ETOILE ET SES POTES

Ephémeride du mois de Juin

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Lun 5 Juin - 11:15

 Auzelles.. Bonne  journée  à  toi  aussi


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Lun 5 Juin - 13:16

Auzelles a écrit:Marseille, j'ai continué dans la foulée du bonjour pour les photos
ah ok merci bp




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Mar 6 Juin - 6:44



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Norbert ainsi que les Claude du Jura, Claudette, Claudie, Claudine et Claudius.
Demain, nous fêterons les Gilbert de Neuffonts ainsi que les Maïté, Marie-Thérèse et Mériadec.

Le 6 juin est le 157e jour de l'année du calendrier grégorien, le 158e en cas d'année bissextile. Il reste 208 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 18e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du pavot.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 59
le soleil se couche à 21h 15
durée d'ensoleillement : 15h 16 (+1mn)



Citation du jour :
« Ce fut admirable de découvrir l'Amérique, mais il l'eût été plus encore de passer à côté. »
Samuel Langhorne Clemens, dit Mark Twain



Dicton jour :
« Les bains que prend Saint-Norbert inondent toute la terre. »



Proverbe du jour :
« Le pire diable est celui qui prie. »



Événement du jour :
1099 :
les armées croisées s'emparent de Bethléem.
Godefroi de Bouillon, qui a refusé la couronne de Jérusalem, et pris le titre d'avoué du Saint-Sépulcre, reste seul, en septembre, avec trois cents chevaliers et deux mille piétons pour défendre ses conquêtes : Jérusalem, Jaffa, Lydda, Ramla, Bethléem, Hébron et toute la Galilée. En effet dès le 7 juin, les croisés entament le siège de Jérusalem.
1606 : naissance de Pierre Corneille, auteur dramatique français.
1853 : Pasteur réussit la transformation des acides tartriques en acide racémique.
1944 : Début de l'opération Overlord, le nom de code donné au gigantesque débarquement en Normandie. Au cours de la nuit, 6.697 navires, la plus formidable armada de l'histoire, ont quitté les ports britanniques de la côte Sud. Au total 14.600 bombardiers et chasseurs les soutiennent et près de 86 divisions sont rassemblées pour l'opération. Pour épauler le débarquement, les Alliés disposent de 5 croiseurs de bataille, 22 croiseurs et 93 destroyers. Ils débarqueront jusqu'au 16 juin 619.000 soldats, 95.000 véhicules et 218.000 tonnes de matériel.
1958 : De Gaulle, à Mostaganem, termine son discours en lançant : "Vive l'Algérie française".
2010 : le pape Benoît XVI présente le document de travail du synode consacré aux chrétiens d'Orient et s'inquiète de leur disparition.
N'est-ce pas le rôle historique de la France et de la Russie de les protéger ?



L'historiette :
Échec et mat de Ataraxie31

Un baiser de vie, plein de promesses, avait uni nos bouches frémissantes.
Il était parti à 14h. Il ne m'avait donné aucune nouvelle ensuite.
Je n'avais jamais vraiment réussi à cerner les humeurs sibyllines de la bête mais je m'étais jusqu'alors accommodée de leur constance.

Lire la suite de l'historiette:
J'avais lutté plusieurs heures pour ne pas le contacter. J'en crevais d'envie, pourtant. Un « Tout va bien ? Je t'aime. » ou un « Ça m'a fait plaisir de déjeuner avec toi. » Mais il fallait que je fasse semblant d'être détachée, que j'efface toute marque de needy-attitude, que je cesse de quémander de l'amour ou de mendier de l'intérêt. De toute évidence, il connaissait déjà la nature de mes sentiments à son égard et enfoncer le clou n'aurait pas mieux fixé l'idée mais plutôt écorché mes doigts après une dernière percussion maladroite de l'outil.
Déjà corrompue par mes désirs pulsionnels, j'avais tapé ces quelques mots sur le clavier avant de les effacer, aussitôt rappelée à l'ordre par la puissance morale et interdictrice de mon « Surmoi ».

J'avais passé en revue différents scénarios qui auraient pu expliquer son mutisme. Du plus plausible au plus invraisemblable. Du plus conjoncturel au plus structurel. Du plus insignifiant au plus dramatique.
Certains m'avaient rassurée : l'éventualité d'un oubli de son portable sur son lieu de travail ou d'une batterie à plat qu'il n'aurait pas eu le temps, pris dans un tourbillon d'obligations professionnelles, de recharger. En revanche, envisager qu'il puisse me quitter dans l'un de ses laconiques SMS, m'avait fait blêmir. Comment aurait-il pu avorter notre idylle merveilleuse, cette passion ésotérique ?

J'avais donc obtempéré à cette dure loi de l'attente, expiant, certainement, les manifestations antérieures et répétées d'un attachement trop profond.
Son silence m'avait jetée dans une affliction indicible. Je m'étais mise à faire les cent pas sur ce carrelage noir et blanc, tel un pion misérable avançant en ligne droite sur l'échiquier de mon appartement. À mesure de ma progression dans ce pénible jeu de l'attente, mes yeux étaient devenus humides. Mon esprit, imbibé de doutes et de spéculations, avait donné l'ordre à mon corps de transpirer par tous les pores. C'est ainsi que j'avais lavé de sueur et de larmes, le dallage bicolore.

Ces obsessions irrationnelles avaient occulté mon discernement. Arrivée au terme de cette marche absurde, deux issues s'étaient offertes à moi. La première, une issue tangible : la fenêtre, comme accès à un espace-temps infini, celui qui encadre la chute des corps dans le vide. La seconde, issue plus symbolique mais non moins tragique : comme Sisyphe, parcourir une nouvelle fois, les pavés froids, à contre-sens.
Une forme de lâcheté et un certain goût pour le masochisme m'avaient finalement poussée à rouler ma peine, sempiternellement.

Jusqu'à ce qu'avilie par cet amour passionné, ma détermination ne flanche et que je cesse mes allées et venues. Si je savais être stricte dans mes principes, j'étais toutefois souple dans leur application.
Une lueur de sagacité avait subrepticement éclairé ce début de soirée – il devait être près de 20 heures – et je m'étais souvenue du concert auquel il devait assister. J'avais fini par lui écrire quelque chose comme « Alors, elle est comble cette salle ? ». Un truc d'une banalité affligeante mais qui m'avait à cet instant donné l'illusion d'un lien persistant.
Je m'étais endormie peu après, en position fœtale sur mon canapé aussi capitonné que j'étais vide, lessivée par la hantise d'un abandon irrévocable.

Je m'étais réveillée à une heure avancée de la soirée et m'étais immédiatement ruée sur mon smartphone, espérant y lire des nouvelles de l'être chéri. Sans succès.
Toujours prompte et impulsive, j'avais vomi le mal-être que je ne pouvais plus contenir et lui avais assené plusieurs messages aussi paranoïaques que virulents. Parmi lesquels : « Bon, ça y est tu t'es bien amusé avec moi ? », « Réponds putain ! », « Tu me déçois, j'aurais apprécié plus de franchise » , « Va te faire foutre », « Tu vois quelqu'un d'autre ? »

Prise d'irrésistibles remords, j'avais conclu mon monologue par « Je t'aime. » Mais ce dernier message, contrairement aux précédents, n'avait pas été distribué.
Nous avions en effet pris l'habitude d'échanger par le biais de Whatsapp et l'application informait les utilisateurs sur le statut de leurs missives électroniques par l'intermédiaire de symboles en forme de « V » au bas des phylactères.
Quand deux « V » bleus apparaissaient, le message avait été reçu et lu par le destinataire.
Quand deux « V » gris s'affichaient, le message avait seulement été reçu.
Quand un seul « V » gris levait ses bras vers le ciel, le message transitait encore, errant quelque part, pour cause de mauvaise connexion ou parce que le mobile de notre interlocuteur était éteint.

Selon ces codes, il avait lu « Alors, elle est comble cette salle ? », avait reçu mais pas lu mes invectives ultérieures, n'avait pas reçu le plus essentiel, ma déclaration, ce cri du cœur.

Le lendemain matin, au sortir du lit, j'avais allumé le poste de radio. J'avais entendu et écouté ces mots, très sentencieux : « À vous tous, je vous promets solennellement que la France mettra tout en œuvre pour détruire l’armée des fanatiques qui ont commis ces crimes, qu’elle agira sans répit pour protéger ses enfants. »
J'avais ensuite fermé mes yeux. L'horizon était devenu mat. Un baiser de la mort, vide de promesses, avait mis fin à la partie.

Il n'était pas parti à 14h. Il était parti à 22h. Il ne me donnerait plus aucune nouvelle ensuite.



Bonne journée à toutes et tous

Allez une nouvelle semaine et tous les ponts sont passés
on file vers les vacances d'été, cet été qui passera encore très vite
Allez un bon café et la journée est partie...



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Mar 6 Juin - 9:50

1099 : les armées croisées s'emparent de Bethléem.
Godefroi de Bouillon, qui a refusé la couronne de Jérusalem, et pris le titre d'avoué du Saint-Sépulcre, reste seul, en septembre, avec trois cents chevaliers et deux mille piétons pour défendre ses conquêtes : Jérusalem, Jaffa, Lydda, Ramla, Bethléem, Hébron et toute la Galilée. En effet dès le 7 juin, les croisés entament le siège de Jérusalem. 


curieux cette info: j'avais lu dans le livre de Baigent/Leigh/Lincoln,"l'Enigme sacrée"qu'il était allé la-bas pour la revendiquer,justement!?
mais c'est vrai que c'est un essai contro-versé car il s'appuie sur les propos d'un pseudo grand-maitre de l'ordre de sion (Pierre Plantard)qui lui-même avait falsifié bons nombres de documents concernant la descendance de Jésus




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Mar 6 Juin - 11:30

J'ai  tout  lu et...
  Auzelles


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Mer 7 Juin - 8:02



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Gilbert de Neuffonts ainsi que les Maïté, Marie-Thérèse et Mériadec.
Demain, nous fêterons les Médard ainsi que les Armand de Zieriksee, Armande et Mars.

Le 7 juin est le 158e jour de l'année du calendrier grégorien, le 159e en cas d'année bissextile. Il reste 207 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 19e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du tilleul.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 58
le soleil se couche à 21h 16
durée d'ensoleillement : 15h 17 (+1mn)



Citation du jour :
« Et le désir s'accroît quand l'effet se recule. »
Pierre Corneille



Dicton du jour :
« Si beaucoup d'eau tombe en ce mois, alors peu de grain croître tu vois. »



Proverbe du jour :
« La vérité est au fond du verre. »



Événement du jour :
1099 :
début du siège de Jérusalem, par les Croisés de la première Croisade.
1546 : les Rois François Ier et Henry VIII d'Angleterre signent un traité de paix à Adres.
1654 : sacre de Louis XIV en la cathédrale Notre-Dame de Reims.
1929 : le Vatican devient un État souverain.
1936 : les accords de Matignon sont signés.
Dans la nuit du 7 au 8 juin, à l'hôtel Matignon à Paris, sont signés des accords qui prévoient la généralisation des conventions collectives, la création des délégués du personnel et une augmentation de 12% des salaires. Mais on retiendra surtout l'instauration de la semaine de 40 heures et l'octroi de 15 jours de congés payés.
1980 : L'écrivain américain Henry Miller meurt à l'âge de 89 ans, en Californie. Il a séjourné 10 ans à Paris à partir de 1930. Son premier livre, Tropique du Cancer, publié en 1934, fait scandale. Son œuvre fut d'ailleurs interdite aux États-Unis jusqu'en 1960.
2001 : Un second mandat contrasté
Les élections législatives consacrent le Parti travailliste avec 42% des voix (413 sièges). Tony Blair est reconduit pour un second mandat de Premier ministre, pendant lequel il continuera à appliquer ses réformes et augmentera la part du budget de l’Etat dans les domaines de la santé, de l’éduction et du social. A partir de mars 2003, sa popularité est largement entachée par son engagement, auprès des Etats-Unis, dans le conflit irakien.



L'historiette :
Agnès de Stéphanie Tallon

« T’es un cyclique » me dit souvent Agnès. Ce qu’elle veut dire, c’est que je suis constamment sur mon vélo ; parce que dimanche je lui ai appris que ça s’appelait aussi un cycle.
Agnès, c’est la fille des gardiens. Elle n’est pas finie, comme dit mon père. C’est vrai qu’il faudrait rajouter quelques ingrédients pour que la sauce prenne. Là, elle manque d’épaisseur et d'onctuosité. Mais elle est douce et triste, on se comprend.

Lire la suite de l'historiette:
Agnès m’aime bien parce que je suis le seul des gamins du quartier à lui parler sans me moquer. Et parce qu’un jour où elle pleurait car le gros David l’avait traitée de bossue, je lui ai répondu qu’elle n’était pas bossue mais gibbeuse. Ça lui a vachement plu à Agnès ; depuis elle m’appelle Mister Dico.

Il faut dire que j’aime apprendre des mots savants que les autres ne connaissent pas, y compris les adultes. Des fois je m’amuse à en prononcer un pour voir leurs sourcils broussailleux se rejoindre en point d’interrogation. On dirait que leur cerveau effectue un numéro de haute voltige, c’est fascinant.
Dans ces cas-là j’espère qu’ils vont louper le filet et s’écraser au sol comme un moucheron à qui on a arraché les ailes. Je le sais, j’ai fait le test. Avec la pince à épiler de Maman, sinon c’est impossible, trop minuscule le moucheron. Même là, il faut s’appliquer pour ne pas arracher le corps ou la tête avec.

J’aime bien ce genre de jeu de patience, ça m’apaise quand mes parents crient trop. Ils se hurlent dessus quotidiennement et plus personne ne veut habiter dans l’appartement du dessous. On a eu une valse des locataires pendant trois ans, ils ne tenaient pas plus de six mois.

De mon côté, je tiens en allant voir Agnès, elle adore mes mots, elle dit que grâce à moi elle peut mettre des bijoux à ses phrases. D’ailleurs je dois la voir, j’ai un coruscant à lui offrir aujourd’hui.

Je l’imagine déjà, se mordant la lèvre inférieure sous l’effet de l’effort et tapotant son menton du bout des doigts. Elle fait toujours ça quand elle pense. Sa mère lui dit d’arrêter, qu’elle n’a pas besoin de faire venir la bosse sous sa bouche, mais je crois qu’elle ne peut pas s’en empêcher. Et c’est sa manière à elle d’appeler ses neurones indisciplinés pour qu’ils se remettent en rang, comme la maîtresse tapant dans ses mains à l’école.

Agnès retient les mots mais jamais leur sens. Elle les utilise un peu n’importe comment, c’est souvent poétique, et drôle aussi parfois. Mais j’évite de rigoler devant elle, elle le prendrait mal et c’est ma seule amie. La seule qui comprenne pourquoi je passe ma vie à m’évader en piochant des mots dans un dictionnaire.

Je cherche toujours des exemples et des synonymes simples à lui donner, même si je sais que de toute façon le lendemain elle va les employer « à la Agnès ».
Je lui ai dit qu’elle avait un discours amphigourique à force, ça l’a fait rire. Je me demande ce qu’elle a compris.

L’autre soir elle m’a dit : « Adamantin ! » C’est comme ça que j’avais parlé de son éclat de rire la veille. Je n’ai pas voulu la contrarier, elle venait de me donner un baiser. Et si ses lèvres s’entrouvrent sur des phrases étranges, elles savent se poser sur les miennes avec tant de douceur et de satiné que je leur pardonne tout. Alors j’ai répondu : « Adamantin, 8 heures. » Et j’ai enfourché mon cycle en souriant.



Bonne journée à toutes et tous
Mercredi et jour de ma Miss du moins pour le repas de midi
mais il me semble qu'ensuite elle est en congé
On va essayer de partir quelques jours avec elle début juillet
Nos vacances en Italie approche...



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Mer 7 Juin - 11:05

 Auzelles..  




Citation du jour :
« Et le désir s'accroît quand l'effet se recule. »
Et  non  pas....
Quand  ..  les  fesses reculent!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Mer 7 Juin - 12:01





 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Mer 7 Juin - 18:35

autrement comment veux tu, comment veux tu... que je t'e*****

oki je sors
avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Etoile le Jeu 8 Juin - 3:27

roooooo c'est chaud ici............


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 3858
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 63

Voir le profil de l'utilisateur http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Jeu 8 Juin - 7:47



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Médard ainsi que les Armand de Zieriksee, Armande et Mars.
Demain, nous fêterons les Diane d'Andalô ainsi que les Éphrem et Félicien.

Le 8 juin est le 159e jour de l'année du calendrier grégorien, le 160e en cas d'année bissextile. Il reste 206 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 20e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la fourche.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 58
le soleil se couche à 21 h 16
durée d'ensoleillement : 15h 18 (+1mn)



Citation du jour :
« Il est beau de ne pratiquer aucun métier, car un homme libre ne doit pas vivre pour servir autrui. »
Aristote



Dicton du jour :
« S'il pleut à la Saint-Médard, la récolte diminue d'un quart. »
« S'il pleut le jour de Saint Médard, Il pleut quarante jours plus tard. »



Proverbe du jour :
« La femme sage est celle qui a beaucoup à dire, mais qui garde le silence. »

v

Événement du jour :
1442 :
le Roi Charles VII fait son entrée solennelle à Toulouse.
La reconquête de la Guyenne s'achève, cette terre retourne dans le giron français.
1637 : René Descartes publie le Discours de la méthode à Leyde.
1656 : Pascal témoigne devant l'official de Paris, qui enquête sur le "miracle" de la Sainte-Épine.
1794 : Robespierre conduit une fête en l'honneur de l'Etre suprême.
1795 : annonce de la mort Louis XVII.
1936 : Accords de Matignon pour les congés payés.
1940 : le général Vuillemin lance un appel désespéré pour obtenir un appui aérien des Britanniques, qui ne daignent pas répondre.
1949 : publication du roman de George Orwell "1984".
2004 : dépôt du soit disant « cœur de Louis XVII » dans la crypte royale de la basilique Saint-Denis.
2014 : fête de la Pentecôte.
La fête de la Pentecôte célèbre la venue de l'Esprit Saint sur les apôtres le cinquantième jour après Pâques (en grec, pentêkostê signifie "cinquantième"). Avant l'Ascension, le Christ avait annoncé aux apôtres : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre ».



L'historiette :
Prendre de la hauteur de Ataraxie31

Elle n'était pas une pin-up. Pas non plus un cageot. Quoiqu'elle ait longtemps mal vécu les brimades sur son nez jugé trop aquilin par des camarades de collège.
Aînée d'une fratrie de trois, elle avait été élevée à la dure par ses parents, deux notables gersois. Elle avait suivi une scolarité sans bavures (même si elle avait validé de justesse chacune de ses années de fac) et était devenue pharmacienne le jour de ses 25 ans.
Elle travaillait depuis quelques mois à l'officine principale du bourg, au confluent de commerces en tous genres pour des individus de tous horizons. Célibataire et sans enfants, elle consacrait le plus clair de son temps au boulot quand elle ne chaussait pas ses baskets fluorescentes dernier-cri pour fouler le bitume, à la recherche de quelques endorphines salutaires.

Lire la suite de l'historiette:
Louise habitait au 66 d'une rue passante, dans une banale bicoque initialement de plain-pied, à la façade décrépitée, néanmoins arborée de buis impeccablement taillés. Il n'y avait pas de nom sur la boite-aux-lettres.
Elle recevait parfois la visite d'un proche ou d'un parent. Elle n'était toutefois pas très boute-en-train et excellait dans la stratégie de l'évitement de toute situation un peu anxiogène.
Louise était donc une femme ordinaire, certes réservée, aux occupations banales.

Louise était devenue la vedette des commérages du village depuis qu'elle avait entrepris l'extension en hauteur de sa maison. On ne pouvait pas imputer les cancans aux nuisances sonores des travaux puisque les ouvrages avaient été réalisés dans un parfait respect des règles de voisinage.
Ce qui intriguait les gens, c'était l'absence d'ouverture de cet aménagement surélevé. On n'y avait logé ni fenêtre, ni velux. Cette pièce close défrayait toutes les conversations. Surtout depuis qu'une amie de Louise, plutôt jacasse, s'y était vue refuser l'accès à l'occasion d'une récente invitation à déjeuner. « Je l'ai complimentée sur sa déco et quand je lui ai demandé pourquoi elle avait fait construire un étage et si elle pouvait me faire visiter, elle m'a répondu qu'elle se sentait à l'étroit et qu'elle ne préférait pas, que cela n'avait pas d'intérêt. Je l'ai sentie mal à l'aise. Du coup je n'ai pas insisté. Mais j'ai bien vu que ma curiosité l'avait perturbée ».

On ne parlait bientôt plus que de ça dans les chaumières. Les théories allaient bon train. Quelques cinglés imaginaient la jeune pharmacienne en tortionnaire s'adonnant à des pratiques macabres dans sa remise close quand d'autres zigues illuminés affirmaient qu'il ne manquait qu'un 6 à sa domiciliation pour parfaire l'incarnation de Satan. « Moi y'a des trucs que je trouve bizarres. La maison est sinistre. Les murs sont délabrés mais le jardin est parfaitement entretenu. Vous avez vu les haies de buis ? C'est un peu ambiance Tim Burton. Y'a quelque chose de très liturgique. Puis je sais pas, je la sens pas cette fille. Elle est aimable mais réservée. On sait rien d'elle. Elle vit toute seule. »
Un soir, un voisin quelque peu voyeur s'était immiscé dans le jardin de Louise, s'était collé à ses carreaux – aucun store ou rideau n'entravait la visibilité au rez-de-chaussée – et l'avait observée se déshabiller avant de grimper nue à l'étage.

Louise avait eu vent de ces allégations. Elle ne s'était pas départie de son flegme. Elle semblait étonnamment sereine. Bienveillante sans être philanthrope. Elle officiait avec un professionnalisme déroutant et un sourire venait parfois sculpter la fossette de sa joue droite.

Quelques semaines plus tard, elle avait perdu sa mère, fauchée par le crabe. Son immédiate résilience avait une nouvelle fois délié les langues de vipères. On l'avait surnommée « Meursotte » en référence à l'Etranger de Camus et à son stoïcisme jugé grotesque.

Sa sœur cadette lui avait rendu visite un week-end, très affectée par les médisances dont Louise était la cible. « Tu sais bien que tu peux tout me dire. Tu ne peux pas laisser parler les gens comme ça. Et puis tu sais, moi aussi je m'inquiète. Tu as changé. Tu sembles détachée de tout. Je ne comprends pas ». Elle avait fondu en larmes.
Louise l'avait alors immédiatement prise par la main. Elles étaient montées ensemble à l'étage et s'étaient retrouvées face à une porte monochrome. Louise avait ensuite ouvert la porte sur une pièce entièrement blanche. Les murs, le plafond et le sol étaient immaculés. Aucun meuble, aucun effet personnel, aucune décoration n'habillait l'endroit à l'exception d'une petite ampoule nue vissée au plafond et qui diffusait une lumière réconfortante et tamisée. « Qu'est ce que tu fais ici ? ».
Louise s'était alors mise à nu. Au sens propre d'abord ; sous le regard effaré de sa frangine, elle avait quitté ses vêtements et s'était installée, debout au centre de la pièce. Elle avait ensuite fermé les yeux. Et avait livré son secret. « Dans une chambre on dort ou on fait l'amour. Dans une cuisine on se prépare à manger. Dans une salle de bain on nettoie son corps, on soigne l'enveloppe. Dans des toilettes on vide ses intestins. Dans un bureau on travaille. Chaque pièce a sa fonction. Mais dans quel but ? Celui d'être dans les meilleures dispositions pour affronter la vie, pour réussir, pour être heureux ? Il faut être beau, il faut être propre, il faut être bien portant. Mais le corps est un navire qui a besoin d'un capitaine pour tenir le gouvernail quand tout va bien, pour redresser la barre quand les flots s'agitent. Dans cette pièce je soigne le capitaine. Je médite. Je m'élève. J'identifie mes émotions. Les bonnes comme les mauvaises. Je cherche à en comprendre les causes. J'essaie de les apprivoiser. Pour qu'elles soient des boussoles et non des ancres. J'ai besoin d'être nue, coupée de l'environnement, isolée des gens. Je reste ici le temps de trouver le bon itinéraire. Et puis je sors ».



Bonne journée à toutes et tous
Il est venu le temps du jeudi et la semaine s'avance
mais aussi le mois de juin, on se répète mais le temps file
Le soleil brille de ses feux, il fait bon, la journée sera belle.
Qui veut du café ?



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Jeu 8 Juin - 10:16

Meuh  non  mon  Nétoile.. Pas  chaud.. Juste  jeu de  mot!!!Rhoooo
Merci  Auzelles  et  merci  pour  ton  café.. Itou


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Jeu 8 Juin - 11:35

Citation du jour :
« Il est beau de ne pratiquer aucun métier, car un homme libre ne doit pas vivre pour servir autrui. »
Aristote



par ma barbe ,il avait rien comprit le grand philosophe!ou alors c'est de l'humour grec...au septentième degrés




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Ven 9 Juin - 8:05



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Diane d'Andalô ainsi que les Éphrem et Félicien.
Demain, nous fêterons les Landry.

Le 9 juin est le 160e jour de l'année du calendrier grégorien, le 161e en cas d'année bissextile. Il reste 205 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 21e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du barbeau (la plante centaurée ou bleuet).



Citation du jour :
« L'ennui est la marque des esprits médiocres. Ils s'ennuient dans la solitude parce qu'ils rencontrent eux-mêmes. »
Albert Ier


Proverbe du jour :
« L'honneur est au commençant bien que l'imitateur puisse mieux faire. »



1938 : Maurras est élu à l'Académie française.
1944 : massacre de Tulle.
La division « Das Reich », plus connue par la suite pour le massacre d'Oradour-sur-Glane, pénètre dans la ville "libérée" la veille par les [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 99 habitants sont pendus, et 149 autres déportés à Dachau.
1998 : Cérémonie d'ouverture du Mondial 98
Le coup d'envoi de la Coupe du Monde de football, qui se déroulera en France du 10 juin au 12 juillet et à laquelle participeront 32 pays, a lieu la veille de la première rencontre. Pour l'occasion, les Champs-Elysées ont été transformés en un gigantesque lieu de jeu et de fête, avec quatre défilés de géants convergeant vers la place de la Concorde. La nuit du 12 juillet, après la victoire des Bleus, les Champs-Elysées et toutes les villes de France seront de nouveau en fête.
1999 : La Yougoslavie capitule et commence son retrait du Kosovo. Quelques jours plus tard, on découvrira les preuves de nombreux charniers.



L'historiette
Seul ? de Patrick Peronne

La nuit s'est emparée de la ville. Assis à son bureau, il regarde son ordi qui ne fonctionne plus depuis déjà... si longtemps. Plus d'électricité. Il avait pourtant passé des jours et des jours à essayer de débusquer un groupe électrogène capable de lui redonner la précieuse lumière.
En vain !
Alors en désespoir de cause, il s'était rabattu sur les grandes surfaces, les petites boutiques de quartier et même les antiquaires. À présent il possédait un stock de bougies quasi inépuisable, et quelques vieilles lampes à huile ou à pétrole, ces vieux éclaireurs d'une époque où l'on vivait ensemble sans bien se voir, mais familiers de la présence de l'Autre.

Lire la suite de l'historiette:
Il regarda son ordi endormi, sortit son gros cahier du tiroir fermé à clé de son bureau en chêne massif, tailla la mine de son crayon gras, et se mit à écrire. C'était lorsqu'il faisait nuit que son besoin d'écrire se faisait impérieux.
La journée, il avait de quoi s'occuper.

Il y avait le ménage de son grand appartement luxueux qu'il s'obligeait à faire tous les jours. Les courses aussi... fidèle aux supermarchés qui regorgaient encore de l'essentiel ; les conserves, les produits sous vide, le café, le thé, le lait en poudre et les alcools.

Pour ses cigarettes, quelques bureaux de tabac lui procuraient ce dont il avait besoin. Il lui était même arrivé récemment de faire une légère entorse à des années de fidélité nicotinique en délaissant ses chères Gitanes sans filtre pour des blondes plus suaves, moins âpres ; il ne l'avait pas regretté.

Quelques Havane importés de « l'île crocodile » lui avaient rappelé un séjour à Cuba et quelques folles nuits à Camaguey... quel était le nom de cette métisse au corps de liane et aux yeux de braise qui l'avait ensorcelé et lui avait tant donné envie de retourner sur cette île où les guitares espagnoles donnaient à la vie cet air de ça-vaut-la-peine, et où il n'était hélas jamais retourné ?

Peut-être, songea t-il, que s'il n'y avait pas eu...

Il avait fait le plein ce matin de son gros 4x4 BMW X5 toujours assoiffé, mais toujours étanché par un pétrole qui ne viendrait jamais à manquer. Il se leva, le temps d'allumer une Marlboro et d'aller prendre l'air sur l'immense terrasse qui dominait un jardin à perte de vue et une piscine où il nageait tous les jours... seul.

La nuit était noire.

Seul le ciel lui offrait la lumière de ses étoiles où quelque part, qui sait, vivaient à cet instant des types comme lui, fumant une cigarette sur une terrasse dominant une piscine, dans laquelle s'ébattaient joyeux, des enfants et leurs copains, ou bien une femme nue qui n'attendait que l'instant où s'éteindrait sa cigarette, pour...

Il se dirigea vers le bar et se versa un verre de Petrus 1989, dont il savoura la première gorgée qui vint lui rappeler cette soirée d'un mois d'été où Christina et lui...

Il revint s'asseoir au bureau, et sans regarder l'ordinateur, se jeta sur son crayon, recommençant à noircir la page de son grand cahier avec une frénésie débridée, abandonnant les rênes pour se laisser emporter par le flot des mots cathartiques.

Il avait bien dîné ce soir. Un taboulé libanais, un homard thermidor et un sorbet citron. Ces produits avaient réussi à tenir le coup, après...
Il fallait en profiter, avant...

L'image de sa grand-mère maternelle vint se planter devant lui. De son regard bleu acier, il lui entendit demander avec son accent limousin chanté comme il l'était dans ce « midi moins le quart », les R roulés quelquefois :
— Alors, mon petit Pierre... tu ne t'ennuies pas trop ce soir ?
Il voulut lui répondre :
— Pas du tout, mémé... mais sa grand-mère avait disparu.

Il ralluma une Marlboro et vida son verre de Petrus.
L'important, c'est de les faire vivre, ma grand-mère, ma femme, mes gosses, mes chiens, mon enfance, mes souvenirs, les personnages de tous les livres lus... et ils vivent ! Ils sont là, avec moi ! Quelques larmes vinrent chatouiller le bord de ses yeux et il éclata de rire.
Il doit rester un peu de Pétrus, songea t-il. Il referma le grand cahier, le rangea dans le tiroir et fit tourner la clé. Il était temps d'aller se reposer.

Il relut quelques passages du livre de Cormac Mac Carthy "La route" assis sur son fauteuil. Ce livre était devenu un rituel indispensable avant de clore une journée. Il s'allongea sur le grand lit de sa chambre à coucher, ouvrit un magazine où l'attendaient des succubes dénudées, se saisit de son masturbateur Nicole Aniston à piles, qu'il pénétra avec la même volupté que s'il s'était agi de cette star de ce que naguère on avait appelé l'industrie pour adultes, puis il s'endormit.

Il se réveilla comme tous les matins à huit heures.
Après une douche froide, un jus d'orange, un café et quelques fruits secs, il descendit au garage, sortit son 4x4 et s'engagea à travers les rues désertes de la ville. Pas âme qui vive... pas un chat. Il sortit de la ville et prit la direction de la longue route qui longeait la mer.

Depuis que toutes les lumières s'étaient éteintes, ce « fameux soir » sur la terre, depuis qu'il savait qu'il était le seul être vivant qui justifiait que cette belle orange bleue continuât sa rotation autour du soleil, il regardait la mer tous les matins.
Il songeait à la vanité des hommes, à la sienne, celle qui lui avait fait croire, stupide illusion, que parce qu'il avait écrit quelques livres... il était quelqu'un. Aujourd'hui qu'il savait qu'il était seul au monde, il avait compris ce que signifiait écrire.

En contemplant la mer, il songeait à cet instant privilégié où, dans le silence de la nuit, il ouvrirait le tiroir de son bureau, en sortirait le grand cahier, et avec l'aide de son crayon gras, il ferait rejaillir la vie.

Il sourit en attendant ce moment où, ce soir, comme tous les soirs, il ferait renaître le monde.


Bonne journée à toutes et tous
Travailleuses, travailleurs le weekend arrive
deux jours de congés bien mérité
et toujours bon repos aux retraités
et courage à ceux qui bossent le weekend
Passez un bon vendredi


Un endroit que je trouve magique de Marseille, une vue à couper le souffle


avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Etoile le Ven 9 Juin - 8:53

1998 : Cérémonie d'ouverture du Mondial 98
Le coup d'envoi de la Coupe du Monde de football, qui se déroulera en France du 10 juin au 12 juillet et à laquelle participeront 32 pays, a lieu la veille de la première rencontre. Pour l'occasion, les Champs-Elysées ont été transformés en un gigantesque lieu de jeu et de fête, avec quatre défilés de géants convergeant vers la place de la Concorde. La nuit du 12 juillet, après la victoire des Bleus, les Champs-Elysées et toutes les villes de France seront de nouveau en fête.


je me rappelle j'étais avec ma maman et je l'ai trainé sur le port pour voir sur grand écran


avatar
Etoile
Fondatrice

Messages : 3858
Date d'inscription : 10/07/2016
Age : 63

Voir le profil de l'utilisateur http://etoile-zaraignees.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Ven 9 Juin - 10:18

le jour du barbeau    il me semblait bien qu'il s'agissait d'un poisson
avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Ven 9 Juin - 15:45

Rien  de  plus  à  ajouter  que 


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Sam 10 Juin - 6:34

et non d'un maquereau
avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Sam 10 Juin - 6:34



Bonjour !

Aujourd'hui, nous fêtons les Landry.
Demain, nous fêterons les Barnabé l'Apôtre ainsi que les Aleyde et Yolande.

Le 10 juin est le 161e jour de l'année du calendrier grégorien, le 162e en cas d'année bissextile. Il reste 204 jours avant la fin de l'année.
En France, le 10 juin est un jour férié fêté dans le département de la Guyane française uniquement, date de l'abolition de l'esclavage dans ce dernier.
C'était généralement le 22e jour du mois de prairial dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la camomille.



à Marseille :
le soleil se lève à 5h 58
le soleil se couche à 21h 18
durée d'ensoleillement : 15h 19 (+1mn)



Célébrations de demain :
• La Trinité



Citation du jour :
« Être gouverné, c'est être gardé à vue, inspecté, espionné, dirigé, légiféré, [...] par des êtres qui n'en ont ni le titre, ni la science, ni la vertu. »
Pierre-Joseph Proudhon



Dicton du jour :
« Ciel du dix juin boudeur, foin mal sec et sans saveur. »



Proverbe du jour :
« L'arbre tombe toujours du côté où il penche. »



Événement du jour :
1534 :
Jacques Cartier est le premier européen à découvrir le Saint-Laurent.
1673 : naissance de René Duguay-Trouin, corsaire français.
1836 : décès d'André Marie Ampère, à 61 ans.
Physicien, chimiste, mathématicien, inventeur, philosophe et poète, André Marie Ampère invente le premier télégraphe électrique, l'électroaimant (avec Arago) et énonce la théorie de l'électromagnétisme en 1827. Il invente une unité de courant électrique : l'ampère qui devient par la suite l'unité internationale de cette mesure.
1883 : début de l'expédition de Charles de Foucauld au Maroc.
1944 : massacre d'Oradour-sur-Glane par les SS.
1995 : agression des défenseurs de la vie.
Rassemblés devant la clinique Ordener, à Paris, à l'appel du docteur Xavier Dor, ils sont agressés par les membres de la ligue des droits de l'homme, le MRAP, le PCF, les Verts, la LCR, Sos Racisme, Ras le Front, la Cadac (coordination des associations pour le droit à l'avortement et à la contraception) aux cris de « Gloire à Satan » et au chant de l'internationale.
2004 : Le créateur de la "soul music" (mélange de gospel et de blues) s'est éteint. Ray Charles, le crooner légendaire aux lunettes noires et à la voix eraillée, meurt à l'âge de 73 ans d'une maladie au foie. Surnommé le "génie de la soul", il a chanté des tubes comme "I Got A Woman", "What'd I Say", "Georgia On My Mind", "Hit The Road Jack" ou encore "I can't stop loving you".



L'historiette :
Evasion de Polo03

J’ouvre les yeux et je ne sais pas très bien où je me trouve. Le néon est aveuglant et les murs sont d’un blanc sale. L’odeur de la pièce me fait penser à un hôpital, mais je sais que cela n’est pas possible, il n’y a pas d’hôpital au camp, juste une infirmerie pour soigner les maladies et infections courantes. Pour les cas graves, et bien on attend qu’ils s’aggravent un peu plus et au bout du bout on les envoie agoniser dans une cellule à part.
Je suis complètement engourdi, je ne peux pas bouger un doigt. Ils ont dû m’injecter une de leurs saloperies pour me paralyser. C’est vrai que je ne fais rien pour leur faciliter la vie. Cela fait huit ans que je suis interné ici comme prisonnier politique et j’en suis à ma neuvième tentative d’évasion.

Lire la suite de l'historiette:
La neuvième, c’était hier soir, enfin je suppose que c’était hier soir car je ne sais pas depuis combien de temps je suis ici. Ils ne peuvent pas se permettre de me tuer car je suis célèbre à l’étranger, mes bouquins ont fait de moi un opposant au régime connu du monde entier, on a même parlé de moi pour le prix Nobel de la paix. C’était quelques jours avant mon arrestation et un procès bâclé après lequel on m’a transféré dans ce camp de redressement. Huit ans déjà... J’ai tout essayé pour m’évader de cet enfer. La benne à ordures, le camion de blanchisserie, le traditionnel franchissement de mur mais ils m’ont repris à chaque fois. Je suis un intellectuel, rien dans ma vie ne m’a jamais préparé à tout ça, alors je tente tout ce qui est plus ou moins à ma portée mais je ne suis pas très doué. Ça ne fait rien, je ne baisse pas les bras. Un jour peut-être la chance sera avec moi et le miracle se produira. Il le faut, sinon je mourrais ici, je le sais, ils ne me relâcheront jamais. Je les ai combattu toute ma vie, et mon père avant moi qui est mort dans leurs cachots après des semaines de torture. Oui, j’y arriverai. Je sortirai d’ici pour faire connaitre au monde ce qui se passe dans ce pays devant lequel toutes les diplomaties du monde tirent le tapis rouge.
La porte s’ouvre. Sans doute va-t-on me ramener dans ma cellule. Je sais que les semaines qui vont suivre vont être très dures pour moi, c’est comme ça après chaque tentative d’évasion, ils essaient de me briser moralement.
Quelqu’un que je ne connais pas s’approche de mon lit. Grand, le crâne rasé, il porte une blouse blanche un peu grande pour lui.
— Ah, Monsieur Gutten, je vois que vous avez repris connaissance, c’est bien. Vous avez dormi trois jours, mais cela était nécessaire à votre rétablissement. Vous nous avez encore donné bien du fil à retordre, savez-vous ? Vous êtes un obstiné, comme on en a rarement vu ici ! Mais je crois que cette fois sera la dernière, vous n’essaierez plus de nous fausser compagnie. Oui, je sais, c’est une chose dont vous rêvez, mais voyez-vous, Monsieur Gutten, je pense que vous serez d’accord avec moi : pour pouvoir prendre ses jambes à son cou, encore faut-il avoir des jambes...



Bonne journée )à toutes et tous
C'est samedi et ça me dit et vous ça vous dit ?
On commence la journée par un bon café
j'offre le café mais je ne peux vous offrir George
il est l'heureux papa de jumeaux et le choix du roi
une jolie petite fille et un beau gars.
Bon samedi les ami(e)s du fofo.



avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Sam 10 Juin - 10:23

 Auzelles!!!
Grand  Monsieur Ray  Charles!!!!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Sam 10 Juin - 15:22

on l'appelait "l'homme à la voix qui pleure"




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Sam 10 Juin - 15:26

Merci  pour  ta  vidéo  Soeurette!


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Scarlett le Dim 11 Juin - 11:55

Pas  d'éphémeride  ce  jour???


avatar
Scarlett
Administratrice

Messages : 6151
Date d'inscription : 13/07/2016
Age : 69
Localisation : Dinan(Bretagne)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.dukanhome.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par arnhilde le Dim 11 Juin - 17:54

l'est aux bureaux de vote




 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] ,à écouter!       

avatar
arnhilde
Administratrice

Messages : 2348
Date d'inscription : 20/07/2016
Age : 86
Localisation : haute-savoie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ephémeride du mois de Juin

Message par Auzelles le Lun 12 Juin - 6:43

tout à fait
avatar
Auzelles
les pot...agés

Messages : 1315
Date d'inscription : 01/08/2016
Age : 67
Localisation : au milieu des cailloux entre Crau et Camargue

Voir le profil de l'utilisateur http://amities-francophones.clicforum.com/index.php

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires