »

Proverbe du jour :
« Quand deux bons associés s'unissent, la pâte rencontre le levain. »

Événement du jour :
1682 : Versailles devient officiellement le siège du gouvernement de Louis XIV, roi de France. [CC / Sarah_Ackerman]
1840 : Le timbre-poste est créé en Angleterre. Un enseignant londonien, Rowland Hill, a l’idée révolutionnaire de fixer un tarif unique payé à l’avance par l’expéditeur pour l’envoi de courrier. Dans l’Hexagone, le premier timbre sera émis en 1849. [CC / jurvetson / FlickR]
1889 : L’Exposition universelle de Paris ouvre ses portes. Pour la dixième édition de l’événement, la capitale française s’illustre en dévoilant la tour Eiffel. L’exposition attirera plus de 32 millions de visiteurs jusqu’à sa clôture, six mois plus tard. [CC / Tilemahos Efthimiadis]
1985 : Inauguration de la Géode à la Villette à Paris, conçue par l'architecte Adrien Fainsilber et l'ingénieur Gérard Chamayou. Elle est rattachée à la Cité des sciences et de l'industrie, qui ouvrira ses portes un an plus tard. [Johanna Leguerre / AFP/Archives]
1994 : La reine Elizabeth II d'Angleterre et le président François Mitterrand inaugurent, des deux côtés du Pas-de-Calais, le tunnel sous la Manche, premier lien fixe entre le Royaume-Uni et le continent européen. La souveraine britannique souligne que c'est la première fois que les chefs d'État des deux pays se rencontrent sans avoir à prendre le bateau ou l'avion.

L'historiette du jour :
Mains coupables de Melinda Schilge

— Ah, quelle histoire... ai-je soupiré, les sourcils contractés.
L’officier de police, venait de me rapporter qu’il l’avait arrêtée et qu’elle s’était rendue facilement.
***
C'était un dimanche d'humeur légère, où nous aurions pu changer le monde si le monde avait voulu de nous. Nous nous contentâmes d'une virée sur les quais de Saône. Au sortir d'un chemin herbeux piqué de fleurs, nous découvrîmes une péniche solitaire. Des lambeaux de peinture étaient à rafraîchir, ce qui donnait l’air vieillot dont nous raffolions. Et à l’arrière, comme une invitation, une pancarte : « À vendre ». Et pourquoi pas ? Nous nous sommes regardés :

Lire la suite de l'historiette:
— On frappe ? proposai-je, hésitante.
— Si tu veux, me répondit Jeannot avec un regard qui éclaira les ridules de ses yeux.
Nous nous engageâmes main dans la main sur la passerelle métallique. En toquant, je me demandai si le panneau s’adressait aussi aux visiteurs dominicaux. N'y avait-il pas une trêve implicite le dimanche pour ce genre d’affaire ? D'abord, rien. Puis la porte fut comme arrachée devant nous. Une femme entre deux âges, au visage torturé, nous ouvrit. Cependant, un large sourire éclata et nous la rendit immédiatement sympathique. Elle ne tarda pas à nous raconter sa vie passée dans le rafiot.
— La coque est nickel, le carénage a été fait il y a six mois. Ma péniche est tout confort : je suis frileuse. Et puis, venez-voir : j’ai même aménagé les cuves à l'avant.
Pendant une petite heure, nous rêvâmes, l’imagination en feu... « Parfois, je pars à la tombée de la nuit et je descends au sud de Lyon, rien que pour sentir l'eau clapoter sur la coque et écouter le moteur ronronner. Le week-end, je navigue même au-delà de l'écluse de Pierre Bénite, nous expliqua-t-elle, engageante ». Songeuse, je voyais... – tiens, soudain, un banc où se reposerait une dame au tablier à carreaux –, puis une plage de galets et un arbre qui plongerait ses branches dans la rivière ; j’entendais déjà le bruit sourd de l’engin et je sentais mes nuits bercées. Elle sortit un rhum arrangé, bien arrangé si j’en juge par le tangage qui me prit par la suite. Nous rîmes, lorsqu'elle nous relata une mégarde qui aurait pu mal se terminer : elle avait oublié de défaire une amarre dans une écluse qui se vidait ; elle se trouvait à l’intérieur pour se laver, quand sa péniche s'était penchée sur le côté. Elle avait réagi quand l'eau de sa douche avait arrosé les parois.
Nous notâmes son numéro de téléphone portable. Juste avant de partir, je l’interrogeai sur les raisons de son départ. Elle eut un air absent : « Il le faut... Je dois changer de... » Son regard s’était teinté d'une angoisse extrême. Elle se reprit : « Nous avons tous nos superstitions... », glissa-t-elle avec une feinte complicité ; je ne comprenais pas ce qu’elle voulait dire mais ne cherchai pas plus loin, occupée à me relever le plus dignement possible.
Lorsque nous prîmes congé, je remarquai ses mains, épaisses, masculines, aux doigts étrangement longs. Elles semblaient appartenir à un autre corps que le sien. Quand elle vit que je les fixai, elle les cacha derrière son dos. Je remarquai qu’il lui manquait une phalange.

Quelques semaines plus tard, je parcourus un article qui relatait le repêchage du corps dans l'écluse en aval de chez nous : un clochard avait été étranglé ; je n'y prêtai pas attention.
La vie, les contraintes pécuniaires, la prudence peut-être, reprirent le dessus, et un jour, je jetai le papier sur lequel j'avais inscrit le numéro des rêves d'un après-midi.
Je n'y pensai plus jusqu'au jour où, six mois plus tard, un problème de santé me poussa sur les quais pour une promenade. En atteignant la péniche, je faillis traverser la passerelle de métal bleu ; un malaise imperceptible me retint, je rebroussai chemin. Un peu plus loin, je m'attardai devant une niche dans le mur. Une couverture gisait sur des cartons. Là un clochard vivotait autrefois ; je me remémorai l'article sur le meurtre perpétré si près de chez nous...

Je poursuivis mon chemin, je m'arrêtai soudain devant des marches... un endroit où je m'étais assise vingt ans plus tôt. Pourquoi ce deuxième souvenir me revenait à ce moment-là !? Parce qu'il était associé à une main puissante. Sur ces pierres grises et froides, j'avais pleuré, souffrant de la distance qui s’était creusée entre le garçon que j'aimais et moi-même. Une main, étonnamment large, s'était posée sur mon épaule. J’avais d’abord sursauté, inquiète ; engluée dans le chagrin, je n’avais pas bougé. Alors la main m’avait étreint ; sa chaleur avait séché mes larmes. La réminiscence de cette main, immense, me ramena au ressouvenir des mains de la femme qui nous avait reçus dans sa péniche, je rentrai chez moi confuse.

Un mois plus tard, un autre article attira mon attention : le corps d'une prostituée avait été repêché dans l'écluse en dessous de chez moi. Elle avait été étranglée, on cherchait une personne à qui il manquait une phalange. Une conviction se dessina dans mon cerveau : la coupable était cette femme qui habitait la péniche. Il n'y avait pas que ses mains, il y avait aussi son regard, d’une frénésie inquiétante, quand je l’avais questionnée sur la nécessité de renoncer à son embarcation.

***

L'officier de police me raconta qu'Amélie est l’une des premières navigatrices en solitaire. Idéaliste, elle avait dilapidé sa fortune ; pourtant, elle ne supportait pas la misère. Son premier contact avec la mort datait d’un retour d’une transat' où elle avait dû terminer le voyage sans pouvoir rien faire pour son mari, atteint d’une péritonite. Une agonie lente et atroce. Elle avait abrégé ses souffrances en le couvrant d’un oreiller...

J'ai raccroché, sonnée ; je n’y croyais pas encore. J’eus envie de hurler ; elle avait sali à jamais les quais de ses odieuses pulsions. Quelques heures plus tard, je me suis remémorée cette main qui s'était déployée sur mon épaule. Au lieu de me consoler, aurait-elle pu me tuer ?

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Etoile le Dim 6 Mai 2018 - 8:56

Cette fameuse tour Eiffel qui devait être démontée à la fin de l'exposition


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 4947
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 64

http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Dim 6 Mai 2018 - 9:14

et qui est un vrai symbole pour Paris




avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Etoile le Dim 6 Mai 2018 - 11:49

Oui comme quoi y a de drole de choses qui se produisent parfois


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 4947
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 64

http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Dim 6 Mai 2018 - 11:54

Etoile a écrit:Cette fameuse tour Eiffel qui devait être démontée à la fin de l'exposition
et elle aurait du l'être mais elle rapporte..il y a assez de tas de ferraille sur la planète...et elle est énergivore!

C'était généralement le 17e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la pimprenelle.
on passait déjà "nounours" au XVIII s?


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Lun 7 Mai 2018 - 6:49



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Gisèle ainsi que les Domitille, Flavia Domitilla et Flavie.
Bonne fête Gisèle
Demain, nous fêterons les Jeanne d'Arc ainsi que les Désiré et Désirée.

Le 7 mai est le 127e jour de l'année du calendrier grégorien, le 128e en cas d'année bissextile. Il reste 238 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 18e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la corbeille d'or.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 24
le soleil se couche à 20h 46
durée d'ensoleillement : 14h 42 (+2mn)

Célébration de demain :
• Victoire 1945 (jour férié)

Citation du jour :
« Gémir sur un malheur passé, c'est le plus sûr moyen d'en attirer un autre. »
William Shakespeare

Dicton du jour :
« À la Sainte-Gisèle, prends garde s'il gèle. »

Proverbe du jour :
« Qui fait l'âne ne doit pas s'étonner si les autres lui montent dessus. »

Événement du jour :
1274 : Ouverture du 2e concile de Lyon
À l'initiative du pape Grégoire X, environ 500 évêques et un millier de prélats se réunissent en concile à Lyon, principauté ecclésiastique entre l'Empire germanique et la France.
1859 : Les Pays-Bas abolissent l'esclavage
Le 7 mai 1859, les Pays-Bas abolissent l'esclavage dans leurs colonies des Indes orientales, de Guyane et de Trinidad et Tobago.
1915 : Le torpillage du Lusitania
Le paquebot britannique Lusitania, en provenance de New York, est coulé par un sous-marin allemand pour la raison qu’il transportait des armes à destination des belligérants. Parmi les victimes, de nombreux citoyens américains.
Ce fait divers dramatique va être rappelé deux ans plus tard par le gouvernement américain pour justifier son entrée en guerre contre l’Allemagne et ses alliés...
1948 : près de 800 diplomates européens se retrouvent à La Haye pour poser les bases de la coopération continentale. C'est le Congrès de l’Europe. Le Conseil de l’Europe verra le jour l’année suivante.[CC / Snikkers / Anefo - Nationaal Archief]
1954 : la bataille de Diên Biên Phu s’achève. Après un siège de deux mois, le fort où sont retranchés environ 10 000 soldats français tombe aux mains des Vietnamiens. Cette défaite aboutira aux accords de Genève marquant la fin de la guerre d’Indochine.[AFP]
1990 : les Gorges du Verdon deviennent un site naturel protégé.[AFP]
1995 : Jacques Chirac est élu président de la République française (cinquième président de la cinquième République), triomphant par un peu plus de 52 % des voix de son adversaire socialiste Lionel Jospin. À 62 ans, le maire de Paris, qui a déjà été premier ministre à 2 reprises et 2 fois candidat malheureux à l'Élysée, obtient un mandat de 7 ans et des pouvoirs exceptionnellement étendus pour un chef d'État ou de gouvernement occidental.

L'historiette du jour :
Teetohmi de Monaluna

Je me suis souvent dit que la langue française manquait cruellement de vocabulaire.
Nous avons de jolis mots, c’est vrai : ivresse, funambule, mélancolie, éphémère, nuage, clapotis, libellule... Mais les plus jolis mots du monde demeurent intraduisibles.
Comment se fait-il qu’une si belle langue que la nôtre n’ait pas de mot pour désigner le reflet de la lune sur la surface de l’eau ou pour évoquer le plaisir de se réchauffer au coin du feu ? Plus inspirés probablement, les Turcs ont inventé le premier, Yakamoz, et les Norvégiens le second, Peiskos.

Lire la suite de l'historiette:
Dans mon dictionnaire de la langue idéale, j’emprunterais également au portugais Cafuné, ce geste tendre de quelqu’un qui fait glisser ses doigts dans les cheveux de l’autre, et au japonais Mono-no-aware, ce sentiment à la fois doux et amer, empreint d’une poésie vaporeuse, que l’on éprouve parfois au crépuscule, durant les longs voyages en train ou en contemplant une pluie torrentielle... Au néerlandais, j’emprunterais Uitwaaien, marcher dans le vent pour le plaisir, et à l’inuit Iktsuarpok, aller dehors pour voir si quelqu’un vient. J’irais chercher sur la Terre de Feu le mot Mamihlapinatapai pour évoquer ce regard riche en signification échangé sans un mot par deux personnes dont aucune n’ose faire le premier pas, et sur l’Île de Pâques Manabamàte, cette perte d’appétit éprouvée lorsqu’on est en train de tomber amoureux. Je prendrais à l’allemand Heimat, cet attachement profond pour un endroit auquel on se sent appartenir et à l’indonésien Jayus, qui évoque une blague si mal racontée qu’on ne peut s’empêcher de rire en l’écoutant.

Mais aujourd’hui, pour embellir ce dictionnaire, je cherche un mot que je n’ai encore trouvé dans aucune langue.
Un mot pour décrire cette immense reconnaissance à la vie quand je te regarde grandir, ce profond sentiment d’amour lorsque tes petits doigts s’accrochent aux miens, cette force que tu me donnes quand tu me souris, cet émerveillement face à chacune de tes prouesses, cet étonnement de te voir à la fois si petit et si grand... Dans ce mot, il y aurait aussi cette confiance que tu m’as offerte en faisant de moi une mère, cette belle responsabilité que tu m’accordes lorsque tes pleurs cessent dans mes bras, mais aussi cette fragilité devant tant de vulnérabilité ; enfin l’envie d’être toujours là pour te protéger.

Un mot pour décrire tout cela à la fois, un mot dont j’ai besoin chaque jour. Un mot dont les couleurs s’étofferaient au fil du temps, dont la puissance résonnerait à l’infini.

Si ce mot n’existe nulle part, alors je prendrais les lettres de ton prénom, je les mélangerais à la manière dont tu fais chavirer mon cœur, et j’inventerais pour toi ce nouveau mot : Teetohmi.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Lun 7 Mai 2018 - 13:30

Proverbe du jour :
« Qui fait l'âne ne doit pas s'étonner si les autres lui montent dessus. »
bien vu!


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Mar 8 Mai 2018 - 7:04



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Jeanne d'Arc ainsi que les Désiré et Désirée.
Prénoms fêtés autrefois : Félicie.
Demain, nous fêterons les Pacôme ainsi que les Isaïe et Tudi.

Célébration du jour :
• Victoire 1945 (jour férié)

Le 8 mai est le 128e jour de l'année du calendrier grégorien, le 129e en cas d'année bissextile. Il reste 237 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 19e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l'arroche.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 22
le soleil se couche à 20h 47
durée d'ensoleillement : 12h 25 (+2mn)

Citation du jour :
« L'on ne peut aller loin dans l'amitié, si l'on n'est pas disposé à se pardonner les uns aux autres les petits défauts. »
Jean de La Bruyère

Dicton du jour :
« En mai, fleurs au verger font en automne la destinée. »
« À Sainte-Félicie, tous les lilas sont fleuris. »

Proverbe du jour :
« Si le père a pris trop de sel pendant sa vie, son fils aura soif. »

Événement du jour :
1360 : signature du Traité de Brétigny entre la France et l'Angleterre.
Egalement connu sous le nom de traité de Calais, il est conclu au château de Brétigny, près de Chartres entre Édouard III d'Angleterre et le Dauphin Charles, fils du Roi Jean II de France. La France perd des terres au nord entre Calais et le Ponthieu ainsi que l'Aquitaine. Edouard III ramène la rançon de Jean II le Bon de 4 à 3 millions d'écus et renonce à revendiquer le trône de France. La guerre reprend 9 ans plus tard. (Voir les chroniques des 8 et 26 avril).
1738 : vente de la vicomté de Turenne, paradis fiscal, à Louis XV.
1779 : Louis XVI abolit par ordonnance, le servage, le droit de suite et affranchit tous les « mains mortables »
1794 : exécution des 28 fermiers généraux à Paris, dont Antoine Lavoisier.
1902 : Saint-Pierre, ville la plus peuplée de la Martinique, est totalement détruite en quelques minutes par une violente éruption du volcan voisin, la montagne Pelée. Le nombre des victimes se situe entre 30.000 et 40.000.
1920 : la fête de sainte Jeanne d'Arc devient la fête nationale en France.
Canonisée en 1920, la même année que sainte Marguerite Marie Alacoque, la fête de Sainte Jeanne d'Arc est retenue, sur proposition de Maurice Barrès, comme fête nationale. La loi retient le second dimanche de mai.
1945 : capitulation sans condition de l'Allemagne.
Après une première reddition signée le 7 mai 1945 à Reims par le colonel-général Alfred Jodl, la Seconde Guerre mondiale prend fin en Europe, le maréchal Keitel signe l'acte politique de la capitulation sans condition. C'est une véritable guerre de 100 ans qui prend fin entre les peuples germaniques et la France.
2002 : attentat de Karachi.
Un attentat à la voiture piégée commis devant un hôtel de Karachi (Pakistan) coûte la vie à 14 personnes, 11 Français et 3 Pakistanais (plus douze blessés).
Une pensée à Mauranne qui nous a quitté


L'historiette du jour :
Big worm de Clément Paquis

La Margeride , Massif central – 1764
Martin, onze ans, court à perdre haleine au beau milieu de la forêt de Mercoire. Ce qu'il vient de voir, alors qu'il était caché derrière un épais buisson de genévrier, lui a flanqué la trouille de sa vie. Il a déjà entendu, au village, des histoires de fantômes, de loups-garou et autre bêtes effrayantes qui rôderaient la nuit, dans la forêt, en quête de viande humaine, mais il n'y a jamais vraiment cru. Lui qui habite à l'orée du bois depuis qu'il est né, lui dont le père est à la fois bûcheron et chasseur et qui connait si bien les animaux de la forêt, ne prend pas au sérieux ces histoires que les gamins se racontent pour se faire peur.

Lire la suite de l'historiette:
Sauf que ce qu'il vient de voir, il ne sait pas l'expliquer. Ils avaient l'air d'hommes, mais ils parlaient étrangement. Le français, nul doute là-dessous, mais une sorte de français dont Martin a eu du mal à saisir le sens. Des mots qu'il ne connaissait pas, un accent qui lui était étranger... Martin se dit qu'il s'agissait peut être de français du sud, il a entendu dire que ceux-là ont un accent particulier. Mais comment expliquer le reste ? Comment expliquer la sorcellerie dont il a été témoin ? Ces deux hommes ne parlaient pas entre eux. Ils s'adressaient ensemble à un esprit démoniaque qui leur donnait des ordres depuis la boîte où il était enfermé. « Ne sortez pas de la forêt ! » avait-il entendu. « Ne vous faites-voir de personne ! » ordonnait la voix du démon.

Martin n'aurait pas dû se trouver là. Il n'a pas encore la permission de pénétrer seul si profondément dans la forêt. Si des loups l'avaient surpris, s'il était tombé sur des brigands (tout le monde savait que la canaille a pour habitude de se cacher au cœur de cette épaisse végétation) il n'aurait jamais su s'en sortir. Il a bien son bâton, et ne se débrouille pas trop mal lorsqu'il s'agisse de se battre à l'aide de ce dernier, mais face à un véritable danger, il ne lui serait d'aucun secours.

Martin court si vite qu'il a l'impression que son cœur va exploser. Son sang lui brûle les artères et il sent son pouls battre fort et vite dans son cou. Il n'ose pas se retourner. De peur de voir la bête sur ses talons. Alors qu'il était en train d'observer l'étrange manège de ces deux hommes, son pied avait écrasé une branche de bois mort. Un crac fort peu discret qui avait attiré l'attention sur lui. À partir de là, tout s'était déroulé très vite. L'un des deux hommes s'était saisi d'une sorte de petit boîtier, il avait posé ses doigts dessus, et la seconde d'après, un énorme loup surgissait de nulle part. Un animal si massif, de deux, presque trois fois la taille d'un loup ordinaire, et qui s'était lancé à la poursuite de Martin.

Arrivé à la limite de la forêt, Martin risque un coup d'œil par dessus son épaule. Rien. Pas de monstre à l'horizon. Les yeux exorbités par la peur et la fatigue, il s'écroule sur le dos et il lui faut plusieurs longues minutes avant de retrouver son souffle. Au loin, les lueurs des cheminées du hameau de la Bastide-Puylaurent, où il vit avec ses parents, commencent à darder aux travers des fenêtres. La nuit ne va pas tarder à tomber. Martin se relève rapidement, constate que ses habits sont trempés de sueur, et reprend la route vers son foyer d'un pas décidé. Il aura beaucoup de choses à raconter autour du feu, ce soir.


Centre Européen pour la Recherche Nucléaire (CERN), Genève, Suisse – 2018.

Dans la salle n°125, l'excitation est à son comble. Le compte à rebours vient d'être lancé, et dans vingt secondes, Klaus et Jacques seront de retour de leur mission. À partir de dix, toute l'équipe se met à compter en chœur, et à zéro, une éclatante lumière illumine la salle. Les deux hommes surgissent alors aux commandes de ce genre de bathyscaphe que tout le monde a fini par surnommer « Big Worm », le grand ver. La fonction de ce dernier est de traverser des trous noirs créés artificiellement par l'accélérateur de particules du CERN. Les chercheurs sont parvenus à créer un passage de trou noir vers trou blanc, et ainsi à plier l'espace temps afin de superposer, l'instant d'un voyage, le présent et le passé.
— Notre mission s'est bien déroulée, annonce Klaus, nous avons voyagé dans le temps jusqu'au XVIIIe siècle et nous avons émergé au cœur d'une forêt française.
— Il y a tout de même eu un soucis, intervient Jacques, un gamin qui se trouvait là nous a surpris alors que nous visualisions nos directives sur l'écran de contrôle du PC.
— ... mais nous avons immédiatement balancé un leurre visuel, termine Klaus. Ce môme racontera avoir vu un horrible monstre, mi-lion mi-loup, et personne ne le croira. Notre hologramme lui a vraiment flanqué une peur bleue ! »

À ces mots, la responsable du projet Big Worm tique. Elle n'arrive pas à identifier ce qui cloche exactement, mais quelque chose la met mal à l'aise. Un sentiment de déjà-vu.


Cour de Versailles – 1764

Le bon roi Louis XV lit avec intérêt la Gazette de France. Depuis quelques semaines, la presse fait ses choux-gras de cette histoire de bête sauvage qui est apparue à un enfant au beau milieu de la forêt de Mercoire. À vrai dire, il n'y a rien de plus efficace qu'un événement de ce genre pour distraire les esprits fatigués par la guerre de Sept ans, et les journaux l'ont bien compris. Demain, le roi ordonnera à son porte-arquebuse, François Antoine, de partir chasser la bête. Il faut rassurer le peuple, réaffirmer la force du pouvoir royal, et cette affaire tombe à pic pour tout cela. Les journaux aiment tant mythifier ce genre de faits-divers que le roi songe que d'ici à plusieurs siècles, l'on parlera sûrement encore de cette histoire de bête féroce apparue dans le Gévaudan.

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par arnhilde le Mar 8 Mai 2018 - 15:57

Proverbe du jour :
« Si le père a pris trop de sel pendant sa vie, son fils aura soif. »
comment ça?


avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 3895
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 87
Localisation : haute-savoie

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Auzelles le Mer 9 Mai 2018 - 7:14



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Pacôme ainsi que les Isaïe et Tudi.
Demain, nous fêterons les Solange.

Le 9 mai est le 129e jour de l'année du calendrier grégorien, le 130e en cas d'année bissextile. Il reste 236 jours avant la fin de l'année.
C'était le 20e jour du mois de floréal dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du sarcloir.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 21
le soleil se couche à 20h 49
durée d'ensoleillement : 12h 27 (+2mn)

Célébration de demain :
• L'Ascension (jour férié)

Citation du jour :
« Dans la jeunesse on croit qu'on vient à bout de tout avec de l'activité, mais plus tard on s'aperçoit qu'on ne réussit qu'avec de la patience. »
Laborie

Dicton du jour :
« Brouillard de mai, chaleur de juin, amènent la moisson à point. »
« Quand il tonne en mai, vaches ont du lait. »

Proverbe du jour :
« Un coquin est toujours un coquin, à pied, à cheval et en voiture. »

Événement du jour :
1431 : 48ème séance du procès de Sainte Jeanne d'Arc.
La séance à lieu à Rouen dans la grosse tout du château. La rage des clercs de l'Eglise et des membres de l'Université de Paris, « ce soleil de la Chrétienté », comme l'a dénommé un pape, est telle qu'ils finissent par menacer physiquement cette humble paysanne qui a appris à lire et à écrire il y a moins de deux ans, tout en commandant les armées du Roi au feu.
1462 : Traité de Bayonne.A cause de la guerre civile catalane, Jean II d'Aragon réclame l'aide militaire de Louis XI, Roi de France. En échange, il cède de manière temporaire les comtés de Roussillon et de Cerdagne. L'aide militaire apportée par le Roi de France est estimée à 200 000 écus. Les comtés cédés aux français sont récupérés en 1493.
1915 : bataille de l'Artois.Cette bataille est un des exemples d'offensives à outrance, menées sans considérations pour la vie des soldats. Chaque mètre pris à l'ennemi se paie en centaines, parfois en milliers de vies. La bataille de l'Artois dure du 9 mai au 25 juin 1915. Si Joffre parvient à percer le front allemand, c'est au prix de lourdes pertes (plus de 100 000 hommes contre 75 000 côté allemand).
1941 : Mendès-France est jugé par le tribunal militaire de Clermont-Ferrand et condamné à 6 ans de prison et à la destitution pendant 10 ans.
1950 : Schuman propose un plan pour l'Europe.
La déclaration du 9 mai 1950, aussi appelée déclaration Schuman, est considérée comme le texte fondateur de la construction européenne. Prononcée par Robert Schuman, ministre des Affaires étrangères français, dans le salon de l'Horloge du Quai d'Orsay, à Paris, elle lance l'idée d'une Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA).
1994 : Nelson Mandela, qui à 75 ans a passé plus du tiers de sa vie dans les prisons de l'apartheid, est élu à l'unanimité président de l'Afrique du sud par la première assemblée multiraciale de l'histoire du pays. L'ANC obtient 252 des 440 sièges à l'Assemblée nationale, contre 82 au Parti national du président sortant Frederik de Klerk.

L'historiette :
Pas grave ! de Tino

Ce sont les dernières paroles que m’adressa mon ami Alex lorsqu’on se quitta, d’un signe de la main devant l’Oase.
L’Oase, c’était notre bar depuis quatre ans déjà, nous avions tous les trois élu domicile dans ce dernier débit de boisson ayant survécu à la crise, qui a aussi touché cette petite ville du fin fond d’Alsace.
L’Oase c’était synonyme de soirées colorées comme les cocktails en bouteille que l’on servait aux clients et clientes crédules de la ville. Pour nous deux, c’était un « sérieux », un cocktail à base de Vodka et Bière, accompagné des Dernières Nouvelles d’Alsace ; pour Cléa un éternel Whisky-Coca dont la paille pendait à ses lèvres tout au long de la soirée.

Lire la suite de l'historiette:
Parfois, comme ce soir, nous mangions sur place. Christophe, le patron nous préparait des petits plats dans sa minuscule cuisine à l’arrière.
Ce soir c’était entrecôte sauce champignons, j’avais décidé de manger plus sain...
Pas grave !
Rajoute des frites !
Et le tout arrosé d’un petit schnaps pour la digestion !
Alex c’est un grand gaillard, un vrai Alsacien, il est paysagiste, comme tous ceux qui n’ont pas le privilège de faire partie d’une famille de paysans, et qui ont quitté les cours après le brevet.
Nous étions amis depuis quelques années déjà, mus par deux passions communes, la boisson et les blagues douteuses !
Nous passions la plupart de notre temps accoudés au comptoir, sans trop parler, de sujets futiles, ponctuant notre course à l’ivresse par des pauses clope devant le bistrot.
Cléa nous a rejoints plus tard, l’air un peu énervée qu’on ait commencé à boire sans elle !
Pas grave !
Je lui préparerai des œufs au plat avec du lard demain matin.
Elle adore ça au petit déjeuner, avec une tasse de Nesquick, s’il vous plaît !
Cela fait maintenant sept ans que nous sommes bien installés dans notre petite maison, à la campagne, profitant de la rente paisible de mon salaire d’employé de grande surface en Suisse.
Il me charriait souvent, Alex. Il dit que je travaille pour les « Boschs », mais je le soupçonne d’être un peu jaloux de nous, lui qui n’arrive à garder un travail plus de six mois.
Pas grave !
Mais il est deux heures du matin, l’Oase vient de fermer. Nous en fumions une petite dernière avant de nous séparer. Je devais nous ramener à la maison, à quelques villages de là, lui rentrerait à pied, en haut de la colline, dans un petit appartement de HLM qu’il partage avec sa mère.
Je me jetai donc au volant de ma Ford Focus. Cléa somnolant à mes côtés : elle ne tarda pas à s’endormir, bercée par le ronronnement du moteur et la douce clarté des étoiles.
On ne voyait pas bien la route cette nuit, il doit y avoir un souci avec les phares de la voiture...
Pas grave !
De toute façon j’allais en acheter une nouvelle cet été !
Comme ça devait arriver, je ne sais pas ce qui s’est passé, un virage mal négocié, un réflexe retardé à cause de l’alcool...
Je me suis retrouvé, Dieu sait combien de temps après, tête à l’envers dans l’habitacle, soutenu par ma ceinture.
Ce n’était pas la première fois que ça m’est arrivé, donc je ne panique pas, coupe le contact, ça ne fonctionne pas... il doit y avoir un souci à cause de l’accident.
Je m’extirpai donc de la carcasse fumante, après être lourdement tombé de mon siège.
Wow, je me suis pris un arbre en pleine tronche !
Cléa va bien aussi ?! Oui elle est assise sur le trottoir, déjà en train de téléphoner à une dépanneuse, ou à son père, je n’entends pas bien d’ici...
Comme sorti de nulle part, un camion de pompiers arrive. Les occupants se précipitent vers la voiture, passent à côté de moi comme s’ils ne m’avaient pas vu. Logique, le blessé est une priorité...
Je jetai un dernier coup d’œil sur cette scène, la réanimation vaine, les larmes sur les joues de ma bien aimée.
Je m’allume une clope en partant, moi qui voulais arrêter de fumer...
Pas grave !

Bonne journée à toutes et tous





avatar
Auzelles
Modo

Messages : 2633
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 68
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

http://moonlight-graph.forumgratuit.org/forum

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éphéméride du mois de Mai et du mois de juin

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 5 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires