ETOILE ET SES POTES

Epheméride du mois D'Août

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Epheméride du mois D'Août

Message par Scarlett le Lun 31 Juil - 13:36



Dernière édition par Scarlett le Mar 1 Aoû - 12:25, édité 1 fois


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6620
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Auzelles le Mar 1 Aoû - 6:54



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Alphonse de Liguori ainsi que les Arcadius, Arcady et Eléazar.
Demain, nous fêterons les Pierre-Julien Eymard ainsi que les Eusèbe et Julien l'Hospitalier.

Le 1er août ou 1er aout1 est le 213e jour de l’année du calendrier grégorien, le 214e en cas d’année bissextile. Il reste 152 jours avant la fin de l’année.
C’était généralement le 14e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du basilic.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 28
le soleil se couche à 21h 00
durée d'ensoleillement : 14h 31 (-2mn)



Citation du jour :
« Mieux vaut faire envie que pitié. »
Publius Syrus



Dicton du jour :
« Lorsqu'il pleut au 1er août, les noisettes sont piquées de poux. »


    
Proverbe du jour :
« Les hommes coléreux se font à eux-mêmes un lit d'orties. »



Événement du jour :
1793 :
le système métrique.
La Convention montagnarde adopte le système métrique décimal provisoire, 443.44 lignes de la "toise du Pérou". Il remplace les unités de mesure de l'Ancien Régime. Voir la chronique du 30 Mars
1899 : Un groupe de catholiques sociaux lance le quotidien Ouest-Éclair qui deviendra ensuite Ouest-France.
1936 : décès de l'aviateur français Louis Blériot.
Louis Blériot est un constructeur de lanternes d'automobiles, d'avions et de motocyclettes. C'est aussi un pilote français, il décède le 1er août 1936 à Paris.
Louis Blériot vole pour la première fois en 1907, dans un avion qu'il a lui-même conçu. Il obtient le premier brevet de pilote délivré en France en 1910. C'est lui traverse la Manche le premier à bord de son Blériot XI en 1909.
1936 : Yves-Saint-Laurent nait à Oran. Le célèbre couturier français est mort le 1er juin 2008 à Paris.
1944 : Début de l'Insurrection de Varsovie, soulèvement organisé par la résistance polonaise contre l'occupant allemand.
1960 : Indépendance du Bénin.
1981 : Lancement à New York de la première chaîne musicale MTV (comme Music Television).
1996 : Après avoir remporté le 400 m, Marie-José Pérec double la mise sur 200m lors des Jeux Olympiques d'été d'Atlanta.
2003 : Décès de l'actrice française Marie Trintignant après avoir été frappée à mort par son compagnon Bertrand Cantat dans la nuit du 26 au 27 juillet 2003.



L'historiette :
La mort du temps ! de Bernard Ringuet

En ce jour funeste, le verdict venait de tomber : la cour, conjuguant ses efforts, a décidé de tuer le temps. La décision s’impose à tous ; l’accusé est passé de mode : il a fait son temps. Il n’y a plus à revenir sur la chose : « ô temps, suspends ton vol ! » aurait pu déclamer le bourreau, chargé d’ouvrir la trappe sous celui qui avait tant ponctué nos existences. Le temps révolu, il n’y avait plus aucun espoir d’envisager l’avenir, de considérer le présent et de se souvenir du passé. L'exécution à venir allait saper les bases de notre société. Mais revenons quelques instants, s’il en est encore temps, sur cette ultime page de notre histoire...

Lire la suite de l'historiette:
Mis au ban des accusés, pour sa défense, le temps avait présenté des arguments bien dérisoires. Son bilan était si médiocre que les jurés ne prirent pas pour argent comptant ces arguties d’une autre époque. Le temps avait bégayé, avait répété sans cesse les mêmes propos qui avaient fini par lasser l’assistance et la cour. Il revenait toujours au même point, semblant ne pas parvenir à développer sa rhétorique. Sa pensée s’ensablait dans les méandres d’une mémoire défaillante et ses arguments étaient devenus obsolètes.

L’accusation, quant à elle, s’étaient montrée impitoyable. « Le temps nous a leurrés en prenant ses désirs pour des réalités. Le temps tourne en boucle, son cycle quotidien manque de ressort, il n’a pas réagi quand les hommes ont voulu remonter son cours. Le temps s’est étalé, sans pudeur, sans retenue. Un grain de sable étant venu s'immiscer dans son immuable répétition. Le temps refuse de regarder en arrière et fait obstacle à ceux qui veulent aller de l’avant. Il s’est fourvoyé quand il a abandonné ses aiguilles pour l’affichage numérique. »

Des experts vinrent témoigner de sa vacuité. « Le temps dessert les hommes, les force à courir après lui, leur impose des cadences infernales. Le temps est impitoyable pour ceux qui en manquent, bien trop généreux pour ceux qui n’ont pas la nécessité de le mesurer. Pire que tout, le temps se monnaie, fixe un barème pour son usage. Il se vend au plus offrant et ne se donne qu’à notre dernière heure ! »

Des témoins de moralité, avec empressement, osèrent affirmer que tout est relatif, que le temps dépend de notre perception des choses, qu’il ne sert à rien de l’accuser de tous nos maux. Le temps ne serait ainsi que la malheureuse victime de nos faiblesses. Quand nous prenons plaisir, nous l'abolissons, dans l’ennui, nous ne cessons de l’étirer sans fin pour prétendre avec une parfaite mauvaise foi qu’il a fini par s’arrêter.

« C’est justement le problème avec le temps : il veut toujours avoir le mot de la fin, rétorqua l’un de ses plus virulents pourfendeurs. Le temps est fondamentalement mauvais, surtout quand il est pourri ou qu’il se fait maussade. Le temps joue sur nos nerfs et affecte notre moral, fait pleuvoir des calamités sur nos têtes. » La charge était terrible mais le pauvre homme s’était trompé de temps ! Il était fait comme une grenouille dans son bocal...

« Le temps n’a jamais fait la pluie et le beau temps, répliqua, cinglant, l’avocat de la défense en une tirade dont il avait le secret. Le temps ne se mesure pas, il s’égrène, il file entre les doigts. Ne pensez pas le tuer avant de l’avoir attrapé ; ce serait encore une fois se jouer d’une illusion éternelle. Le temps est intemporel et c’est bien ce qui vous met en rage. Il se conjugue en se passant des modes et des accords ! »

Malgré le talent de l’orateur, le verdict tomba sans appel. Le temps était condamné ; il fallait le tuer sans autre forme de procès. Le temps ne pouvait faire appel ; sa dernière heure avait sonné et la sentence devait s’appliquer dans l’instant. Mais comment déterminer l’ultime seconde en l’absence de la collaboration de la victime ? Le temps n’avait pas l’intention de se laisser tuer sans abattre sa dernière carte.

Et voici que le temps, en un ultime soubresaut, abolit l’espace en même temps que sa propre existence. Les aiguilles s’étaient arrêtées, le tribunal disparaissait dans les limbes en un éclair fulgurant ; la fin des temps venait de s’opérer. Le temps avait échappé à la folie des hommes en se sabordant en un geste sublime. Ceux qui avaient voulu le plier à leurs désirs venaient de se perdre à tout jamais. Le temps sortait triomphant, du moins le pensait-il. Mais bien vite, il déchanta ! Sans les hommes, qui pouvait bien encore accorder la plus petite importance à son existence, égrener des minutes qui se perdaient dans le vide ?

Le temps était de la revue. Il s’était pendu au balancier d’une franc-comtoise qui lui avait mis ses plombs dans la tête. L’anéantissement de l’humanité fut son coup de grâce. Le temps avait commis sa plus grande bourde et le glas qui sonnait au loin annonçait la nuit des temps. Finalement, Dieu ne vit pas d’un très bon œil cet ultime geste de désespoir. Sa créature la plus aboutie venait de lui faire faux bond. Le Tout-Puissant était bien décidé à remettre les pendules à l’heure mais le jour suivant ne se leva jamais. Un vide céleste l’avait remplacé.

L’enfer aurait pu ouvrir grand ses portes. Il y aurait foule à prétendre se réchauffer à ses flammes pour l'éternité. Hélas, là aussi, tout n’était plus que poussière : le temps anéanti, plus rien de ce qui avait été ne pouvait désormais subsister. Ce récit ne parviendra jamais à son terme, le temps manquait dorénavant pour se payer le luxe d’un point final...

Intemporellement vôtre.



Bonne journée à toutes et tous
Aout est là et les vacances continuent
2017 s'avance vers sa fin tout doucement
alors profitons des beaux jours, du soleil
et de la chaleur avant que les frimas n'arrivent
Bonnes vacances aux aoutiennes et aoutiens.
Et bonne reprise aux juillettistes.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1487
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Scarlett le Mar 1 Aoû - 12:30

Le temps était de la revue. Il s’était pendu au balancier d’une franc-comtoise qui lui avait mis ses plombs dans la tête. 
Le  temps..  On  court  toujours  derrière  lui!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6620
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par arnhilde le Mar 1 Aoû - 12:53

Proverbe du jour :
« Les hommes coléreux se font à eux-mêmes un lit d'orties. »


j'en sais qlq chose hélas




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2601
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Scarlett le Mar 1 Aoû - 13:03

Pas  cool  alors..  J'espère  tu  dors  pas  sur  ce lit  d'orties!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6620
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par arnhilde le Mar 1 Aoû - 13:06

des fois oui!




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2601
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Auzelles le Mer 2 Aoû - 5:37

il pique tant que ça...
avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1487
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Auzelles le Mer 2 Aoû - 6:33



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Pierre-Julien Eymard ainsi que les Eusèbe et Julien l'Hospitalier.
Demain, nous fêterons les Lydie ainsi que les Lydiane.

Le 2 août ou 2 aout est le 214e jour de l’année du calendrier grégorien, le 215e en cas d’année bissextile. Il reste 151 jours avant la fin de l’année.
C’était généralement le 15e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la brebis.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 29
le soleil se couche à 20h 59
durée d'ensoleillement : 14h 29 (-2mn)



Citation du jour :
« L'amitié est l'amour sans ailes. »
George Gordon, lord Byron



Dicton du jour :
« À la Sainte-Eusèbe, au plus tard fis battre la gerbe. »


    
Proverbe du jour :
« Le trop de quelque chose est un manque de quelque chose. »



Événement du jour :
1665 :
expédition française contre les pirates barbaresques de Tunis et d'Alger.
1799 : décès de Jacques Étienne Montgolfier.
Jacques Étienne Montgolfier ou Étienne Montgolfier est célèbre avec son frère Joseph Montgolfier pour avoir créé un ballon à air chaud, auquel ils ont donné leur nom : la Montgolfière. Ils sont les premiers à réussir à le faire monter dans les airs.
1802 : Napoléon Bonaparte est « plébiscité » Consul à vie.
1990 : L'armée irakienne envahit le Koweït, suite à l'échec des pourparlers destinés à désamorcer la crise du Golfe persique. Le conflit a été provoqué par les accusations irakiennes selon lesquelles son petit et riche voisin lui "vole" son pétrole, établit des postes militaires et des forages sur son territoire et participe à "un complot impérialo-sioniste" pour l'affaiblir militairement et économiquement. L'invasion, qui reçoit la réprobation de l'ensemble du monde occidental, provoque une flambée des cours du pétrole.



L'historiette :
La vague de l'oubli d Océan

Nous marchions tous les deux, un peu égarés dans le vide de ce soir d'été. L'océan ronronnait, semblant vouloir apaiser nos cœurs meurtris.
Nous nous sommes assis sur un banc face à la mer, comme toujours.
Seules les marques du temps sur son visage me ramenaient à la réalité du moment présent et à l'usure de son amour.
Comme souvent, j'attendais qu'elle parle. Même si les mots sont parfois cruels, le silence m'est encore plus insupportable.

Lire la suite de l'historiette:
Depuis quand ne nous étions nous pas retrouvés ainsi tous les deux ? Pouvait-elle seulement le dire ?
Face à l'océan, le regard fixé sur les vagues où glissaient les surfeurs, elle restait immobile.
Je l'ai appelée doucement. Elle a tourné la tête vers moi. Je n'ai pas vu ses yeux. Ses lunettes sombres en cachaient l'éclat mais je suppose qu'ils étaient ternes et dénués d'expression.
J'ai posé ma main sur son bras et je lui ai dit, tout simplement :
« Viens, on va manger une glace chez Dodin. »
Elle s’est levée lentement en s’appuyant sur moi. Le poids de son corps devenu léger m’effleura comme le vent marin venant du large de la côte des Basques. J’ai glissé son bras sous le mien, comme toujours.

Nos pas de promeneurs nonchalants nous ont guidés vers la terrasse du glacier.
Je voulais savourer ce moment de quiétude tout en essayant de ne pas penser à ce qui nous arrivait. Une légère brise faisait s’envoler le foulard en soie sauvage qu’elle portait autour de son cou encore gracile. Sa jupe venait parfois se coller sur ses jambes décharnées et marbrées de sillons bleutés. Ses lèvres s’entrouvraient doucement comme pour dire les mots qui ne sortaient plus.
Nous nous sommes installés côte à côte à la terrasse du café ; la vie s’étalant sous nos yeux comme pour nous narguer. Les enfants qui revenaient de la Grande Plage en courant dans une volée de sable blanc, les sauveteurs secouristes nichés sur leur promontoire, les tentes rayées vestiges de la Belle Époque...

Je n’osais pas la regarder vraiment. J’avais trop peur de lire en elle ce qui me faisait si mal : son éloignement progressif et enfin, je le savais son absence définitive.
Quand le serveur nous a tendu la carte des glaces, j’ai cru apercevoir l’ombre d’un sourire éclairer son visage.
Elle a commandé un sorbet framboise-citron vert. J’ai pris la même chose, juste histoire de prolonger encore notre entente parfaite et nos élans communs qui avaient rythmé nos vies depuis notre première rencontre.
Se souvenait-elle de ce passage creusé dans la roche, près de l’Hôtel du Palais où nous nous étions croisés pour la toute première fois ? De ces vagues dans lesquelles nous sautions comme deux enfants au soleil ? Des halles où nous aimions flâner le matin ? Du sentier des Corsaires plongeant vers l’océan ? Du port des pêcheurs à marée basse ? Des sardines grillées que nous mangions avec les doigts à la Casa San Juan ?
De nous deux... de notre amour. De la vie... de notre vie... De mon parfum de fève Tonka qu’elle me disait reconnaître entre mille. Du bruit de mes pas quand je montais les escaliers jusqu’au troisième étage de notre petit appartement sous les toits. Enfin, de moi tout simplement.
Illusion dérisoire, désillusion illusoire...

Les souvenirs glissent et s’échappent en laissant sur le sable des traces aussitôt effacées par la vague de l’oubli.



Bonne journée à toutes et tous
Les évènements d'hier m'ont appris une chose
que l'amitié se situe bien dans la vie réelle
que l'amitié comme l'amour est indispensable
à notre vie, pour qu'on avance dans le temps.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1487
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par arnhilde le Mer 2 Aoû - 10:18

suis bien d'accord avec toi!



Bonne journée à toutes et tous
Les évènements d'hier m'ont appris une chose
que l'amitié se situe bien dans la vie réelle
que l'amitié comme l'amour est indispensable 
à notre vie, pour qu'on avance dans le temps.




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2601
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Scarlett le Mer 2 Aoû - 11:41

moi aussi  suis  d'accord  avec  toi  Auzelles!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6620
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Auzelles le Jeu 3 Aoû - 7:13



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Lydie ainsi que les Lydiane.
Demain, nous fêterons les Jean-Marie Vianney ainsi que les Vianney.

Le 3 août ou 3 aout est le 215e jour de l'année du calendrier grégorien, le 216e en cas d'année bissextile. Il reste 150 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 16e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la guimauve.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 30
le soleil se couche à 20h 57
durée d'ensoleillement : 14h 27 (-2mn)
le soir, on le voit bien la diminution du jour... grrrrrrr



Citation du jour :
« N'établissez aucune comparaison entre l'affection que vous inspirez et celle que vous ressentez. »
Honoré de Balzac



Dicton du jour :    
« Ce que le mois d'août ne mûrira pas, ce n'est pas septembre qui le fera. »


    
Proverbe du jour :
« Le loup désapprouve le piège, mais non pas lui-même. »



Événement du jour :
1347 :
Après 11 mois de siège, les troupes du roi Edouard III d'Angleterre parviennent à prendre la ville de Calais en France. Une bataille qui s'inscrit dans le déroulement de la guerre de Cents Ans, débutée 10 ans plus tôt et opposant les Anglais aux Français.
1492 : A Palos de Frontera en Espagne, le navigateur espagnol Christophe Colomb prend le départ à bord du Santa Maria d'un long voyage vers l'ouest. Il espère trouver les Indes. Il découvrira le continent américain en octobre de la même année.
1778 : Le Teatro alla Scala, dit la Scala, de l'architecte Giuseppe Piermarini, est inauguré à Milan. Figurant parmi les théâtre les plus prestigieux d'Italie, il accueillit notamment les premières de plusieurs opéras de Verdi.
1876 : Première transmission téléphonique intelligible entre 2 édifices, alors qu'Alexander Graham Bell entend son oncle réciter les mots célèbres de Hamlet : To be or not to be...
1914 : Après avoir déclaré la guerre à la Russie deux jours plus tôt, l'Allemagne, alliée à l'Autriche et à la Hongrie, déclare la guerre à la France, proche des Russes et des Britanniques. La Première guerre mondiale est belle et bien lancée et fera plus de 18 millions de morts en quatre ans.
1934 : A la mort du président allemand Paul von Hindenburg, Adolf Hitler devient à la fois chancelier et président de la République en Allemagne, lui laissant le champ libre pour diriger le pays.
2004 : Réouverture à New York, sur Liberty Island, de la Statue de la Liberté après trois ans de travaux de rénovation et d'amélioration de la sécurité consécutifs aux évènements du 11 septembre 2001.



L'historiette :
La fête de Elisabeth Marchand

La fête de la musique... mais quelle musique ? Une cacophonie sans pareil, des musiciens qui se trémoussent sur scène avec une sono à fond qui rend sourd.
Des tables et des bancs occupent toute la place du village... Il fait bon, cela promet d'être grandiose...
Les barbecues fument et exaltent déjà leurs fameuses odeurs de graillon, de viande quasi brûlée et de charbon de bois poussé à bout.
Il y a des buvettes, bien sûr, la bière commence par couler à flot, les bouteilles de vin sont débouchées, les boissons minérales sont confidentielles.

Lire la suite de l'historiette:
J'erre parmi cette cohue, mal à l'aise, bien sûr, car je n'aime pas la foule.
Il faut quand même faire bonne figure. Mon mari, adjoint au maire, va me rejoindre et nous allons saluer, comme il se doit, les notables du village.
Une tente, un peu à l'écart, leur est réservée et l'on y voit déjà quelques costumes sobres et des chemises étincelantes.
Les tables ont des nappes blanches, il y a des seaux à glace. Il est bien évident que les élus communaux sont choyés, ou, de façon plus réaliste, que l'on ne mélange pas les torchons avec les serviettes...

Je piétine, au comble de l'ennui...
Tiens, au loin arrive Jacky... Comment ne pas le reconnaître ? Il fut mon amant, le bel ange blond de ma jeunesse.
Toujours la barbe bien taillée, toujours les cheveux clairs et ondulés jetés en arrière, telle une crinière.
Toujours bien mis, toujours parfumé de frais sans doute.
Il dégage, en marchant, l'aura du mâle... Pire, du prédateur. Démarche de félin, de la plus belle espèce.

Le temps s'écoule, interminable, dans cette fête qui me vrille les oreilles.
Je me maudis d'être là.
J'aperçois, à une table en bordure, d'ex-collègues de travail. Je sais que je serai bienvenue parmi elles, alors, pourquoi hésiter ?
Je suis reçue à bras ouverts. On m'offre, sans chichi, une coupe de mousseux tiède.
A la même table, des ouvriers causent peinture, avec force gestes et rires gras :
— Tu te rends compte, la cliente m'a expliqué comment doser les couleurs !
Ils se tapent sur les cuisses... assurément, leur soirée ne fait pas que commencer.
Mais voilà que Jacky est près d'eux. Il sermonne :
— Faites gaffe, les gars, s'il y a des contrôles de police, vous êtes bons pour le retrait de permis... Je ferai comment pour honorer les chantiers ?
Le nonchalant d'antan serait donc devenu patron ?
Son regard coule vers moi... Toujours les mêmes yeux, des yeux d'océan : bleu clair par temps calme, bleu brillant des tempêtes, bleu coupant des orages...
Son bras contourne le banc, il me prend la main.
— Tu t'ennuies ferme, on dirait !
Moi (mondaine, désignant le monde du menton) :
— Nous n'avons pas les mêmes centres d'intérêt.
Sourires de connivence.
Et, direct, Jacky lance l'estocade :
— Tu viens chez moi ?
— Chez toi ?
Deux secondes d'hésitation.
— D'accord...
Une amie se penche :
— Ton mari est vers la tente, il doit te chercher.
Jacky et moi nous levons furtivement, nous éclipsons vite fait sous les arcades de la vieille ville toutes proches.
Maintenant, on court dans la ruelle sombre qui longe le château médiéval, et là, sur un muret rugueux, nous faisons l'amour...
Faire l'amour ? Non, il ne s'agit pas d'amour...
Il s'agit d'une fête. Rien que cela.
La fête des sens qui s'embrasent.
Orchestration accélérée de gestes du passé.
Brûlure. Deux corps qui se reconnaissent et s'épousent..



Bonne journée à toutes et tous
Nous attendons des amis pour la journée
ce sera petit repas, balade et visite l'après midi
le soir guinguette en musique et feu d'artifice
Bon jeudi et bonnes vacances



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1487
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Scarlett le Jeu 3 Aoû - 14:37

Houlààà  l'historiette!!!
le soir, on le voit bien la diminution du jour... grrrrrrr

Cà..  C'est  bien  dit  et  bien  vrai...


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6620
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Auzelles le Ven 4 Aoû - 7:55



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Jean-Marie Vianney ainsi que les Vianney.
Demain, nous fêterons les Abel ainsi que les Abella et Oswald.

Le 4 août ou 4 août est le 216e jour de l'année du calendrier grégorien, le 217e en cas d'année bissextile. Il reste 149 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 17e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du lin.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 31
le soleil se couche à 20h 56
durée d'ensoleillement 14h 24 (-2mn)



Citation du jour :
« Dans le silence et la solitude, on n'entend plus que l'essentiel. »
Camille Belguise



Dicton du jour :

« En août comme en vendanges, il n'y a ni fêtes ni dimanches.


»
Proverbe du jour :
« Quand même la couche serait à ton goût, Ne dors pas sous le soleil d'août. »    
« La parole n'est pas un moineau ; une fois envolée, tu ne la rattraperas plus. »



Événement du jour :
1443 :
Fondation des Hospices de Beaune par le chancelier des ducs de Bourgogne Nicolas Rolin et sa femme Guigone de Salins. Hôpital pour pauvres à l’époque, il est aujourd’hui un musée et est classé aux monuments historiques.
1789 : Abolition des privilèges. L’Assemblée constituante, chargée de rédiger la future Constitution, met fin à tous les droits et privilèges de classes. Cette abolition constitue un événement majeur de la Révolution française.
1821 : Naissance de Louis Vuitton, fondateur de la marque aujourd’hui mondialement connue.
1901 : Naissance à La Nouvelle-Orléans (Etats-Unis) de Louis Armstrong. Trompettiste et chanteur, il a eu un rôle capital dans la popularisation du jazz.
1944 : La Gestapo fait irruption dans une cachette d'Amsterdam et arrête Anne Frank, une jeune Juive hollandaise de 14 ans, et sept autres Juifs.
1961 : Naissance à Hawaï de Barack Obama, 4 ème président des Etats-Unis.
1996 : Clôture des JO d’Atlanta. La France arrive 5ème du tableau des médailles (37 médailles dont 15 en or).
1997 : Décès de Jeanne Calment. Française et doyenne de l’humanité, elle s’est éteinte à l’âge de 122 ans, 5 mois et 14 jours.



L'historiette :
Un cri dans la nuit de Haïtam

La nuit n’allait pas tarder et l’appel à la prière, l’adhan, résonnerait du haut des minarets de la ville.
L’appareil à musique posé au coin du comptoir proposait « Allah Almahaba » d’Izenzaren, un groupe du Souss dont c’était son morceau préféré et il avait du mal à s’expulser de son tabouret.

Lire la suite de l'historiette:
Comme en témoignaient les bouteilles vides de Stork posées devant lui, elles étaient sorties lorsque payées, pour la confiance. Et puis comme ça, en arrivant, tous savaient ce qui était bu... et il y avait passé une bonne partie de l’après-midi dans la « fosse », comme on appelait ce bar, cet abreuvoir à bières plutôt, situé au sous-sol d’un hôtel à l’architecture post coloniale.

Vieillot, avec la déco qui va avec. Du moins pour le grand hall de réception bien rétro et les salles de l’étage couvertes de fresques en relief peintes par un artiste de passage. Parce que côté la fosse, la déco, encore plus que minimaliste.

Rien.

Des tables basses en ferraille à peine forgée, des bancs en béton garnis de faillis matelas en mousse figurant des banquettes. Quelques tabourets et ampoules dans les coins. Les caisses de bière empilées dans une petite pièce adjacente au comptoir. C’est tout ce que l’établissement proposait, de la bière. Trois marques.
Surtout beaucoup de fumée et l’odeur qui va avec lorsque on y pénétrait par des escaliers depuis le hall. Vapeurs de clopes, de joints et de sebsi de kif auxquelles se rajoutent celles des bières régulièrement renversées par des mains déjà trop ivres. Sans parler des toilettes toujours ouvertes.

Justes deux petites fenêtres pour l’aération, une porte sur la rue toujours fermée. Il ne fallait pas que les gens voient, même si tout le monde savait que pour boire, c’était là que ça se passait. Une marque de respect envers cette tolérance marocaine pour la consommation d’alcool. Unique dans un pays musulman.
Sordide à souhait, le rade. Mais c’était central, en face du jardin public, à deux pas du souk et des grands taxis collectifs. De toute façon il y en avait qu’un seul, de bar. Alors...

Et puis, il aimait bien cette ambiance indéfinissable, un peu glauque et étrange.

Il y avait beaucoup appris sur les djinns, ces créatures habitant aussi bien les déserts que les points d’eau et les forêts, se changeaient parfois en animaux, en serpents souvent. Mais il ne voulait par y accorder trop d’intérêt devant ses amis, pas plus qu’à Aïcha Kandicha, cet être à double facette, aussi cruelle que sensuelle envers la gent masculine à qui la nuit, au détour d’un sentier, elle faisait payer ses abus. Et puis les jnoun maléfiques qui prenaient possession des hommes et des animaux...

Selon les légendes. Si légendes il y avait.

Des serpents qui parlent... Ses hallucinations, de plus en plus fréquentes, surtout la nuit dans la palmeraie, lui revenaient en mémoire. Fallait qu’il arrête la bière... et les joints.

Il finit sa Stork, écrasa le mégot du pétard, paya et sortit de la fosse après avoir fait ses adieux à la belle et souriante serveuse tout en culpabilisant de l’avoir ouvertement draguée, d’avoir trop bu, fumé. Une fois de plus il allait se faire engueuler. Les femmes berbères, particulièrement la sienne trouvait-il, avaient un détecteur d’alcool incorporé dans les narines.

Titubant un peu, assis pourtant ça allait, il pressait le pas. Il ne voulait pas traverser la palmeraie la nuit. Si les chiens errants, à moitié sauvages, avaient peur de l’homme la journée, la nuit, en meute, c’était autre chose. Et puis les serpents...

Il parcourut plus ou moins rapidement l’avenue qui menait à la sortie de la ville et constata en franchissant le pont que le soleil commençait à fuir derrière les montagnes. Dommage, il ne pourra pas contempler ce jeu de lumières et de couleurs changeantes dont les derniers rayons nimbaient magiquement l’ocre des flancs de l’Atlas dans les dernières et fugitives lueurs d’un après-midi qui disparaissait.

Il distinguait encore le patchwork des parcelles de luzerne et de maïs bordées par-ci par-là de bosquets de dattiers surpassant des figuiers ou des abricotiers. Plus surprenant, des lumières brillaient à l’orée de la palmeraie, bougeaient un peu, semblaient guetter, attendre, toutes proches du chemin qu’il devait prendre... Putains d’hallus !

L’eau courait à vive allure dans l’étroite targwa qui bordait le sentier non moins étroit qu’il avait emprunté. Les feuillages des bouleaux et des roseaux qui bordaient la rivière ondulaient doucement sous l’emprise de la légère brise qui balayait l’exubérante végétation estivale de la palmeraie.

Quelques ruines d’une vielle maison en pisé attestaient la présence ancienne d’habitations à même les jardins malgré les violentes crues, rares certes, mais néanmoins destructives de l’asif.

Des chiens hurlaient, le bois d’oliviers qu’il traversait était sombre, trop sombre malgré la lumière lunaire.
La pleine lune, les jnoun maléfiques.

Les lumières aperçues l’encerclèrent. Les branches frissonnantes, les oliviers semblaient bouger et les djinns rire dans les pierres.

Les chiens s’étaient approchés, les jnoun luisant funestement dans leurs yeux.

Des serpents ondulaient sur le sentier en sifflant de leurs langues fourchues.

Derrière eux une silhouette s’éleva, ricanant. Nimbée d’une pâle lumière elle souleva son voile de ses doigts étrangement effilés, alternant le visage anxieux de sa femme avec celui de la pulpeuse serveuse qu’il avait taquinée entre bières et joints.

Il s’enfuit en hurlant, courut sans prendre garde.
Devant lui s’ouvrait le noir précipice de la falaise.

Un cri dans la nuit
s’écrase sur les rochers
une femme pleure.

Joyeux sont les jnoun
Aïcha Kandicha se gausse
La serveuse aussi.



Bonne journée à toutes et tous
La semaine se termine tranquillement
les jours passent et trépassent
ainsi passe le temps, doucement mais surement
Allez profitons de ce bel été qui la vie nous offre
Laissons nous bercer par le temps qui passe.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1487
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Scarlett le Ven 4 Aoû - 11:45

Morbide  ton  historiette Auzelles!!!Et Adelette  avait    mis  son  bonjour  ici.. Rhoooo


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6620
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par arnhilde le Ven 4 Aoû - 13:33

4 : Réouverture à New York, sur Liberty Island, de la Statue de la Liberté après trois ans de travaux de rénovation et d'amélioration de la sécurité consécutifs aux évènements du 11 septembre 2001.


il parait que son visage est inspiré de celui d'un homme(?)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2601
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Auzelles le Sam 5 Aoû - 6:42



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Abel ainsi que les Abella et Oswald.
Prénoms fêtés autrefois : Cassien.
Demain, nous fêterons La Transfiguration ainsi que les Octavien.

Le 5 août ou 5 août est le 217e jour de l’année du calendrier grégorien, le 218e en cas d’année bissextile. Il reste 148 jours avant la fin de l’année.
C’était généralement le 18e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de l’amande.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 32
le soleil se couche à 20h 55
durée d'ensoleillement : 14h 22 (-2mn)



Citation du jour :
« Il vaut mieux employer notre esprit à supporter les infortunes qui nous arrivent, qu'à prévoir celles qui nous peuvent arriver. »
Duc François de La Rochefoucauld



Dicton du jour :
« À Saint-Abel faites vos confitures de mirabelles. »


    
Proverbe du jour :
« La beauté sans la grâce attire, mais elle ne sait pas retenir; c'est un appât sans hameçon. »



Événement du jour :
1914 :
Mise en service du premier feu rouge électrique. Il est installé dans la ville de Cleveland (Etats-Unis) à l'intersection de la 105e rue et de l'avenue Evelid. Il faudra attendre 1923 pour que cette invention arrive à Paris
1930 : Naissance de l'astronaute américain Neil Armstrong. Militaire de carrière, il a rejoint la Nasa en 1962 et a été nommé capitaine de la mission Apollo 11 en 1969. Le 21 juillet, il est devenu le premier homme à avoir posé le pied sur la Lune.
1962 : Consternation à Hollywood et chez tous les cinéphiles : Marilyn Monroe vient de mourir d'une forte dose de barbituriques, à l'âge de 36 ans. Elle a connu des débuts plus que modestes au cinéma, et s'est retrouvée sans travail. C'est au cours de cette période qu'elle pose nue pour un calendrier ; elle reçoit 50$ pour ses services, alors que la compagnie qui publie le calendrier réalisera un profit de 750.000$ grâce à la vente d'un million de copies. Elle signe un nouveau contrat avec la Fox en 1950, et dès lors son ascension vers la célébrité sera rapide. Au moment où elle épouse l'étoile du base-ball Joe DiMaggio en 1954, elle est devenue la plus grosse attraction du box-office et le nouveau sex-symbol de Hollywood.
1966 : John Lennon déclenche une vive polémique en affirmant lors d'une interview que les Beatles sont "plus populaires que Jésus". En réaction, des Américains brûlent les disques du groupe et plusieurs stations de radio décident de le boycotter. Quelques jours plus tard, John Lennon affirme publiquement que ses propos ont été mal interprétés.
1967 : Sortie du premier album des Pink Floyd, baptisé "The Piper at the Gates of Dawn". Le titre de cet opus est une référence au livre de Kenneth Grahame "Le Vent dans les saules".
2009 : Naufrage du ferry polynésien "Princess Ashika". Le ferry qui assurait la liaison entre l'île de Nuku'alofa et l'archipel des Ha'apai coule en pleine nuit, causant la mort de 74 personnes.



L'historiette :
Même pas peur de Sourire

C’est fait, on a embarqué.
Je me retrouve coincée dans le fauteuil du milieu. À gauche, un gros qui éternue sans mettre la main devant son nez. Probablement un statisticien avide de mesurer le ratio de malades sur les trois cents passagers de la carlingue.
À ma droite, une fillette de sept ans environ. Deux nattes brunes enrubannées de rose entourent un visage d’ange à la peau mate. Si fine qu’elle semble flotter dans sa salopette rayée. Une pancarte sur sa poitrine plate « Melody. Destination New York ». En habituée des voyages, elle a remonté son siège et rentré la tablette sur laquelle elle avait déjà disposé un cahier de coloriage, une palette de feutres et son doudou, un chiot en peluche tacheté de noir à qui il manque l’oreille droite.

Lire la suite de l'historiette:
J’ai une peur panique des avions.
Le moteur commence à vrombir que l’appareil est pris d’incontrôlables soubresauts. On est à un mètre du sol et je voudrais défoncer l’issue de secours et m’enfuir, traverser le tarmac, oublier ma valise et rentrer chez moi. Plus rien à faire de New York.
Le signal lumineux indique que l’on peut détacher sa ceinture. Je garde la mienne arrimée à mon ventre vrillé de spasmes, pathétique sécurité dans cet amas de ferraille fendant l’air au-dessus de nulle part.
La dame en bleue tente de nous rassurer en agitant les bras dans tous les sens puis elle enfile un gilet jaune qu’elle fait semblant de gonfler. Personne ne la regarde, hormis moi qui essaie d’imprimer dans ma cervelle embrouillée le moindre des mouvements susceptibles de me sauver.
L’hôtesse emmène Melody à l’arrière de l’appareil. Les toilettes sans doute. En reprenant sa place, la petite me sourit de sa large bouche édentée. Je lui réponds par un rictus figé que je souhaiterais affable. Elle doit penser que je n’aime pas les enfants. Elle ne se formalise pas de mon impolitesse et entreprend de colorier un sapin de Noel avec une telle fougue que le feutre vert dépasse largement les contours imposés. Elle n’en a cure et gribouille toute la page à sa façon, sans considération aucune pour le modèle. Ce doit être une enfant rebelle.
Le steward pose devant nous les plateaux-repas. Mon enrhumé de gauche engloutit le tout avant même que j’ai déballé le mien. Tout ce plastique m’écœure et je me contente d’un verre d’eau que je mâchouille pour éviter d’avoir mal aux oreilles. Melody chipote son poulet aux champignons. J’aimerais l’aider à nourrir son chiot, lui raconter des histoires de princesse ou m’intéresser à son voyage mais aucun son ne sort de ma bouche résolument scellée par la peur. Si elle n’a pas apprécié la volaille sous vide, Melody se jette sur le moka spongieux. Elle s’en barbouille le visage jusqu’aux yeux qu’elle a noirs et rieurs.
Je cherche du regard le sac en papier qu’elle ne manquera pas d’utiliser si d’aventure l’avion venait à subir des trous d’air. Elle me sourit à nouveau, la bouche pleine de chocolat.
« C’est l’heure de faire dodo », lui murmure l’hôtesse en remontant le plaid sur le petit corps abandonné. J’adorerais lui fredonner une berceuse ou lui caresser la main mais je demeure impavide, imaginant l’océan à quelques encablures au-dessous de notre frêle embarcation. Ses murs de vagues et sa froidure polaire. Ses sombres abysses peuplés d’une faune menaçante aux dents acérées. Et les épaves où reposent des squelettes vert de gris m’invitant à les rejoindre dans une danse macabre.
Melody s’est endormie d’un coup, comme seuls savent le faire les enfants.
Mon voisin de gauche aux naseaux obstrués ronfle en émettant un vacarme qui se dispute le podium avec le feulement de l’avion.
J’enfonce une boule Quiès dans chacune de mes oreilles et ajuste mon masque pour me donner bonne conscience. Tout au mieux l’illusion de somnoler.
L’enfant miaule dans son sommeil. Qui sait quelle fée lui traverse l’esprit ou quel Aladin la promène sur son tapis volant ? Pourvu qu’aucune sorcière griffue ne vienne égratigner son joli minois !
Bientôt nous amorcerons la descente. J’ai l’impression d’avoir été fouettée par un gang de malfrats, mes paupières pèsent une tonne et j’ai la bouche sèche, un rien nauséeuse. Mon nez est pris, forcément.
Melody se réveille, fraîche et rose comme le printemps. Une fois encore elle m’adresse son plus charmant sourire si ce n’était ces incisives temporairement absentes. J’espère que la petite souris l’aura récompensée.
Elle me regarde bien en face, de ses yeux noirs pailletés d’or. Rangeant ses trésors dans son mini sac à dos aux oreilles de Mickey, elle me confie tout bas « Au revoir, madame, je vais voir mon papa, il habite New York. J’ai été ravie de voyager avec vous. Ça m’a beaucoup rassurée ».



Bonne journée à toutes et tous
La chaleur sera au rendez-vous de la journée
du moins chez nous et dans le Sud en général
le soleil nous honorera de sa présence et de ses caresses.
Le weekend est là avec son cortège de festivités
Villes et villages se décarcassent pour que notre été soit beau
Alors profitons de ces instants de plaisir et de bonheur.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1487
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par arnhilde le Sam 5 Aoû - 12:03

Citation du jour :
« Il vaut mieux employer notre esprit à supporter les infortunes qui nous arrivent, qu'à prévoir celles qui nous peuvent arriver. »
Duc François de La Rochefoucauld



ça je suis bien d'accord
comme pour l'adage qui concerne la beauté!
et la fin de NormaJeane..car Marilyn n'est pas morte




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2601
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Scarlett le Sam 5 Aoû - 14:14

Merci  pour  tout  Auzelles..  Je  me  suis  reconnue  dans  le  personnage  de  ton  historiette..  Même  avec  des  années  d'expérience,  j'ai  toujours  une  peur  panique  de  monter  en  avion


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6620
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Auzelles le Sam 5 Aoû - 22:04

Norma est passée mythe de Marylin
avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1487
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Auzelles le Dim 6 Aoû - 9:34



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons La Transfiguration ainsi que les Octavien.
Demain, nous fêterons les Gaétan de Thienne ainsi que les Gaétane.

Le 6 août est le 218e jour de l'année du calendrier grégorien, le 219e en cas d'année bissextile. Il reste 147 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 19e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la gentiane.



à Marseille :
le soleil se lève à 6h 34
le soleil se couche à 20h 54
durée d'ensoleillement : 14h 20 (-2mn)



Citation du jour :
« Le voyage est une suite de disparitions irréparables. »
Paul Nizan



Dicton du jour :
« Au mois d'août n'ôte la flanelle, qu'en cas de chaleur torrentielle. »


    
Proverbe du jour :
« L'erreur est aussi grande de se fier à tous que de tous se défier. »



Événement du jour :
1926 :
Gertrude Ederle devient la première femme à traverser la Manche à la nage. Nageuse de compétition, elle a accompli son exploit en 14 heures et 39 minutes.
1945 : Le monde entre soudainement dans une nouvelle ère, celle de la guerre nucléaire. Le bombardier B-29 américain Enola Gay largue une bombe atomique appelée « Little Boy » à l'uranium 235 sur la ville d'Hiroshima. La terrible explosion fait quelque 75.000 morts et près de 90.000 blessés sur les 250.000 habitants de la cité japonaise. Seize heures plus tard, le président Truman lancera sur les ondes un appel au gouvernement japonais pour mettre fin à la guerre ; malheureusement cet appel restera sans réponse.
1991 : La révolution Internet. Le chercheur Tim Berners-Lee (en photo) rend public le World Wide Web qu'il a mis au point. "Le projet World Wide Web permet la création de liens vers n'importe quelle information où qu'elle se trouve", annonce-t-il.
1997 : Crash du vol 801 Korean Air. Le Boeing 747 s'écrase lors de sa phase d'atterrissage sur l'île de Guam (Pacifique). 228 passagers sur les 254 présentes à bord de l'avion sont tués dans l'accident.
2012 : Curiosity arrive sur la planète Mars. La sonde spatiale qui transporte le robot se pose avec succès dans le cratère de Gale.



L'historiette :
Votre regard se pose sur moi de Polo03

Ah ! Je vois que votre regard se pose sur moi.
Sans vouloir me vanter, j’ai toujours eu mon petit succès. C’est que je fais partie d’une édition de luxe, voyez-vous. Tout jeune, à peine sorti de l’imprimerie, quand je n’étais encore qu’un jeune livre fringant et plein d’ambition, encore parfumé de la bonne odeur de l’encre, j’ai été adopté par une jeune fille qui étudiait l’histoire.

Lire la suite de l'historiette:
Ah, que de fous rires partagés et de beaux moments passés ensemble. Elle avait les mains très douces, je m’en souviens encore. Elle m’a fait connaître ensuite beaucoup de ses amis qui m’ont tous traité avec attention et respect. Pas une page écornée, pas une tasse posée par inadvertance sur ma couverture.

J’ai beaucoup voyagé, vous savez. Si je vous disais qu’une grande amoureuse aimait à lire de mes passages à ses amants après s’être donnée à eux et qu’un vieux monsieur adorable a poussé son dernier soupir dans son fauteuil en me parcourant. J’ai glissé lentement de ses mains, mais j’ai eu le temps de voir comme un sourire sur ses lèvres avant d’atterrir sur le tapis.

J’ai partagé la vie de tant de gens durant cinquante ans. Je ne les fais pas, n’est-ce-pas ? C’est que tous m’ont aimé, cela conserve.

Aujourd’hui je suis sur les étagères de cette belle bibliothèque et je fais partie des doyens.

J’aime à raconter ma vie à mes jeunes camarades (car nous nous parlons !) et eux aussi sont impatients de vivre leur vie.

Oh, vous approchez ! Vous penchez légèrement la tête pour lire mon titre.

Allez, tendez la main et prenez-moi. Laissez vos doigts courir sur moi, c’est une caresse que j’adore. Tournez-moi dans tous les sens, respirez-moi et enfin ouvrez-moi. L’odeur que vous allez sentir, c’est toute ma vie, je vous l’offre.

Je n’ai pas qu’une histoire à vous raconter, j’en ai des milliers. J’ai beaucoup de voyages à vous faire faire.

Je vais vous faire rire et sourire, mais aussi vous tirer quelques larmes. Emmenez moi avec vous et vous verrez, nous allons être les meilleurs amis du monde. Car vous allez faire quelque chose d’extraordinaire.

Vous allez me lire.



Bonne journée à toutes et tous
L'air est plus frais, plus respirable, le corps se repose et récupère
mais j'ose espérer que l'été n'est pas fini que le soleil reviendra
nous caresser de ses rayons ardents, reposons nous ce jour
en attendant que l'été revienne nous chatouiller...



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1487
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Scarlett le Dim 6 Aoû - 13:16

Pendant  un  moment,  j'ai  cru  que  le  livre  en  question  était  tout  simplement  un  dictionnaire!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6620
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par arnhilde le Dim 6 Aoû - 17:57

Citation du jour :
« Le voyage est une suite de disparitions irréparables. »
Paul Nizan



pour moi c'est plutôt une succession de découvertes et de joie




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2601
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Scarlett le Lun 7 Aoû - 13:53

Bien  dit  Soeurette...
Pas  d'ephémeride  ce  jour...
Dicton  du  jour
 août sans pluie fait maigrir la vache


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6620
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par arnhilde le Lun 7 Aoû - 14:30

l'est malade notre AUZELLES?
si je perdais un kilo à chaque pluie bah je déménagerais et j'irais un temps dans le coin le plus humide de la planète!




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2601
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Epheméride du mois D'Août

Message par Scarlett le Lun 7 Aoû - 14:41

Ben  non,  elle  est  passée  ce  matin  sans  soucis  particuliers..  
Ben  dis  donc,  t'es  pas  une  "vache"  à  ce  que  je  sache  ma  Miss!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6620
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires