ETOILE ET SES POTES

Ephémeride du mois de Juin

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Lun 12 Juin - 6:44



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Guy ainsi que les Guyonne.
Demain, nous fêterons les Antoine de Padoue ainsi que les Anthony.

Le 12 juin est le 163e jour de l'année du calendrier grégorien, le 164e en cas d'année bissextile. Il reste 202 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 24e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du caille-lait.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 57
le soleil se couche à 21h 19
durée d'ensoleillement : 15h 21 (+1mn)



Citation du jour :
« Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter. Quelquefois trois ! »
Alexandre Dumas fils



Dicton du jour :
« En juin trop de pluie, et le grenier vide s'ennuie. »



Proverbe du jour :
« En parlant peu tu entends davantage. »



Événement du jour :
1429 :
bataille de Jargeau.
Cette bataille fait partie des cinq victoires successives de Sainte Jeanne d'Arc qui libèrent la route de Reims : Orléans, Jargeau; Meung-sur-Loire, Beaugency, Patay.
1672 : les armées françaises franchissent le Rhin.
1790 : Avignon rejoint la France après cinq siècles d'administration pontificale.
1940 : Weygand demande l'armistice.
1942 : Anne Frank reçoit un cahier à carreaux
C'est pour son treizième anniversaire, qu'Anne Frank reçoit son fameux petit cahier intime à carreaux rouges et blancs. Issue d'une famille juive allemande, elle vit cachée avec les siens à Amsterdam. De 1942 à leur arrestation par les nazis en 1944, elle écrira son Journal. Elle mourra en 1945 au camp de Bergen-Belsen. Son père, survivant d'Auschwitz, publiera le Journal en 1947.
1985 : Le Portugal et l'Espagne signent leur adhésion à la Communauté économique européenne. L'Europe communautaire compter.
1990 : Sur une proposition de Boris Eltsine, le Congrès adopte la "Déclaration sur la Souveraineté Étatique de la Fédération de Russie". Proclamant ainsi son indépendance vis-à-vis de l’URSS, la Russie accélérait le processus de décomposition du régime communiste. Celui-ci ne survivra pas plus d’un an. Cette date est désormais la fête de l’indépendance et fête nationale de Russie.



L'historiette :
Sur ses ailes de Flopi

Une pomme.
Un bateau.
Un oiseau.
Des dizaines d’objets et d’animaux divers paradent inlassablement sous les yeux de la jeune fille allongée sur l’herbe de la prairie. Des dizaines de nuages sur lesquels elle aime mettre un mot, une fonction, un sentiment.

Lire la suite de l'historiette:
Elle se sent détendue, les mains croisées sous sa longue chevelure brune. Le défilé des nuages blancs se reflète dans ses yeux verts. Elle passerait des heures ainsi, sans se soucier du temps qui passe. Chaque jour, elle emprunte le chemin de terre menant tout en haut de la colline faisant face à la demeure familiale. Elle s’y installe pour guetter le rêve qu’elle ne peut atteindre. Ce rêve qui, quoi qu’il arrive, continue de la faire sourire même après tant d’années. Un rêve qui ne se réalisera sans doute jamais.

Elle attend désespérément de le voir apparaître, de croiser son regard si profond qu’elle n’a jamais oublié. Ses ailes déployées avaient fait naître chez Susan un sentiment d’envie. Elle aurait donné n’importe quoi pour pouvoir voler à sa rencontre dans ce ciel immaculé de juillet. L’aigle s’était approché d’eux alors qu’ils pique-niquaient et s’était posé sur un arbre, à quelques mètres de la jeune fille. Il avait alors tourné vers elle sa tête majestueuse et elle s’était perdue dans un océan de pénombre. Elle aurait voulu ne jamais rompre ce regard hypnotisant, mais le volatile avait fini par quitter son perchoir et disparaître à l’horizon.

Depuis, cette image la hante à chaque instant. Ses rêves sont peuplés d’ailes et de becs jaunes. Elle aimerait tellement le rejoindre, voler à ses côtés vers des contrées lointaines.

Elle a vu passer des centaines d’aigles depuis maintenant quatre ans, mais aucun ne lui ressemblait.

Elle est persuadée qu’il reviendra un jour. Elle sait qu’il retrouvera le chemin qui l’a amené sur cette colline la première fois, il y a si longtemps. Personne ne comprend son obsession pour le rapace, mais elle continue d’espérer. Il faut simplement être patient, et Susan est très patiente.

C’est alors qu’elle le voit.
Il se faufile entre deux nuages en forme de fruits et amorce un virage qui laisse entrapercevoir l’envergure de ses ailes. C’est lui, elle en est certaine !

Susan est fébrile, elle sait qu’il vient pour elle. Sinon, pourquoi descendrait-il si rapidement dans sa direction ? Avant de toucher le sol, l’aigle majestueux se redresse subitement et pose ses griffes au milieu d’un parterre de jonquilles.

Il est immense. Sa tête est à la même hauteur que celle de la jeune fille et elle peut pour la deuxième fois de sa vie se fondre dans l’infini de ses yeux.

Lentement, l’aigle tend une aile dans sa direction. Avec une pointe de surprise, elle s’y accroche et s’installe sur son dos. Elle doit rêver, comment peut-il en être autrement ? Mais si tel est le cas, pourquoi ne pas en profiter pour se laisser aller ? Après tout, rien ne l’empêche d’imaginer qu’elle est réellement assise sur le dos d’un aigle dont elle a attendu la venue durant tant d’années.

Lorsqu’il décolle, elle sent son cœur la quitter pour rester sur la prairie. Des palpitations secouent son corps tout entier lorsqu’elle se rend compte de ce qui est en train de se produire. Elle étend délicatement ses bras sur les ailes du rapace et pose sa tête dans son cou. Susan se délecte du vent qui fait voler ses cheveux et de la vie terrestre qui s’éloigne rapidement sous ses pieds.

Elle traverse avec aisance la couche de nuage qu’elle se plaisait tant à admirer et pénètre dans un monde féérique. Ici, tout est différent : les sons, les couleurs et même les oiseaux. Tout est plus lumineux, plus vivant. Les rapaces et les cigognes qu’ils croisent semblent leur faire signe, volant à leurs côtés comme pour escorter cette visiteuse incongrue.

Susan ferme les yeux quelques instants et tente d’imprimer chaque sensation dans son esprit.

Elle se sent libre.
Libre et plus heureuse qu’elle ne l’a jamais été.

Le vol dure longtemps. Mais pas assez. Bientôt, les maisons se font plus distinctes et elle peut de nouveau apercevoir les couleurs des fleurs sur la colline. L’aigle atterrit avec grâce et tend son aile afin de laisser Susan glisser sur l’herbe. Puis, il lui jette un dernier regard dénué de sentiments et s’envole à travers l’océan bleuté de sa propre demeure. Susan comprend à ce moment-là qu’elle ne le reverra plus jamais. Mais qu’importe. Elle vient de vivre le plus beau moment de sa vie.

« Susan, réveille-toi ma chérie, le diner est prêt. »

Susan ouvre les yeux et aperçoit l’ombre de sa mère penchée sur elle, se détachant devant le soleil étincelant. Ce n’était qu’un rêve. Le rapace n’est jamais revenu la voir. Mais la jeune fille n’est pas triste, au contraire. A vrai dire, elle s’en doutait un peu. Et même si elle n’a pas réellement vécu ce voyage féérique, elle en a tous les souvenirs gravés à jamais dans sa mémoire, et cela lui suffit.

Avec l’aide de sa mère, elle se hisse sur la chaise roulante posée à ses côtés et se laisse guider vers sa maison. Elle ne marchera sans doute plus jamais, mais maintenant, grâce à ce merveilleux rêve, elle sait qu’elle possède au moins la faculté de voler.



Bonne journée à toutes et tous
Une nouvelle semaine commence
et une nouvelle aventure ce met en marche
les français ont choisi soit de s'abstenir, soit de suivre leur président
ils tournent la page des clivages sclérosants pour le pays.
Profitons de l'été qui s'annonce chaud et beau.
La vie est belle finalement, apprécions là.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Lun 12 Juin - 10:34

1942 : Anne Frank reçoit un cahier à carreaux
C'est pour son treizième anniversaire, qu'Anne Frank reçoit son fameux petit cahier intime à carreaux rouges et blancs. Issue d'une famille juive allemande, elle vit cachée avec les siens à Amsterdam. De 1942 à leur arrestation par les nazis en 1944, elle écrira son Journal. Elle mourra en 1945 au camp de Bergen-Belsen. Son père, survivant d'Auschwitz, publiera le Journal en 1947.


Je  l'ai  lu  à  plusieurs  époques  de  ma  vie!!!
  Auzelles!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Lun 12 Juin - 10:47

magnifique témoignage et poignant que le journal d'Anne Franck!

Citation du jour :
« Les chaînes du mariage sont si lourdes qu'il faut être deux pour les porter. Quelquefois trois ! »
Alexandre Dumas fils


c'est pour ça que nous nous sommes mariés devant DIEU c'est Lui qui porte bien souvent les plus lourdes




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Lun 12 Juin - 10:52

c'est pour ça que nous nous sommes mariés devant DIEU c'est Lui qui porte bien souvent les plus lourdes


Ben  l'a  du  boulot!!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Lun 12 Juin - 10:54

chez nous t'imagines pas ,me demande même parfois si je ne suis pas mariée qu'avec Dieu des fois!




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Lun 12 Juin - 11:22

Tu  n'es  pas  la  seule  dans  ce  cas.. T'inquiète  pas!!La  vie n'est  pas,  hélas,  un  long  fleuve  tranquille!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Mar 13 Juin - 6:59



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Antoine de Padoue ainsi que les Anthony.
Demain, nous fêterons les Élisée ainsi que les Rufin et Valère.
Le 13 juin est le 164e jour de l'année du calendrier grégorien, le 165e en cas d'année bissextile. Il reste 201 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 25e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la tanche.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 57
le soleil se couche à 21h 19
durée d'ensoleillement : 15h21 ((+1mn)



Citation du jour :
« L'inconscient est le psychique lui-même et son essentielle réalité. »
Sigmund Freud



Dicton du jour :
« À la Saint-Antoine de Padoue, toujours de temps doux. »



Proverbe du jour :
« Courtoisie qui ne vient que d'un côté ne peut longuement durer. »



Événement du jour :
1231 :
mort de saint Antoine de Padoue.
1611 : Champlain franchit les rapides de Lachine.
1721 : signature du traité de Madrid, triple alliance entre la France, l'Espagne et l'Angleterre.
Le 13 juin 1721, la France, la Grande-Bretagne et l'Espagne signent le traité de Madrid. Cet accord est essentiellement commercial, et territorial. Le ministre d'Etat français Guillaume Dubois s'engage à restituer la base de Pensacola, prise à l'Espagne et intégrée à la Louisiane. D'autre part, la traite des esclaves, jusqu'alors monopolisée par la France et l'Espagne, est ouverte au Britanniques. Enfin, les trois puissances se garantissent une assistance mutuelle en cas de conflit.
1924 : Gaston Doumergue élu président de la République
Le 13 juin 1924, Gaston Doumergue devient le 13e président de la République française. Après la démission forcée d'Alexandre Millerand à la tête de la France le 11 juin 1924, les élections proclament Gaston Doumergue nouveau président de la République, loin devant Paul Painlevé, le candidat porté par la gauche. Le septennat de Gaston Doumergue sera marqué par une période prospère pour la France, mais entaché d'une instabilité ministérielle. Paul Doumer lui succède en 1931.
1983 : Pioneer 10 sort du système solaire
La sonde américaine "Pioneer 10" est le premier objet terrestre à quitter le système solaire. Lancée en mars 1972, la sonde était conçue pour durer 2 ans, mais elle continuera d'émettre jusqu'en janvier 2003. Elle fut la première à survoler Jupiter, la géante planète gazeuse, en 1973, puis la première à dépasser l'orbite de Pluton, la planète le plus éloignée du Soleil, en 1983. A son dernier contact, la sonde se trouvait à 12,2 milliards de kilomètres de notre planète, soit l'équivalent de 82 fois la distance de la Terre au Soleil. La sonde emporte à son bord une plaque en or où figurent la description d'un être humain, la localisation de la Terre et la date du début de cette mission.
1998 : La France passe au 35 heures
La loi sur les 35 heures de Martine Aubry, ministre de l'Emploi et de la Solidarité, est adoptée malgré une vigoureuse opposition du Centre national du patronat français (CNPF). La loi limite à 35 heures la durée hebdomadaire légale du travail à partir du 1er janvier 2000 dans les entreprises de plus de 20 salariés et la rend obligatoire au 1er janvier 2002 dans toutes les autres entreprises. La droite qui remportera les élections législatives en 2002, assouplira ces dispositions.
1998 : Le célèbre navigateur Éric Tabarly, 66 ans, n'est plus. Il est tombé en mer lors d'une manœuvre au large des côtes galloises à bord de son bateau, le Pen Duick I. Son corps sera retrouvé le 18 juillet.



L'historiette :
Mon secret de Acuti

À lire à qui vous voulez, la main ouverte devant vous.
Mon secret.
Bonsoir !
Elle s’appelle Tadidou, c’est drôle comme nom, je l’avoue, mais de sa voix cristalline, elle me l’a soufflé comme on confie un secret.
Beaucoup pourront croire que je suis fou, fou à lier.
Mais si vous faites un tout petit effort, vous verrez sa chevelure d’or.

Lire la suite de l'historiette:
Elle est timide, mais très curieuse.
La première fois que je l’ai rencontrée, elle jouait avec les lacets de mes chaussures. Elle s’y était emmêlée, c’est stupide, car elle aurait pu s’étrangler.
Elle était furieuse et lorsqu’elle s’est retournée, elle m’a vu qui la dominait de toute ma hauteur, géant monstrueux, n’osant à peine en croire ses yeux, je vous l’assure.
Une de ses petites ailes était coincée, alors, délicatement, un sourire idiot sur les lèvres, je l’ai aidée, avec mes gros doigts maladroits.
Tout doucement, sans l’effrayer.
Une fois délivrée, elle s’est envolée et dans un son de clochettes affolées, elle s’est évaporée.
Seulement sur le sol, brillait comme une épine fluette.
J’aurais pu ne pas la voir, mais le soleil jouait avec le reflet de ce qui s’avéra être une flûte minuscule en opaline.
Avec ma loupe, je découvrais ce petit objet.
Ma voix resta muette.
J’ai un ami luthier, un artiste né. Il m’en a fait une réplique exacte, mais à ma taille.
Il ne m’a pas demandé que je lui explique.
Il a paru simplement étonné, puis a relevé le défi.
C’est une flûte traversière réalisée dans la même matière, un objet de toute beauté.
Lorsque je fus seul, subjugué par cette forme parfaite, j’ai ri, le cœur en fête.
Peut-être qu’ainsi, je pourrais retrouver ma nouvelle amie ?
Je ne suis pas musicien.
J’ai soufflé doucement dans l’étrange instrument... et je l’ai vue rappliquer !
Elle semblait fâchée et chacun de ses mouvements laissait tomber une poussière multicolore qui l’auréolait.
Je me mis à éternuer et plaquait un autre accord.
Elle se posa sur l’armoire, la tête entre les mains,
J’arrêtai mes simagrées, ce bruit de foire et m’approchai, lui tendant, au creux de ma main, ce que j’aurais pu prendre encore pour une épine de rose si le verre grossissant de la loupe ne m’en avait révélé l’identité.
Elle se calma, et glissant le long de mes doigts, elle s’installa.
S’emparant de son bien, assise confortablement dans ma main en coupe comme dans un nid, elle pris son souffle.
Une mélodie aussi douce qu’un pétale qui n’en fait qu’à sa guise s’échappa de ses lèvres, aussi gaie que la pluie qui clapote la nuit.
Je fus pris de fièvre, cette musique m’enchantait.
Elle me chantait combien elle me remerciait d’avoir bien voulu voir ce que d’autres auraient pu ignorer, à savoir une petite fée toute chiffonnée, emmêlée dans des lacets qui lui servaient de corde à sauter.
Depuis, elle ne me quitte plus, et lorsque je suis las, fatigué, elle me joue ce petit air enjoué qui apaise tout.

Et maintenant, la voyez-vous ?
Là, dans le creux de ma main, lilliputien gracieux qui ricane de voir vos yeux aveugles, écarquillés pour mieux la distinguer.
Là, juste là !
Ouvrez grand vos oreilles et écoutez ce son sans pareil.
Vous l’entendez ?
J’en vois certain sourire.
Vous avez raison, c’est l’unique réaction face à cette musique si belle.
Vous l’entendez, j’en suis assuré.
Vous la voyez, c’est certain, elle s’appelle Tadidou, c’est drôle comme nom !
Elle me l’a soufflé comme on confie un secret...



Bonne journée à toutes et tous
Soleil, chaleur, boissons fraiches, farniente
que souhaitez-vous de plus, c'est l'été
Apprécions, profitons, soyons heureux.
Le bonheur il est là à portée de mains,
près de nous faut pas le chercher plus loin.
Bon mardi les ami(e)s du fofo.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Mar 13 Juin - 11:29

« Courtoisie qui ne vient que d'un côté ne peut longuement durer. »


Cà.. C'est  certain!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Mer 14 Juin - 8:43


Saint-Lary, un bijou au cœur de la vallée d'Aure

Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Élisée ainsi que les Rufin et Valère.
Demain, nous fêterons les Germaine Cousin ou de Pibrac ainsi que les Bernard de Menthon.
Le 14 juin est le 165e jour de l'année du calendrier grégorien, le 166e en cas d'année bissextile. Il reste 200 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 26e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du jasmin.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 57
le soleil se couche à 21h 20
durée d'ensoleillement : 15h 22 (+1mn)



Célébrations de demain :
• La Fête-Dieu



Citation du jour :
« Plus une idée est belle, plus la phrase est sonore. »
Gustave Flaubert



Dicton du jour :
« À Saint-Rufin, cerises à plein jardin. »


    
Proverbe du jour :
« Celui qui n'a pas d'ennemis, n'a pas d'amis. »



Événement du jour :
1636 :
mort du Maréchal de France Jean de Saint-Bonnet, maréchal de Toiras, à 51 ans.
1646 : décès de Jean Armand de Maillé-Brézé, duc de Brézé, duc de Fronsac, pair de France, grand-maître de la navigation.
1791 : adoption de la loi Le Chapelier interdisant toute association professionnelle au nom du libéralisme des révolutionnaires.
1790 : les premiers martyrs de la « révolution française » à Nîmes.
1796 : « Je ne crois pas à l'immortalité de l'âme. » écrit Bonaparte à Joséphine, car il est plutôt scientiste.
1903 : la république fait la guerre aux catholiques de France.
1940 : entrée de l'armée allemande dans Paris, déclaré ville ouverte.
1951 : UNIAC, le premier ordinateur commercialisé
L'Universal Automatic Computer (ou UNIVAC) est le premier ordinateur, traitant aussi bien des nombres que du texte, disponible sur le marché. Il a été conçu à l'Université de Pennsylvanie par John Presper Eckert et John Mauchly qui ont déjà créé l'Electronic Numerical Integrator And Calculator (ou ENIAC), le premier ordinateur, en 1946. L'UNIVAC occupe une superficie au sol de 25 m² et sa mémoire interne a une capacité de 1000 mots. 56 exemplaires seront vendus.
1982 : Reddition des troupes argentines retranchées à Port Stanley, capitale des Malouines. La guerre a fait 255 tués du côté britannique et 712 chez les Argentins.
1985 : signature des accords de Schengen (Luxembourg).
Les accords signés à Schengen abolissent les contrôles aux frontières communes entre les Etats signataires, la RFA, le Luxembourg, la Belgique, la France et les Pays-Bas. Ces accords entrent en vigueur en 1995.
Cet accord a été signé en secret par Mme Catherine Lalumière, sur un bateau, sur le Rhin. Il n'a été découvert que deux ans après, fortuitement. Il devient Convention européenne le 19 juin 1990.
Cité par François Marie Algoud dans Histoire de la volonté de perversion de l'intelligence et des mœurs (Editions de Chiré page 350)



L'historiette :
Service compris de Elodie Torrente

Piotr Oursinoff portait bien son nom. C’était un radin de première. Célibataire et sans enfants (ça coûtait trop cher), il passait sa vie à gâcher l’existence des autres. Dans ce domaine, il excellait.
Ce matin-là, comme tous les jours, il se leva à 7 heures, mangea de bon appétit après une toilette de chat, histoire de ne pas dépenser trop d’eau, puis sortit en ayant pris soin de fermer les compteurs de gaz et d’électricité. Au cas où ses voisins se brancheraient dessus pendant son absence.

Lire la suite de l'historiette:
Au rez-de-chaussée, il rencontra Madame Dupin, la vieille dame du deuxième. Comme tous les matins, il la bouscula puis l’admonesta au sujet des crottes de son chien, n’hésitant pas à la prendre par le bras pour l’emmener dans la cour et lui mettre le nez dessus. À quatre-vingt-neuf ans, la pauvre mamie subissait depuis des mois et sans pouvoir se défendre la maltraitance de son horrible voisin. Elle aurait dû éviter de sortir à cette heure, comme le lui conseillait sa petite-fille, mais les cris plaintifs de son caniche lui imposaient cette balade matinale.

Dans le hall, Piotr prit les prospectus publicitaires dans le bac réservé à cet effet, cracha sur certains puis les re-dispersa dans les boîtes à lettres. En sortant, il claqua la lourde porte cochère de l’immeuble plusieurs fois pour le plaisir sadique de réveiller tout le quartier.

Dans la rue, il déplaça les poubelles en plein milieu du trottoir afin d’obliger les poussettes emplies d’enfants chialeurs à emprunter la chaussée. Il monta ensuite dans sa vieille voiture cabossée au pot d’échappement percé. Comme à son habitude, il attendit qu’un gosse passe pour envoyer les gaz dans le nez du gamin qui toussa. Piotr afficha un rictus de satisfaction. Il emprunta la route qui menait à son travail et klaxonna au moindre ralentissement. Trente minutes après, il se gara sur la seule place handicapée disponible, rue de la Bourse, à deux-pas de son emploi. Il avait piqué sa carte à un employé en fauteuil de l’entreprise et en avait fait un fac-similé. Puis, en avance d’une demi-heure, il alla boire son café au bar de la place.

C’était Sonia qui servait, ce jour-là. Il l’avait surnommée « Pas-de-jugeote » et n’hésitez pas à le crier dans toute la salle dès qu’il la voyait derrière le comptoir. Il lui trouvait un vague air de ressemblance avec quelqu’un qu’il connaissait. Mais qui ?

Il commanda un café avec trois sucres et une larme de crème. Il n’aimait pas ça mais cette formule était au même prix que le café avec une goutte de lait. Un peu de gratis gratté chaque matin, c’était toujours ça de gagné.

La tasse vidée, il pinailla sur le tarif de sa consommation, pourtant inchangé depuis deux ans comme le lui répétait inlassablement Sonia. Il s’énerva mais, à la différence des centaines de matins précédents, il s’étrangla en plein monologue, victime d’une attaque foudroyante. Sonia – Pas-de-jugeote – savoura l’incident. Pour quelques temps, ce pingre tyrannique allait lui foutre la paix.

Tout en appelant les secours, elle fouilla la veste puis le portefeuille du syncopé à la recherche des papiers d’identité et de monnaie pour le café. Au milieu d’un tas volumineux de réductions en tous genres, elle découvrit une carte qui rendait l’énergumène encore plus détestable. Elle s’apprêtait à la remettre à sa place mais l’introduisit dans la poche arrière de son jean... Après tout, au cas où... Ce serait amusant... et si juste.
Piotr mourut dans l’ambulance.

À l’hôpital, on chercha un proche à contacter. Pas une photo ni même un nom n’apparaissait dans son portefeuille. À l’état civil, il était déclaré orphelin, célibataire et sans enfant. On l’examina. On se concerta sur son cas. Son corps fut transféré dans un autre service.

Au même moment, Marie-Louise Dupin reçut un appel téléphonique du Professeur Domont. Elle devait rentrer de toute urgence à l’hôpital. Elle aurait bien sauté de joie mais à son âge, c’était risqué. Au lieu de ça, elle appela Sonia, sa petite-fille, serveuse place de la Bourse.
— Allo, ma chérie ? C’est mamie. J’ai une excellente nouvelle ! Je rentre à l’hôpital !
— C’est vrai ? C’est enfin arrivé ?
— Oui, ils ont une rétine compatible. Un homme de 45 ans mort hier d’un AVC foudroyant.
— Oh, c’est génial ! Je finis dans une heure et je viens te chercher pour t’accompagner.
— D’accord, ma chérie. Je suis si heureuse ! Je vais enfin voir les crottes de Chouchou ! Oursinoff, l’imbécile du troisième, ne pourra plus crier sur moi.
— On en parlera tout à l’heure. Je dois y retourner. Bisous.

Sonia raccrocha, dubitative et excitée. Oursinoff ? Se pourrait-il que son client et le tortionnaire de sa grand-mère ne fasse qu’une seule et même personne ? Elle fouilla dans son sac. Elle y retrouva la carte subtilisée la veille dans le portefeuille du mourant. Elle se réjouit en constatant que le même nom apparaissait au-dessus de la mention « Je refuse expressément de donner mes organes. ».

En montant les marches pour aller chez sa grand-mère, Sonia prit toute la mesure de son geste. Pas-de-jugeote était morte en même temps que l’exécrable client. Sa grand-mère ne serait plus harcelée et allait échapper à la cécité. Mieux que tout : en permettant les prélèvements des organes du pingre, elle lui avait octroyé un peu d’humanité. Lui qui de son vivant n’avait jamais rien donné sauvait par son décès des malades. Elle sourit. Avec tous les radins qu’elle servait, il y avait peut-être un filon à creuser.



Bonne journée à toutes et tous
Pas du tout en avance ce matin
Je viens à peine de finir d'arroser
de déjeuner en vitesse, je fais l'éphéméride
et je m'active dans la maison avant la chaleur
Je vous souhaite un bon mercredi d'été.


La montagne l'été ça me botte et vous ?

avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Mer 14 Juin - 12:59

Pas très morale  ton  historiette  hein???


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Jeu 15 Juin - 6:31


Mairie de secteur 13 et 14ème, parc du Grand Séminaire

Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Germaine Cousin ou de Pibrac ainsi que les Bernard de Menthon.
Demain, nous fêterons les Jean-François Régis ainsi que les Aurélien, Ferréol et Régis.

Le 15 juin est le 166e jour de l'année du calendrier grégorien, le 167e en cas d'année bissextile. Il reste 199 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 27e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la verveine.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 57
le soleil se couche à 21h 20
durée d'ensoleillement : 15h 22 (+0mn) le moment fatidique de la redescente des jours arrive.



Célébrations :
• La Fête-Dieu



Citation du jour :
« L'érotisme, ce triomphe du rêve sur la nature, est le haut refuge de l'esprit de poésie, parce qu'il nie l'impossible. »
Emmanuelle Arsan



Dicton du jour :
« Jeunes et vieux renards, ne quittent plus le bois à Saint-Bernard. »


    
Proverbe du jour :
« C'est par des chutes qu'on apprend à marcher. »



Événement du jour :
1429 : victoire de sainte Jeanne d'Arc à Meung-sur-Loire.
L'Anglais contrôle pratiquement tout le nord de la France fin 1428. Le pont d'Orléans a été détruit peu de temps avant la levée du siège. Les Français ont en outre perdu le contrôle de tous les autres points de passage du fleuve. Meung-sur-Loire est le premier pont conquis par les Français après Orléans.
1594 : naissance de Nicolas Poussin, peintre français.
1785 : premier accident aérien avec les décès de Jean-François Pilâtre de Rozier et de Pierre-Ange Romain aérostiers français.
1969 : Georges Pompidou est élu 19e président de la République française (deuxième président de la cinquième République) de 1969 au 2 avril 1974, date à laquelle il décède d'une maladie incurable. Âgé de 57 ans, l'ancien premier ministre du général De Gaulle a récolté 58 % des voix, contre 41 % pour son concurrent demeuré en lice pour le second tour, Alain Poher.
Durant son mandat il prend une part active à la politique intérieure (modernisation industrielle, développement culturel, programme énergétique) et extérieure (arrivée de la Grande-Bretagne dans la CEE).
1988 : création du CAC 40.
Créé le 31 décembre précédent avec une base de 1000 points, le CAC 40 ouvre ce jour ; il signifie la Compagnie des Agents de Change. Il est calculé en fonction de 40 valeurs continuellement cotées. Son but est de refléter le plus fidèlement possible l'évolution du marché français. Plus tard, son sigle signifiera « Cotation Assistée en Continu ».
1995 : élection du cardinal Jean-Marie Lustiger à l'Académie française.



L'historiette :
Quand mamie a recontré papi de Felicia Cornelia

Quand mamie a rencontré papi, ils ont eu un coup de foudre l'un pour l'autre.
Elle lui a dit « Hola amigo ! » Et le coeur de papi a fait boom. Papi lui a lancé un clin d'œil et mamie est tombée sous le charme.

Lire la suite de l'historiette:
Après, ça a été plus compliqué.

Papi a cueilli des fleurs de son jardin à mamie, en lui disant qu'il a main verte. Mamie a bien regardé, mais les mains de papi étaient chaudes et tremblantes d'émotion.

Un jour, assis sur un banc public, ils se sont mis à discuter longtemps et longtemps. Papi a avoué à mamie qu'il n'était pas riche et qu'il n'avait pas de sang bleu.
Mamie a bien observé les veines de papi, a dit que c'est pas grave et qu'elle préfère le sang rouge.
Papi s'est mit à rigoler, puis il a eu un hoquet et mamie lui a mis une bonne tape dans le dos. Et ils ont rigolé les deux.

Ensuite papi a raconté à mamie qu'il a mangé son pain blanc avant son pain noir. Mamie lui a dit qu'en Andalousie, elle a mangé que du pain noir. Elle lui a parlé d'un départ la nuit, des routes encombrés, des frontières, des grands feux dans la montagne, d'un long voyage. Papi l'a trouvé très courageuse et lui a dit qu'elle a décroché la lune. Mamie a levé la tête et a vu que la lune était toujours là, haute dans le ciel.

Une fois mamie n'est pas venue au rendez-vous car elle avait des soucis avec ses papiers. Quand il l'a revue, papi lui a dit qu'il a broyé du noir, qu'il a eu une peur bleue et qu'il s'était fait des cheveux blancs . Mamie a compris que papi aime beaucoup les couleurs et ils se sont enlacés.

La fois d'après, mamie a cuisiné un plat espagnol, une bonne paela. Papi lui a dit qu'elle est un vrai cordon bleu. Mamie a bien regardé tout autour, mais de cordon bleu elle n'en a pas vu.

Mais un jour papi a aperçu mamie au bras d'un autre homme. Papi s'est arrêté brusquement devant eux et a demandé à mamie pourquoi elle lui a raconté des salades. Et mamie lui a présenté Diego, son frère.

Un soir d'été, papi a invité mamie dîner à la maison. Assise au bout de la table, mémé (la maman de papi) n'était pas contente. Elle a mangé sa soupe en vitesse et a dit à papi qu'il s'est fait rouler dans la farine et qu'il n'a pas la tête sur les épaules.
Ensuite mémé a dit qu'il fait nuit et qu'elle avait d'autres chats à fouetter. Mamie a eu très peur et elle est partie en courant.

Un jour, en lui serrant fort la main, papi a dit à mamie qu'il voit la vie en rose. Le rose c'était la couleur préférée de mamie et ils se sont embrassés.

Le jour du mariage, quelques gouttes d'eau ont rencontré plusieurs rayons de soleil et un superbe arc-en-ciel est apparu. Mamie a souri car elle savait bien combien papi aimait les couleurs.


__


Expressions :

Avoir le coup de foudre : tomber amoureux, être séduit
Avoir la main verte : être habile à cultiver les plantes
Avoir du sang bleu : faire partie de la noblesse
Manger son pain blanc avant son pain noir : avoir le meilleur avant de passer au plus difficile
Décrocher la lune : obtenir l'impossible
Broyer du noir : être triste, déprimé
Avoir une peur bleue : avoir une très grand peur
Se faire des cheveux blanc : se faire des soucis
Un cordon bleu : personne qui cuisine très bien
Raconter des salades : raconter des histoires, des mensonges
Se faire rouler dans la farine : se faire tromper, duper
Avoir la tête sur les épaules : être réfléchi, équilibré
Avoir d'autres chats à fouetter : avoir d'autres choses à faire, d'autres préoccupations
Voir la vie en rose : être optimiste



Bonne journée à toutes et tous
Jeudi et la journée s'annonce chaude et belle
l'été brille déjà de tous ses feux, c'est beau l'été
On vit en petite tenue, légèrement vêtu
le plus souvent dehors pour profiter des beaux jours
qui s’enfuiront très vite comme d'habitude
alors amusons et nous et vivons l'été pleinement.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Jeu 15 Juin - 10:48

Juste...  Auzelles  pour  ta  constance. 


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Jeu 15 Juin - 16:39

Citation du jour :
« L'inconscient est le psychique lui-même et son essentielle réalité. »
Sigmund Freud



le mec,lui-mem' y Cé pu d'koikykose




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Ven 16 Juin - 6:45



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Jean-François Régis ainsi que les Aurélien, Ferréol et Régis.
Demain, nous fêterons les Hervé ainsi que les Rainier.

Le 16 juin est le 167e jour de l'année du calendrier grégorien, le 168e en cas d'année bissextile. Il reste 198 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 28e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du thym.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 57
le soleil se couche à 21h 20
durée d'ensoleillement : 15h 23 (+0mn)



Célébrations de demain :
• Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse



Citation du jour :
« Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! »
Karl Marx et Friedrich Engels



Dicton du jour :
« Pluie de Saint-Aurélien va durer jusqu'à la fin. »


    
Proverbe du jour :
« Après la pluie le beau temps. »



Événement du jour :
1659 : le Roi Louis XIV décide d'accorder des subventions aux émigrants qui partent s'installer au Canada.
1815 : victoire de Ligny.
Les troupes de Napoléon Bonaparte remportent une bellevictoire à Ligny en Belgique contre les troupes prussiennes, la dernière victoire avant Waterloo.
1875 : pose de la 1ère pierre de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre est posée, sous la direction de Paul Abadie, l'architecte retenu pour la construction.
La consécration, initialement prévu le 17 octobre 1914, est reportée suite à l'entrée en guerre, et a lieu le 16 octobre 1919. L'église est alors érigée en basilique mineure. Le bâtiment est officiellement achevé en 1923 avec la finition de la décoration intérieure.
1881 : l'école est désormais gratuite.
Jules Ferry fait voter une loi qui établit la gratuité de l'école. Depuis 1879, ce franc maçon violement anti clérical, promulgue une série de textes promouvant l'école publique afin d'affaiblir le poids de l'Église dans l'éducation des jeunes français. Une nouvelle loi paraît encore le 28 mars 1882, rendant l'enseignement obligatoire pour les enfants de 3 à 6 ans, et définitivement laïc. L'instruction civique remplace dorénavant l'instruction religieuse et même les instituteurs devront être laïcisés au sein des écoles spécialisées. L'objectif est de retirer des mains des familles et de l'Eglise la formation des plus jeunes.
Or les écoles catholiques sont déjà gratuites, pour la plupart, et ce d’avant la révolution. Après l’empire, l’Etat les considére comme « libres », suivant le terme de la loi Guizot de 1833 et de la loi Falloux de 1850. Depuis le Second Empire et la loi Duruy (1867), l'école publique est devenue gratuite pour les enfants des familles les plus pauvres, soit les 3/5e des enfants. En 1881 la loi Jules Ferry n'est finalement qu'un geste en faveur des plus riches.
1940 : le maréchal Pétain, président du Conseil.
1963 : Valentina Terechkova devient la première femme à aller de l'espace. Le sous-lieutenant soviétique de 26 ans accomplira, à bord de son vaisseau spatial "Vostok-VI", 48 révolutions autour de la Terre, parcourant près de 2 millions de kilomètres au cours d'un vol de 71 heures.



L'historiette :
Des chiffres ou des lettres de Mone

— Du papier à lettres ? Pour écrire des lettres ? m’a demandé le jeune vendeur interloqué.
— Non, pour allumer mon feu, ai-je failli lui répondre.
Mais j’ai confirmé. Oui, j’avais l’intention d’écrire des lettres. Étonnant, non ?

Lire la suite de l'historiette ::
Visiblement, cette demande dépassait ses compétences. Il a fait appel à la vendeuse-chef, proche de l’âge de la retraite, qui avait probablement connu le produit. Il ne s’était pas trompé. Celle-ci est allée fouiller dans la réserve du magasin d’où elle m’a rapporté l’objet en question : un bloc de papier vélin crème, comme celui que j’aimais utiliser encore de temps à autre, enveloppes assorties. Le jeune vendeur, et les quelques clients présents dans la papeterie sont venus se pencher sur cette curiosité.
— Vous écrivez vraiment des lettres ? Que vous mettez à la Poste ? Vous n’envoyez pas des mails ? Des SMS ?
Je les ai rassurés. Oui, j’envoyais des mails, oui, je savais aussi envoyer des SMS, – mes petits-enfants m’avaient appris – même si j’avais eu bien du mal, les premiers temps, à taper plusieurs fois sur des chiffres, sans me tromper, pour écrire... des mots. Quel travail fastidieux ! J’avais même chronométré le temps qu’il m’avait fallu pour écrire « bisous ». Voyons, je tape deux fois sur le 2, trois fois sur le 4, quatre fois sur le 7, trois fois sur le 6, là, faux, je me retrouve avec un m, bism, emportée par mon élan, j’ai dû taper quatre fois, j’efface, je recommence, enfin deux fois sur le 8. Bon, je ne vais joindre qu’un seul bisou à mon message, pour simplifier. Résultat : une minute, vingt-quatre secondes. Contre quatre secondes avec mon stylo ! Et on appelle ça le progrès. Je ne désespère pas, avec un peu d’entraînement, d’améliorer bientôt mes performances. Ce ne doit pas être la mer à boire, si j’en juge par tous ces gamins que je vois pianoter à toute allure, dans le métro ou le bus. Sans aucun doute, ils maîtrisent à fond la technique. Il m’est tellement plus simple et plus rapide d’utiliser mon stylo. Mais je me prétends une grand-mère à la page. À la page d’internet.
Mes petits-enfants m’envoient des SMS, à n’importe quelle heure du jour... ou de la nuit. Ils oublient simplement que moi, à minuit, je dors, lorsque retentit sur ma table de nuit le petit signal sonore qui me réveille. Heureusement, je ne m’affole plus maintenant quand l’un de ces messages me parvient, au plus profond de ma nuit : « Qui m’appelle à cette heure ? Pour m’annoncer quelle mauvaise nouvelle ? Parce que c’est forcément une mauvaise nouvelle ». On n’appelle pas au milieu de la nuit pour parler de la météo. Désormais, c’est la curiosité qui l’emporte : « Qui ? Pourquoi ? »
Le temps d’allumer ma lampe de chevet, de chausser mes lunettes, de lire : « MERCI bcp ma BM pr l chek d mes 18 ans mil biz », (l’orthographe me fera toujours frémir, mais surtout ne rien dire, si je veux que nos échanges « épistolaires » se poursuivent), et le sommeil de ta Bonne-Maman, mon Côme, s’est définitivement envolé !
Rapidité des textos (tiens, voilà encore un mot que j’ai ajouté à mon vocabulaire d’aïeule connectée), rapidité pour eux en tout cas, efficacité pour tous. Alors, quand l’un d’eux me demande s’il peut venir déjeuner avec moi dimanche, pas question, bien sûr, de lui envoyer un petit mot par la Poste pour confirmer le rendez-vous. D’autant plus que, depuis que les facteurs ne distribuent quasiment plus de lettres, le courrier met beaucoup plus de temps à parvenir à son destinataire. Allez comprendre !
Mais j’ai encore quelques vieux amis qui n’ont pas fait entrer internet chez eux, qui hésitent à téléphoner à n’importe quelle heure de la journée de peur de déranger, et qui, comme moi, aiment à découvrir dans leur boîte aux lettres une enveloppe, pas celle d’une facture, mais une vraie, l’enveloppe qui renferme la promesse d’un moment passé avec un ami lointain, son écriture que l’on reconnaît entre toutes, les nouvelles échangées, commentées, avec une orthographe irréprochable, (oui, cela existe encore et se savoure), une lettre que l’on relira deux, trois fois, et que l’on mettra de côté pour y revenir plus tard, afin de prolonger la présence de l’ami.
Nostalgie de la plume sergent-major, de l’encre violette de mon enfance, dans le godet de porcelaine au creux du bureau de bois, des majuscules élégantes, des pleins et déliés de la belle écriture. Papier à lettres aux teintes pastel, parfois même décoré, que petite fille, je recevais en cadeau, et que j’avais hâte d’utiliser pour écrire à mes copines de classe, quand nous étions séparées pendant les vacances. Doux papier aujourd’hui remplacé par la froideur d’un clavier et de ses touches chiffres-lettres.
Hier, Tiphaine m’a annoncé sa visite ce week-end. J’ai répondu aussitôt à son texto en tapant trois fois sur le 6, deux fois sur le 5. Question efficacité, on ne fait pas mieux, je dois bien le reconnaître. Surtout à minuit ! (Mais à quelle heure vont-ils donc se coucher ?)...
Sur mon bureau, elle découvre des plumes, des encres de plusieurs couleurs, une feuille de papier aquarelle sur laquelle j’ai calligraphié son prénom, plusieurs fois, utilisant des modèles d’écriture anglaise, romaine, gothique...
— Oh, j’adore !
— C’est tout l’art de la calligraphie.
— Dis, Bonne-Maman, tu pourrais m’apprendre ? Mes copines seront épatées ! Je te parie qu’elles voudront essayer aussi !
... Et lâcher leur smartphone pour tenir un porte-plume ?
Je rêve ?



Bonne journée à toutes et tous
Le soleil est bien présent, la chaleur aussi
mais un invité se présent Monsieur Le Vent
Allez c'est le weekend qu'allons nous faire
piour moi c'est tout simple bureau de vote
présidence toute la journée et après ouf
c'est fini pour un moment, ils nous ont saoulés
depuis presque un an avec leurs élections.
Bon vendredi à vous les am:i(e)s du fofo.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Ven 16 Juin - 10:34

 Auzelles.. Toujours  aussi  détaillé.. 


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Ven 16 Juin - 12:08

1881 : l'école est désormais gratuite.
Jules Ferry fait voter une loi qui établit la gratuité de l'école. Depuis 1879, ce franc maçon violement anti clérical, promulgue une série de textes promouvant l'école publique afin d'affaiblir le poids de l'Église dans l'éducation des jeunes français. Une nouvelle loi paraît encore le 28 mars 1882, rendant l'enseignement obligatoire pour les enfants de 3 à 6 ans, et définitivement laïc. L'instruction civique remplace dorénavant l'instruction religieuse et même les instituteurs devront être laïcisés au sein des écoles spécialisées. L'objectif est de retirer des mains des familles et de l'Eglise la formation des plus jeunes.
Or les écoles catholiques sont déjà gratuites, pour la plupart, et ce d’avant la révolution. Après l’empire, l’Etat les considére comme « libres », suivant le terme de la loi Guizot de 1833 et de la loi Falloux de 1850. Depuis le Second Empire et la loi Duruy (1867), l'école publique est devenue gratuite pour les enfants des familles les plus pauvres, soit les 3/5e des enfants. En 1881 la loi Jules Ferry n'est finalement qu'un geste en faveur des plus riches.




certes mais la plupart des enfants de paysans allaient plutôt travailler aux champs qu' à l'école et ne parlons pas des mineurs...les usines regorgeaient de petites mains sur-exploitées 
en rendant l'école obligatoire il a offert un répit pour les moins férus d'enseignement et à ceux plus doués de se hisser hors du trou pour faire des études




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Ven 16 Juin - 14:42

Bien dit  tout  çà  ma Miss.. Merci. 


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Sam 17 Juin - 8:44



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Hervé ainsi que les Rainier.
Demain, nous fêterons les Léonce.
Le 17 juin est le 168e jour de l'année du calendrier grégorien, le 169e en cas d'année bissextile. Il reste 197 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 29e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la pivoine.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 57
le soleil se couche à 21h 21
durée d'ensoleillement : 15h 23 (+0mn)



Célébrations :
• Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse



Célébrations de demain :
• Fête des pères



Citation du jour :
« L'esprit de la conversation consiste bien moins à en montrer beaucoup qu'à en faire trouver aux autres. Celui qui sort de votre entretien content de soi et de son esprit l'est de vous parfaitement. »
Jean de La Bruyère



Dicton du jour :
« Temps de Saint-Hervé n'est pas toujours mauvais. »


    
Proverbe du jour :
« Vous devez perdre une mouche pour attraper une truite. »



Événement du jour :
1429 :
victoire de sainte Jeanne d'Arc à Beaugency.
1647 : fin du siège de Lérida.
C'est le 12 mai 1647 que débute le siège de Lérida avec l'arrivée de Louis II de Bourbon-Condé, dit Le Grand Condé. Mazarin, voulant l'éloigner de France, lui a fait miroiter la victoire, là où Henri de Lorraine-Harcourt avait échoué l'année précédente : Lérida. Le Grand Condé se fait un plaisir de le relever. Mais les pertes immenses et les désertions font que le siège est levé le 17 juin 1647. C'est un échec.
1714 : naissance César-François Cassini, astronome français.
1789 : les États généraux, sur proposition de Sieyès, se transforment en Assemblée nationale.
1884 : renforcement du protectorat du Cambodge par la France.
1885 : la Statue de la Liberté arrive à New York.
1967 : La Chine fait exploser sa première bombe à hydrogène.
1972 : Affaire du Watergate
La police surprend dans l'immeuble du siège du Parti démocrate, le Watergate, à Washington, cinq espions en train de poser des micros. Les journalistes Woodward et Bernstein du "Washington Post" démontreront, grâce à un mystérieux informateur, que ces individus opéraient pour le président républicain Richard Nixon, alors en pleine campagne électorale. Réélu, Nixon niera toute implication dans cette affaire, avant de se rétracter suite à une enquête conduite par le Sénat. Une procédure d'"impeachment" sera engagée contre lui et il démissionnera en août 1974.



L'historiette :
jepartagetout.com de JHC

— Chéri, je te laisse l’ordi !
— Déjà ?
— Ça y est, j’ai tout bouclé pour le mariage d’Isa. J’ai la robe, les bijoux, la voiture... Maintenant j’y vais. Il faut que j’aille voir l’esthéticienne.
— Tu nous as ruinés !
— Pas du tout ! Quelques centaines d’Euros en location pour le week-end sur Internet ! J’ai été sur le site jepartagetout.com . Bienvenue au XXIe siècle ! Tout, absolument tout s’échange et se partage. Ça s’appelle l’ubérisation. Tu devrais y mettre ton vélo !

Lire la suite de l'historiette:
Maryse et Jean-Claude sont des quinquagénaires dynamiques, encore en activité. Maryse est contrôleuse de gestion. C’est une grande femme brune aux yeux noisette, douée d’un talent certain pour les chiffres, et légèrement autoritaire quand elle en a l’occasion. Ils sont invités à la noce d’Isabelle, la copine d’enfance de Maryse, samedi 3 juillet à 11 heures la mairie de Sallettes-lès-Tours. C’est un second mariage pour Isabelle qui officialise sa liaison avec un notable local.
Jean-Claude tente une esquive dans son style habituel :
— Il te faut un vélo pour le mariage ?
— T’es bête ! Ta bécane, tu pourrais la louer quand tu ne t’en sers pas. Ça te ferait gagner un peu de sous !
— J’en ai besoin de mon vélo...
— Jamais quand il pleut !
— Qui va aller faire du vélo quand il pleut ?
— On en voit... Y'a des hommes qui se remuent, qui font des trucs ! Puis il y a aussi le lundi, le mardi... Toute la semaine. Tu ne t’en sers que le dimanche matin.
— Oui mais justement quand je serai à la retraite, je vais pouvoir en faire davantage.
— Oui mais en attendant, il suffirait de t’organiser, avec la météo, tes copains...
Jean-Claude n’arrive pas à réprimer une affreuse grimace. Il est cadre administratif au siège parisien d’un constructeur automobile. Son projet de retraite c’est le vélo. Il tente une diversion :
— Au fait, tu te rappelles que tu dois m’accompagner le vendredi suivant, le 9, pour ma remise de Médaille du travail ?
— Oui, je me rappelle... Mais j’ai aussi le pot de fin d’année avec les copines de la pole dance... Ça m’embête...
— ...
— J’ai une idée ! Tu pourrais louer une accompagnatrice quelques heures ce jour-là ?
— Ça se fait ça ?
— Bien sûr ! De toute façon, tes collègues je les vois une fois tous les dix ans, et ils s’en foutent complètement.
— C’est quoi cette nouvelle connerie ?
— Qu’est-ce que tu es vieux jeu ! Bon puis il faut que je te dise, pour le mariage d’Isa, j’ai compris que tu n’avais pas envie d’y aller, alors j’ai trouvé un escort-boy sur jepartagetout.com, et te voilà dispensé de la corvée du 3 juillet !
Sur ce, Maryse se lève. Elle a un rendez-vous.

Jean-Claude a eu, l’espace d’un instant, l’impression d’être irrémédiablement distancé par la grande roue du Progrès... Mais ça fait longtemps qu’il ne se met plus en colère. Il a appris à voir le bon côté des choses... Il lui lance : « Tant mieux. Je ne l’ai jamais encadrée ta copine ! »
Elle est déjà partie. Lui se dit que, sans vouloir philosopher à l’excès, l’heure est venue de s’interroger sur le rôle que remplissent les femmes dans la vie des hommes. Disons, une fois que l’essentiel du devoir de procréation est accompli et que leur fille unique chérie est mariée à un abruti plein aux as... Jean-Claude s’installe et commence à pianoter... Un petit rictus lui vient en fermant l’onglet laissé par Maryse. Je partage tout ? Pas vraiment tout... Il a entendu parler d’un autre site... C’est un peu long. Il n’a pas l’habitude. Un écran s’affiche. L’ordi lui fait enregistrer son profil, puis demande les critères de sélection :
— Homme ou Femme ?
— Homme.
— Âge ?
— Entre trente et quarante.
— Date du rendez-vous ?
— Le 3 juillet à 11 heures.
— ...
Suivent d’autres questions pour lesquelles il remplit consciencieusement toutes les cases. Le plus long a été de choisir l’une de des photos sur l’ordinateur. Il faut une bonne photo. Beaucoup de choses se jouent sur la qualité d’une photographie.

Pour finir l’écran lui demande de confirmer le lieu : « Mairie de Sallettes-lès-Tours ? »
Jean-Claude confirme et sort sa Carte bleue. La transaction lui est aussitôt notifiée sur sa messagerie, avec un code d’accès confidentiel pour le suivi de sa commande. Son problème est en passe d’être résolu. Il en a ras la casquette des remarques de sa femme. Que pouvait-elle savoir de ces heures de souffrance pure passées à escalader des cols inaccessibles au commun des mortels ? Les descentes vertigineuses ? De la communion spirituelle qui règne dans une équipe lorsqu’on lutte ensemble contre les éléments, la douleur, la fatigue ? Rien. Rien de rien. Le summum de son art à elle était de pendouiller en haut d’une barre métallique, comme une viande à l’étal, avec le plafond de la salle pour seul horizon !
Une observation longue et attentive de ses collègues partis à la retraite précédemment, lui a appris que ces choses-là ne s’arrangent jamais : elles ne font qu’empirer avec le temps. Qu’y faire ? L’exil ? Le divorce ? Le suicide ? Quoi qu’il en soit, il fallait y mettre bon ordre sans tarder.
Il se cale dans son fauteuil. Le site affiche son écran de clôture. Un service moderne et efficace, et qui reste abordable : moins de quatre mille euros en décochant la case d’assurance pour des dégâts collatéraux. Il ressent un vague sentiment de nostalgie, très vite supplanté dans son esprit par l’euphorie d’avoir recollé au peloton des hommes modernes, d’avoir trouvé son second souffle !

« jepartagemonassassin.com vous remercie d’avoir fait appel à ses services,
et vous dit à bientôt ! »

Il serait veuf dans deux semaines. Ouf ! Il va pouvoir faire du vélo quand ça lui chante. Non mais ! Zut, la médaille ! Un doute soudain l’assaille. Impossible d’y aller seul ! Que penseraient les collègues et le directeur qu’on ne voit jamais et qui descend exprès à la cafèt’ pour l’occasion ? Probablement le meilleur moyen de gâcher tout espoir de promotion ultérieure !
Qu’à cela ne tienne ! Il retourne sur jepartagetout.com chercher quelques heures d’une « épouse de cadre administratif » à louer pour le prix d’une femme de ménage !



Bonne journée à toutes et tous
Le samedi est là ça me dit bien et vous ?
Le soleil est présent dans un ciel bien bleu
La chaleur aussi et sur Istres avec un peu de Mistral
Une journée d'été agréable et chaude comme j'aime.
Bon samedi, profitez-bien de la vie et des instants
qu'elles vous offrent, ils sont précieux.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Sam 17 Juin - 10:39

Horrible  ton  historiette  ... Rhooo!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Sam 17 Juin - 14:46

1885 : la Statue de la Liberté arrive à New York. 


Elle fut construite en France et offerte par le peuple français, en signe d'amitié entre les deux nations, pour célébrer le centenaire de la Déclaration d'indépendance américaine
on l'oubli bien souvent




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Sam 17 Juin - 15:03

Effectivement,  tout  comme  chez  nous,  on  oublie  pour quelle  occasion  la  Tour  Eiffel  a  été  construite


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Etoile le Sam 17 Juin - 16:48

merci Auzelles, toujours complet


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 3858
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 63

Voir le profil de l'utilisateur http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Dim 18 Juin - 6:21



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Léonce.
Demain, nous fêterons les Romuald ainsi que les Gervais, Gervaise et Micheline.

Le 18 juin est le 169e jour de l'année (170e en cas d'année bissextile) du calendrier grégorien. Il reste 196 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 30e et dernier jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du chariot.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 57
le soleil se couche à 21h 21
durée d'ensoleillement 15h 23 (+0mn)



Célébrations du jour  :
• Fête des pères



Citation du jour :
« L'habit ne fait pas le moine. »
William Shakespeare



Dicton du jour :
« Mauvais temps à la Saint-Léonce, peu de fruit beaucoup de ronces. »


    
Proverbe du jour :
« Un chien reconnaissant vaut mieux qu'un homme ingrat. »



Événement du jour :
1429 :
victoire de Jeanne d'Arc à Patay.
1694 : victoire défensive française à Camaret.
L'amiral Osborne commandant une flotte anglo-hollandaise est repoussé par Vauban dans sa tentative de débarquement à Camaret, la pointe ouest de la Bretagne. Une fois de plus le « proverbe » se vérifie : «  Ville attaquée par Vauban, ville prise. Ville défendue par Vauban, ville imprenable. Les anglo hollandais ne peuvent pas atteindre la flotte française stationnée à Brest qu'ils souhaitaient détruire.
1815 : défaite de Napoléon à Waterloo.
1845 : naissance de Charles Louis Alphonse Laveran, médecin militaire et parasitologue français.
1940 : appel du général de Gaulle.
Le général de Gaulle lance son appel du 18 Juin à la résistance depuis Londres, sur les ondes de la BBC, le lendemain de la demande d'armistice faite à l'Allemagne par le Maréchal Pétain. Le même jour, les Allemands entrent dans Nancy. Mais La date est imposée par les Anglais pour rappeler le 18 juin 1815, défaite de Napoléon à Waterloo.
1990 : La France commémore, particulièrement à Paris, le 50e anniversaire de l'appel historique à la résistance aux Nazis lancé à Londres par Charles de Gaulle. L'hommage des Français à de Gaulle, né il y a 100 ans, atteint son point culminant avec la présentation d'un gigantesque spectacle regroupant 3000 figurants sur les berges de la Seine et 200 bateaux. Quelque 100.000 Parisiens y assistent, et le tout se termine dans la nuit par le feu d'artifice le plus important jamais réalisé à Paris. Place de la Concorde, une réplique, haute de 35 mètres, d'un récepteur radio qui a permis aux Français d'entendre l'appel du général de Gaulle, le 18 juin 1940, avait été érigée pour marquer cet anniversaire.



L'historiette :
Il avait le cœur sur la main... de Iremi

A la naissance de l’enfant, le Dr Renoux félicita la maman : « Vous avez là un magnifique garçon ! » lui dit-il. Les parents, Marc et Françoise, émus et déjà gâteux de leur progéniture, le remercièrent et allèrent cacher ce bonheur indécent.
Mais ce que le médecin n’avait pas osé leur avouer c’est que leur fils, Frédéric Ier (premier de ce nom, d’autres suivraient...), ce fils adoré avait une particularité : il n’avait pas de cœur. L’enfant semblait plein de vie, mais le praticien avait eu beau chercher pendant des heures sur les radios (et même par terre, des fois que...) : pas l’ombre d’un cœur ! Un enfant sans cœur, voilà qui dépassait ses capacités !

Spoiler:
Marc et Françoise habitaient dans une rue piétonne très calme, à Saumur. Ils grimpèrent leur petit escalier aux marches très hautes : c’était une maison ancienne. Ils se regardaient et regardaient ce bébé qui gazouillait et riait d’un air malicieux
Seule ombre au tableau, Frédéric gardait sa main gauche obstinément fermée et hurlait comme une bête, quand on prétendait y toucher. Que cachait-il ? Vous l’aviez deviné, il avait le cœur sur la main au lieu de l’avoir dans la poitrine comme la majorité d’entre vous. Quand on prenait sa petite main gauche, les hurlements réveillaient les voisins qui cognaient à la porte avec ce qu’ils trouvaient : casseroles, chaussures et même on en vit certains se servir dans un dernier effort de leur poste de télévision (l’un d’eux succomba d’ailleurs, ce qui faisait moche dans le couloir...). Les parents décidèrent par un vote à la majorité absolue de ne plus toucher à cette main et de considérer ce problème comme un détail sans importance.

Le garçon, quant à lui, avait les yeux où il fallait et il s’aperçut qu’il fallait protéger cette main « palpitante ». Il ne joua au piano que des morceaux pour main droite et il renonça aux barres parallèles. Par ailleurs, ce cœur mal placé lui permettait de surveiller facilement son rythme cardiaque, quand il courait. Il faut dire que cela épatait son prof d’EPS car les élèves avaient du mal à prendre leur pouls.
Au collège, tout le monde l’appelait « le GPS » (le garçon au poing serré) : il avait une telle joie de vivre que cela faisait oublier son handicap. Les enseignants appréciaient sa vitalité et se disaient entre eux : « Ah, tu as le « GPS », tu as de la chance ; moi, j’ai Jessy D., il n’a pas le poing serré, mais il a le cerveau serré, c’est pas mieux ! »Le professeur de géographie disait souvent : « Heureusement qu'on a un GPS ! » Cela l'amusa et il connut ainsi tous les petits patelins de la terre : Chanceaux-sur Choisille, Niedernhausen et autres.

Frédéric avait grandi et il avait découvert un autre avantage de ce coeur original : celui-ci changeait de couleur quand notre héros était amoureux. Un jour, il fut surpris d'apprendre sa passion pour Adeline, la fille de ses voisins : il la trouvait pourtant quelconque, mais quand il vit son cœur rougir, verdir, passer par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, il courut chez elle, ne voulant pas rater la femme de sa vie. Heureusement, le destin veillait : la belle Adeline s'apprêtait à faire une petite randonnée : le tour du monde à bicyclette en solitaire. Elle lui fit un signe et commença à pédaler... Regardez son blog et vous verrez ce à quoi Frédéric avait échappé !

Quelques années plus tard, le jeune homme était devenu guide (normal pour un roi de la géographie) et il rencontra ainsi Djamilla, une Marocaine aux yeux verts qui lui donnait le rêve en direct, à chaque battement de ses cils. En échange, il lui donna tout, sauf sa main gauche qu'elle ne devait jamais toucher. Pourtant une nuit, bien sûr, pendant qu'il dormait, elle voulut voir et ouvrit la main de son mari. Mais le cœur, se voyant découvert, alla se cacher en vitesse quelque part dans le corps de Frédéric.
A coeur vaillant, rien d'impossible. Et voilà, il n'avait plus le cœur sur la main. Ses amis continuaient de l'appeler le GPS, mais cela signifiait maintenant : Guide Particulièrement Savant.

Il vécut heureux avec Djamilla qu'il caressait avec ses deux mains et un bonheur infini. Quant à son cœur, il se promenait dans le corps et ne s'ennuyait pas une minute. Frédéric, lui, suivait avec passion les aventures de son camarade de jeu et se disait : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. »



Bonne journée à toutes et tous
Pas trop de temps ce matin
J'ai fait le service minimum
Bonne fête à tous les papas du forum.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Dim 18 Juin - 12:23

« Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. »


Ben  vi!!Merci  Auzelles!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Dim 18 Juin - 17:28

Proverbe du jour :
« Un chien reconnaissant vaut mieux qu'un homme ingrat. »


oui ,je suis bien d'accord avec cet adage!




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires